Femina Logo

Chronique sexe

Sapiosexualité: lorsque l’intelligence excite

Sapiosexualité: lorsque l’intelligence excite

«Il y a un effet de mode autour de la sapiosexualité, comme pour valider que l’on est quelqu’un «de bien».» - Romy Siegrist

© PETITES LUXURES

Sapiosexualité. Ou lorsqu’en présence de l’art d’articuler un discours, un savoir, on ressent un désir et/ou une excitation sexuelle. Eh oui, la sapiosexualité n’est pas l’attrait pour une intelligence esthétique, ou l’autre serait «sap-pé comme jamais», ni pour l’homo sap-iens, «l’homme moderne», mais bien l’érotisation d’une forme de logique, de connaissance. Et cela qu’elle soit incarnée – la prestance y joue un rôle parfois, il faut le reconnaître – ou non.

En effet, pour certaines personnes, pas besoin de porno, juste un bon livre de philo qui leur retourne l’esprit comme d’autres aiment qu’on les retourne eux-mêmes.

En gros, quand l’excitation neuronale est à son comble, les sens succombent! Si certains êtres pourraient nous réciter le bottin qu’ils nous botteraient toujours, en tant que personnes sapiosexuelles, ceux-ci devraient plutôt débiter le dico pour nous déboîter la libido!

Jeu de pouvoir et étiquette

Trêve de pédanterie. Oui, il y a un effet de mode autour de la sapiosexualité, comme pour valider que l’on est quelqu’un «de bien», qui ne s’intéresse «pas juste aux apparences», et que l’on a besoin de ce plus qui serait le cerveau. Ce qui peut amener un jeu de pouvoir plus ou moins explicite: «Si tu ne m’intéresses pas, questionne-toi sur tes capacités intellectuelles.» Peut-être aussi que c’est une «étiquette pare-feu», là pour contrebalancer le fait de n’être excités parfois que par le corps, ou l’une de ces parties.

Pour les personnes dont c’est le mode d’attrait principal, il se peut que cela vienne comme pour rééquilibrer la balance, face à un manque de confiance en soi ou un complexe d’infériorité parce que l’on nous a dit, enfant, que l’on était bête ou nul. Parce que cette personne admirée, admirable aux yeux de la société occidentale qui valorise ce type d’intelligence, eh bien on a envie de la baiser, et parfois, c’est réciproque. Et c’est une belle valorisation narcissique, à l’endroit d’une de nos blessures.

Mais aussi, quoi qu’il en soit, parce que jouer avec les mots, jouer avec les langues (vive les polyglottes), c’est plaisant. Et que les rois et reines de la rime peuvent avoir les mêmes effets que les rois et reines du rim(ming) – pour celles et ceux qui apprécient ces léchouilles intimes.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné