Femina Logo

En collaboration avec

La maison du futur est une maison active. Comment en êtes-vous arrivée là?
Pendant la planification de la maison, on nous a dit à plusieurs reprises qu'en tant que passionnés du futur, nous devions construire une maison écologique. Ce terme est toutefois relatif. Les yourtes et les huttes en argile sont également des maisons écologiques. De plus, il n'existe pas de normes universelles pour une certification écologique dans le monde de la construction occidentale. On nous avait aussi informés qu'une maison passive était LE «ticket écolo». Mais nous voulions le contraire d'une maison passive. Nous voulions une maison active, une maison qui, par conséquent, produit plus d'énergie que celle dont elle a besoin.

Un immense défi?
On peut tranquillement l'affirmer car nous étions devant un labyrinthe d'informations exactes et erronées. Plus nous écoutions d'avis, plus nous lisions et plus nous étions troublés. Nous lisions des ouvrages sur l'énergie hydraulique, sur l'énergie éolienne, les installations à billes de bois, l'énergie solaire, l'énergie thermique grâce aux moteurs Stirling, les piles à combustible, etc..Finalement, nous avons cherché un expert et nous avons évoqué de nombreuses possibilités. Et nous avons ensuite négocié avec les électriciens et les installateurs pour ciseler le projet que nous pouvions nous offrir.

Votre livre montre que vous êtes non seulement pragmatique mais aussi une grande esthète. Comment avez-vous fait pour surmonter la vue des panneaux photovoltaïques?
Sur le plan esthétique, j'ai les panneaux photovoltaïques bleus en horreur et j'ai été enchantée d'en trouver des noirs à fines rayures qu'il a été possible d'intégrer dans la façade sud sur le long toit plat, le long de l'indispensable chauffe-eau solaire. Il n'y avait qu'un seul problème: ces panneaux ne sont efficaces que s'ils sont placés selon un certain angle. Pour chaque degré, il a fallu soupeser l'aspect et le potentiel de production d'énergie, le résultat étant à nouveau à chaque fois différent selon la personne que l'on interrogeait.

C'est quand on en a le moins besoin que l'on produit le plus d'énergie solaire. Comment résolvez-vous ce problème?
L'énergie produite mais non consommée retourne dans le réseau. Comme la somme que nous gagnons alors est ridiculement faible, nous espérons que soit inventé un système de batteries permettant de stocker l'énergie pour l'utiliser quand nous en aurons besoin.

Que conseillez-vous à ceux qui construisent une maison et veulent eux aussi investir dans des énergies alternatives?
Je recommande à toutes les personnes qui considèrent que la production et la consommation d'énergie sont des questions graves de s'adresser à un spécialiste indépendant. Ne vous contentez pas d'interroger votre électricien ou votre installateur sanitaire.

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.