Femina Logo

Désir sexuel

Sexe: L’hibernation conjugale n’est pas une fatalité!

Cultiver l'intimité sexuelle dans un couple, ça se travaille

«Nous ne sommes pas tous à égalité en matière de libido et de capacité à exprimer nos sentiments. Un couple, ce sont deux personnes, deux personnalités, qui s’unissent pour un certain temps, toute la vie ou quelques années, avec, dès le début, pas forcément la même expérience, ni le même appétit sexuel.» - François Parpaix, sexologue.

© iStock

FEMINA Construire et faire durer son couple sans sexe, c’est possible?
François Parpaix Oui, c’est ce qu’on appelle les couples asexués. Des études le démontrent. Mais ce choix présente l’inconvénient voire le danger qu'à un moment donné, la libido se réveille chez l’un des deux partenaires avec un risque de décrochage conjugal. Il y a aussi les couples asexués non par choix, mais lorsqu’une maladie survient ou que l’âge vous joue des tours. Beaucoup renoncent. Pourtant avec de l’imagination, il est toujours possible de compenser la sexualité par plus de complicité et de tendresse dans les jeux intimes et de parvenir encore à une forme de plaisir. Chacun se débrouille comme il peut avec ce qui lui reste d’excitation sexuelle, de libido, plus ou moins aidé par les médicaments ou des techniques érotiques plus soft ou à la marge: les films érotiques, les objets sexuels, le tantrisme...

Après plusieurs années de vie de couple, on entend souvent un des deux partenaires dire: «il ne se passe plus rien au lit»... Est-ce qu’il peut y avoir une incompatibilité sexuelle qui s’installe à la longue?
On parle ici de l’art d’entretenir le désir sexuel et le sentiment amoureux. Nous ne sommes pas tous à égalité en matière de libido et de capacité à exprimer nos sentiments. Un couple, ce sont deux personnes, deux personnalités, qui s’unissent pour un certain temps, toute la vie ou quelques années, avec, dès le début, pas forcément la même expérience, ni le même appétit sexuel. Le temps passant, l’usure et la routine y contribuant, survient un décalage dans le couple générant angoisse et insécurité pas toujours facile à avouer. C’est ce qui fait que de nombreux couples se retrouvent dans des compromis qui les poussent à fermer les yeux sur ce qui dysfonctionne, croyant à tort préserver le lien.

La perte du désir sexuel voire amoureux dans le couple est une des principales causes de consultation.

Vous dites que la séduction, l’intimité et la sensualité composent le tiercé gagnant pour entretenir le désir dans son couple. Comment ça?
Tout est dans tout. Le sentiment amoureux, l’excitation sexuelle, le désir sexuel et amoureux et la perception qu’on a de sa propre féminité ou masculinité sont les quatre ingrédients pour faire naître un besoin d’intimité conjugale. Ils se développent dès l’enfance, au cours de l’adolescence, avec les premiers échecs, les premières joies. Plus tard, ils peuvent se tarir ou au contraire se développer même chez les seniors selon qu’on a ou non pensé à se séduire mutuellement dans son quotidien de couple.

Quel serait votre premier conseil pour cultiver une intimité conjugale?
Penser «séduction» et «plaisir». Avec un préalable, connaître ses limites pour ne pas en faire un obstacle. Par exemple, si vous êtes très pudique, inhibé voire coincé et complexé concernant la chose sexuelle, plutôt que de vous désoler, soyez bienveillant avec vous-même et jouez-en dans l’autodérision ou, à défaut, faites-vous aider. Avec l’expérience, tout s’arrangera. Sachez aussi exploiter vos lignes de force. Devenir un ou une meilleur(e) amant(e), ça se développe!

Et pour ne pas tomber dans la routine?
L’idéal serait de comptabiliser intérieurement tous les jours; en quoi j’ai développé de l’intimité érotique, de la tendresse amoureuse, échangé verbalement avec ma ou mon partenaire? Dommage si je ne lui ai pas adressé la parole, si je ne lui ai rien dit de moi, si je ne l’ai pas surprise ou fait rire, si je ne l’ai pas enlacée par exemple; bref, si je ne me suis pas intéressé à elle. Sur le plan sexuel, il n’y a pas que l’acte. Ça peut être de l’avoir déshabillé du regard, lui prouvant qu’il ou elle est toujours désirable.

Le danger du quotidien du couple c’est la perte de ces moments de complicité et de communication qui font le lit du sentiment amoureux et de l’intimité érotique.

L’hibernation conjugale n’est donc pas une fatalité?
Pas du tout. L’hibernation conjugale, c’est le cliché qu’on nous vend. C’est toujours pareil, si vous observez cinquante maisons avec leur jardin, vous avez cinquante styles de jardins, qui reflètent leurs propriétaires aux personnalités différentes. Et à coup sûr cinquante couples différents. Nous ne sommes pas bâtis avec les mêmes talents, ni les mêmes limites, bien qu’ayant la même envie de partager une vie à deux. C’est possible mais à condition de penser à entretenir son couple au quotidien comme le jardinier son jardin et ce, quelle que soit la météo.

A lire: «Amoureux toute la vie!», François Parpaix, Collection Psycho-Love (Ed. La Musardine)

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Fabienne vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E81: Comment aider nos proches vivant un burnout ou une dépression

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné