Femina Logo

Chronique sexe

«Humping»: lorsque se frotter permet de grimper aux rideaux

«Humping»: lorsque se frotter permet de grimper aux rideaux

«Beaucoup de personnes adeptes du humping le sont depuis jeunes: cette pratique est une forme de plaisir autoérotique assez répandue – peu importe ce que l’on a entre les jambes!» - Romy Siegrist

© PETITES LUXURES

Peut-être avez-vous déjà entendu parler du humping, ou même du dry humping: et non, ce n’est pas un cocktail à la mode avec une magnifique hampe florale en décoration sur le dessus. La pratique du humping désigne le fait de se stimuler sexuellement en frottant ses parties génitales sur un support, objet ou partie d’une personne, et il est dry lorsque l’on garde ses vêtements. En fait, on fait frotti-frotta, un peu comme le caniche de la grand-tante sur la jambe de papy. Mais nous parlons ici d’une pratique consentante et consentie par toutes les parties impliquées – y compris Monsieur le coussin, l’accoudoir, le drap, ou le bord de table – et non pas de frotteurisme dans les transports publics par un inconnu.

Vive les cours de gym!

Beaucoup de personnes adeptes du humping le sont depuis jeunes: cette pratique est une forme de plaisir autoérotique assez répandue – peu importe ce que l’on a entre les jambes! En termes d’organes entendons-nous, parce que pour la partie support, il vaut mieux éviter le «peu importe»… Nonobstant, certain-e-s tiennent d’ailleurs à remercier les cours de gym et les fameuses perches auxquelles il fallait grimper – ce qui revenait parfois à grimper aux rideaux.

Pourquoi cette pratique a-t-elle autant de succès? Elle permet une stimulation plus large et moins directe, ce qui est utile notamment pour les glands de clitos très sensibles. Pour les personnes qui ont une vulve, cette dernière est ainsi stimulée presque dans sa globalité, alors que les lèvres sont régulièrement les oubliées des jeux érotiques.

Faire frotti-frotta permet aussi de limiter les crampes aux mains – ou de faire autre chose de ces dernières. On peut bien entendu jouer avec la texture de l’objet choisi, sa fermeté, sa forme, et on est en plein contrôle du rythme et de la pression de la stimulation. Toute une panoplie de sensations s’ouvre, même s’il faut, pour les personnes peu habituées, dépasser l’éventuelle gêne liée à la petite voix jugeante qui dirait «Ne fais pas le caniche».

Mais «Go ahead and hump!» jusqu’à perdre (Van) haleine!

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Podcast Tout va bien E80: L'utilité de l'EFT dans la gestion du stress

Dans vos écouteurs

Tout va bien podcast E79: Le rôle du mental dans l'arrêt de la cigarette

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné