Femina Logo

voyage dans le temps

À quoi ressemblera la mode de demain?

À quoi ressemblera la mode de demain?

Des stylistes pionniers dans le surcyclage aux maisons de luxe, en passant par les labels indépendants: la tendance est à l’antigaspillage. Le label bernois Rework transforme ses stocks de pièces vintage en modèles uniques et à prix accessibles.

© REWORK

La mode virtuelle

Elle s’appelle Noonoouri, a plus de 400 000 abonnés sur Instagram et pose pour les grandes maisons de luxe. Sauf que la jeune femme n’existe pas: elle est une influenceuse digitale. Dans la veine de la montée en puissance des réseaux sociaux, la mode aussi devient virtuelle. Un paradoxe, mais quand on connaît le succès des NFT (ces objets numériques authentifiables) produits par Nike ou Gucci, plus rien n’étonne. L’année 2022 a même connu la toute première Metaverse Fashion Week. De quoi devenir jalouses du dressing de notre futur avatar.

La location

Inflation et climat alarmant influent sur nos comportements d’achat. Alors on remercie les enseignes de location, comme Girls Gown Bad à Genève, qui offrent la possibilité de rafraîchir notre garde-robe ou de porter une pièce pour une seule et unique occasion. En somme, l’impulsivité fait place à la réflexion, à la logique. La location de vêtements est le nouveau geste fashion.

Les rayons non genrés

Dans la rue, sur les podiums et à travers les réseaux sociaux, le genre se la joue fluide. Avec à la clé du rose et du vernis à ongles pour toutes et tous, produisant un effet visuel terriblement cool. La preuve: une boucle d’oreille sur Harry Styles, un dos nu porté par Timothée Chalamet et c’est l’hystérie mode. D’ailleurs la tendance pousse jusque dans certaines enseignes romandes, qui proposent des cabines d’essayage mixtes.

Le live shopping depuis chez soi

Vous souvenez-vous du téléachat de Pierre Bellemare? Le shopping en direct reprend les mêmes codes mais à travers les réseaux sociaux. Cette technique de vente 3.0 consiste à lancer des vidéos en direct dans le but de promouvoir un produit, une marque ou un service. Né en Chine dans les années 2010, le phénomène gagne la génération Z européenne. Innovant, oui, mais gare au spectre de la surconsommation!

L’upcycling

Des stylistes pionniers dans le surcyclage aux maisons de luxe, en passant par les labels indépendants: la tendance est à l’antigaspillage. Chez Marine Serre, les rebuts de tartan constituent les looks de la saison. En Suisse, le designer Rafael Kouto crée des vestes singulières à partir de chutes de daim et de crochet. Quant au label bernois Rework, il transforme ses stocks de pièces vintage en modèles uniques et à prix accessibles.

L’économie circulaire

Vous culpabilisez d’avoir acheté un énième top conçu dans des conditions obscures? Filez du côté de La Trame, à Lausanne. Dans ce temple de la mode écoresponsable abritant un espace seconde main, un coin mercerie et un atelier de couture, chaque don d’un sac d’anciens vêtements en bon état est remercié par 10 points, convertibles en francs dans la boutique. On peut ainsi troquer ses robes jamais portées contre un coupon de tissu vintage ou un blazer oversize tendance. Vous avez dit économie circulaire?

La fin des saisons

On connaissait le printemps-été et l’automne-hiver. Puis le calendrier de la mode s’est accéléré: pré-collections, capsules, collaborations, drops. Même les grandes maisons tentent de suivre le rythme effréné de la fast fashion. Et si l’on ralentissait la cadence pour valoriser un vêtement dans sa praticité? Des chercheurs de l’EPFL ont mis au point en 2020 un textile intelligent: un jour, peut-être, nos basiques pourront être portés été comme hiver grâce à des régulateurs thermiques tissés dans les mailles.

La personnalisation

Et si le sur-mesure était l’avenir de la mode? Imaginez-vous en train d’acheter la paire de jeans parfaite, sans passer par la cabine d’essayage. Telles sont les promesses de la réalité augmentée: en scannant votre corps avec une caméra 3D, votre marque préférée pourra enfin vous habiller en tenant compte de vos mensurations. Toujours dans le but de gaspiller moins, des entreprises se tournent vers le système de précommande. C’est le cas de Sanikai, un label basé à Zurich. 

Les nouvelles matières durables

Puisque les dégâts éthiques et environnementaux de l’industrie du cuir sont mieux connus, les spécialistes ont mis au point d’autres solutions écologiques à cette matière très utilisée dans la mode, mais pas que. Cuir de plante, de fruit ou de légume, comme le piñatex, ou déchets revalorisés, comme le cuir de poisson, les potentiels remplaçants sont nombreux, il n’y a plus qu’à les démocratiser. Une start-up collaborant avec Hermès a récemment mis au point un cuir de champignon commercialisable à large échelle. Le prochain Birkin sera-t-il en cuir végane?

L’abandon de la peau animale

L’utilisation de la fourrure est l’objet de vives critiques depuis des décennies dans l’industrie du luxe. Stella McCartney fait figure de précurseur pour avoir fondé une griffe végane. Face à la pression de l’opinion publique et grâce aux combats des associations pour la protection des animaux, de nombreuses maisons ont déjà délaissé la fourrure dans leurs collections, à l’instar du groupe Kering (Gucci, Balenciaga) en 2021. À quand l’abandon du cuir au profit de matériaux responsables?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné