Femina Logo

Développement personnel

Les contenus psycho sur Instagram nous font-ils vraiment du bien?

Instagram contenus psychologiques nous font ils vraiment du bien

«En fonction de nos personnalités et sensibilités, ces contenus multiples, constants et quotidiens peuvent générer de l’anxiété ou de l’hypochondrie. Une personne qui a tendance à tout interpréter personnellement va se retrouver dans tous les contenus de sensibilisation.» - Juliette Marty, psychologue clinicienne

© GETTY IMAGES/FRESH SPLASH, ISTOCK

«7 signes d'une crise d'angoisse», «5 réflexes des personnes hypersensibles», «6 symptômes d'HPI (haut potentiel intellectuel)»... Il est probable que vous ayez déjà découvert ce genre de titre, en faisant défiler votre feed Instagram. Aux côtés des chats maladroits et des hacks beauté, les contenus axés sur le développement personnel connaissent un succès inédit sur les réseaux sociaux, où ils croissent avec plus d'enthousiasme qu'une bambouseraie. Aussi s'avèrent-ils de plus en plus visibles, depuis qu'Instagram a insidieusement bouleversé notre quotidien en modifiant son algorithme, début 2022: l'application se permet désormais de nous suggérer un grand nombre de publications qu'elle estime pertinentes pour nous. Il suffit par exemple de liker une photo de hérisson pour se retrouver régulièrement face à des images du même type.

Jusqu'ici, rien de grave: à moins d'entretenir une phobie des animaux à pics, les risques se limitent à une certaine lassitude. Or, le même phénomène se produit lorsqu'on s'intéresse aux conseils santé ou de développement personnel. «J'ai découvert deux ou trois comptes Instagram de psychologues dont j'apprécie les contenus, partage Carine, 32 ans. Et depuis, l'application me bombarde de posts axés sur le développement personnel.» Ces comptes, notamment intitulés «Bonjour anxiété», «The holistic psychologist», «Dose de psy», «Psychology posts» ou encore «Millennial therapist» partagent des outils précieux, des exercices de respiration ou des manières de se sentir compris-e. Et en soi, l'accessibilité de ces informations est évidemment très positive.

«Cela permet de se poser des questions, de sensibiliser à ce qui concerne la santé mentale, de ne pas se sentir seul-e, de trouver parfois des solutions, résume Juliette Marty, psychologue clinicienne basée à Paris (@récits_dune_psy sur Instagram). À mon sens cette diffusion d’informations permet aussi de légitimer certaines situations, émotions, sensations et favorisent possiblement la prise de rendez vous auprès d’un-e professionnel-le de santé, au besoin.»

«La relation à la psychologie et à la psychothérapie a considérablement changé ces dernières années, remarque le psychologue et psychothérapeute FSP Paul Jenny, basé à Lausanne. Même si certains tabous et complexes peuvent perdurer par rapport au fait de consulter, on assiste à une plus grande ouverture aux soins dits psychologiques et un accès facilité.» Pour le spécialiste, l'effet positif de la grande quantité d’informations psychologiques pourrait être de décomplexer certaines personnes par rapport à une potentielle demande d’aide et probablement de trouver un motif à leur demande.

«Overdose» d'infos

Mais que se passe-t-il lorsqu'on est confronté-e à ces informations plusieurs fois par jour, dès qu'on ouvre Instagram, et alors qu'on n'avait pas particulièrement besoin de réfléchir à ces sujets? «Ces posts sont très intéressants, mais j'ai l'impression de me reconnaître dans beaucoup de ces informations et parfois, ça m'inquiète, poursuit Carine. C'est un peu comme si je me découvrais des défauts.» Nous retrouvons effectivement cela dans les propos de Paul Jenny: «Autant l’étiquette nosographique ou le type de personnalité peut parfois déculpabiliser et permettre de mieux comprendre comment l’on fonctionne, autant elle peut enfermer et amener à voir chez soi ou chez l’autre des caractéristiques qui n’auraient pas lieu d’être et donc, à se définir uniquement par le label», explique-t-il.

Notons que le problème ne se situe pas forcément au niveau du contenu en lui-même, sachant que de nombreux-ses expert-e-s de la psychologie utilisent ces plateformes pour partager des trésors d'informations. C'est avant tout l'accumulation qui risque de nous perturber: «Tout le monde fait du développement personnel, avec plus ou moins de compétences, remarque notre experte. Il y a parfois beaucoup de surgénéralisation, surtout en ce qui concerne l'hypersensibilité et le haut potentiel intellectuel ou émotionnel, qui peuvent surpathologiser les personnes.

En fonction des personnalités et sensibilités, ces contenus multiples, constants et quotidiens peuvent générer de l’anxiété ou de l’hypochondrie. En fonction des distorsions cognitives de chacun, une personne qui a tendance à tout interpréter personnellement va se retrouver dans tous les contenus de sensibilisation.»

D'après une étude française publiée en 2019, nous consultions notre téléphone plus de 221 fois par jour. Si un tiers de ce chiffre est dédié à Instagram et que le moindre scroll nous présente des informations relatives à la santé mentale, cela peut rapidement nous submerger. D'autant plus quand on a l'impression que chaque post semble nous être dédié!

Peut-on s'auto-diagnostiquer grâce à Instagram?

Très populaires, les listes de symptômes ou d'habitudes - potentiellement très utiles - peuvent aussi nous persuader que nous sommes hypersensibles ou HPI. Et lorsque ces listes ne sont pas rédigées par des professionnel-les, cela peut induire en erreur. «Je pense que l’auto-diagnostique est un vrai risque, surtout quand les posts ne sont pas publiés par des personnes formées à la psychologie, estime Juliette Marty. Parfois l’auto-diagnostique entraîne une autothérapie et peut favoriser la survenue d’autres troubles, comme les troubles anxieux par exemple. En cas de doute, je pense qu'il est important de faire un point avec un-e spécialiste de la santé pour répondre à toutes nos questions. Cela ne veut pas dire qu’une pathologie est présente si on se retrouve dans certains critères cités dans ces posts.»

Pour illustrer cela, l'experte cite notamment les contenus axés sur l'hypersensibilité: «"Je suis sensible aux bruits" est un critère très flou, qui n’est pas pathogène de l’hypersensibilité ou du haut potentiel intellectuel - qui ne sont d’ailleurs pas des troubles à part entière mais des modes de fonctionnement.»

Aux yeux de Paul Jenny, il est important d'essayer de prendre du recul: «Je conseillerais aux personnes qui se reconnaissent dans les contenus postés, de vérifier avec elles-mêmes si elles éprouvent une souffrance ou un besoin de mieux comprendre comment elles fonctionnent. Si tel est le cas, c’est une excellente option que de faire appel à un-e professionnel-le de la santé mentale, ne serait-ce que pour en discuter et vérifier s’il existe une demande qui pourrait être sous-jacente et donc, ne concernerait pas le motif de la plainte initiale.»

Deuxième conseil: prendre les informations partagées sur les réseaux avec des pincettes, «en considérant qu’il ne s’agit que d’une manière de voir le monde et la réalité psychique». Le spécialiste nous rappelle en effet qu'il ne s'agit que d'un prisme, d'une lecture, parmi d'autres: «Donc, même si vous vous reconnaissez, l’étiquette ne devrait pas vous réduire, ni vous enfermer. Elle devrait viser à mieux vous comprendre ou à trouver des pistes pour vous aider.»

Comment faire le tri?

Afin de profiter pleinement de la richesse des savoirs partagés en ligne, nos deux spécialistes préconisent quelques réflexes et mindsets destinés à nous protéger. Pour commencer, Paul Jenny définit ainsi la limite subtile à garder en tête, lorsqu'on tente d'évaluer les bienfaits des comptes psychologiques que nous suivons: «Je pense que si l’offre sur les réseaux permet de donner des lectures potentielles aux troubles et de faciliter l’accès aux soins, elle peut être intéressante. Du moment qu’elle génère de l’anxiété ou qu’elle mène à une tension visant à s’auto-diagnostiquer ou à diagnostiquer ses proches, elle devient délétère.»

Le psychologue-psychothérapeute rappelle également que les réseaux sociaux en eux-mêmes peuvent déjà susciter du stress ou de l'anxiété: «Attention à ne pas mélanger le stress occasionné par les réseaux et celui que suscitent les contenus publiés. Je conseillerais de prendre du recul et des temps de pause par rapport à l’usage des réseaux et de ne pas lire ce type de post à n’importe quel moment:

Si vous êtes déjà dans un état anxieux et que vous consultez ces posts, cela va n’avoir comme effet que de renforcer l’anxiété et de vous donner une vision partielle de la réalité et de votre fonctionnement.»

De son côté Juliette Marty recommande de choisir des comptes de qualité, tenus par des professionnel-les, qui proposent des méthodes et outils de bien-être. «Essayez de garder en tête que "ce n’est pas parce que ça me parle, que c’est un problème.» La psychologue conclut par cette phrase simple, mais pourtant capable de changer notre vie: «Souvenez-vous toujours que vos pensées ne sont pas des faits.» Tout est dit.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E83: Comment éviter que les écrans impactent notre humeur

Dans vos écouteurs

E82: Comment instaurer une bonne habitude?

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné