Femina Logo

Chronique sexe

BDSM: sensations, jeux de pouvoir conscientisés et douleur

Bdsm ou la reunion de sensations des jeux de pouvoir conscientises et de douleur

Dans le BDSM, un des mots d’ordre est le modèle SSC: sécurisé, sain, et consensuel.

© PETITES LUXURES

«Oh non, encore un sigle. Déjà qu’avec LGBTIQA+ on ne s’en sort pas…» Certes, ces sigles peuvent être déstabilisants, d’autant plus qu’ils sont régulièrement utilisés sans ne plus être spécifiés ou expliqués. Mais le 24 juillet étant la Journée internationale du BDSM, je ne pouvais passer à côté d’une courte présentation de ce monde toujours méconnu et souvent pathologisé. Alors, BDSM, quèsaco? Bande-dessinée super MILF? Bandana, danse, sexe et musique, genre ambiance camping du Paléo? Pas vraiment. Le BDSM fait référence aux pratiques de bondage/discipline, domination/soumission et de sado-masochisme. C’est un 3 (ou 6) en 1, regroupant des pratiques s’articulant notamment autour des sensations, des jeux de pouvoir conscientisés, et de la douleur.

Beaucoup imagent alors déjà des donjons lugubres, des domina glaçantes et sans pitié, ou des pervers sadiques sans empathie.

La réalité du terrain est cependant autre, habitée en grande partie par de joyeux kinksters assumés et ludiques, certes vêtus souvent de noir, de cuir, de latex, de vinyle (pas les disques, encore que…), et partageant de manière consentie des expériences «atypiques», que ce soit en club ou de manière privée, dans une ambiance plutôt bon enfant. Mises en scène, explorations des sensations corporelles subtiles et/ou intenses, catharsis émotionnelles bien entourées et contenues, ces pratiques demandent une ouverture d’esprit – et de cœur – certaine. Pour ce faire, un des mots d’ordre est le modèle SSC: sécurisé, sain, et consensuel.

Tour à un munch

Si les faits et gestes pratiqués peuvent paraître extrêmes ou abusifs, il est important de se rappeler que ces jeux sont généralement extrêmement cadrés, discutés, et débriefés. Safe words, vérification du consentement et care avant et après permettent aux partenaires d’avoir un espace où laisser s’exprimer certaines facettes peu acceptées en société, que ce soit dans une position de lâcher-prise ou de total contrôle.

Au sein de cet espace, on se joue des codes sociaux, on questionne les jeux de pouvoir existant au quotidien, on prend soin de soi, explorant ou revivant avec bienveillance ce qui a peut-être été blessé. Pour les novices (pas no-vices), rien ne vaut un tour à un munch (rencontre-discussion en habits civils dans un bar standard) ou au Boudoir de Nicky (situé dans le Lavaux)!

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné