Femina Logo

cartomancie

L'avis des psychologues sur les cartes de tarot et les oracles

Lavis des psys sur les cartes doracle et de tarot

«La cartomancie peut constituer un moyen de se réconforter lorsqu’on vit une période trouble ou quand on ressent un besoin de guidance», note la psychologue FSP Sarah Bezençon.

© UNSPLASH/EDZ NORTON

Elles trônent désormais dans toutes les librairies, resplendissantes de beauté et de promesses. Les cartes de tarot et autres oracles sont indéniablement à la mode et leur packaging s'inspire de tous les domaines possibles, souvent en lien avec la nature. Chats, animaux de la forêt, pierres précieuses, déesses, féminin sacré, signes astrologiques, plantes... les maisons d'édition telles que First, Gallimard, Secret d'étoiles, Favre ou encore Marabout, se sont emparées du trend et rivalisent d'originalité pour nous proposer des jeux de cartes esthétiques, poétiques et inspirés d'un univers qui nous attire. En parallèle à l'astrologie, qui connait également un boom depuis quelques années, la cartomancie a conquis sa propre place au soleil dans les rayons développement personnel, ainsi que sur les réseaux sociaux comme TikTok, et suscite une véritable fascination qu'on ne s'explique pas toujours.

Or, le concept n'est absolument pas nouveau. L'histoire des cartes de tarot remonte à l'Italie et la France du Moyen-âge, mais les premières versions du jeu comportaient, selon les historien-ne-s, une dimension principalement ludique. Si tarologie divinatoire ou l'art du «tirage de cartes» sont apparus bien plus tard, leur objectif n'était absolument pas nouveau: «De tous temps, l’être humain a cherché à prédire l’avenir, dans le but de se rassurer ou d’obtenir des informations qui pourraient l'aider à triompher des obstacles ou à tourner les événements à son avantage», rappelle la psychologue FSP Sarah Bezençon. Voilà qui nous évoque la célèbre Pythie de Delphes, prêtresse de la Grèce Antique, qui partageait l'oracle d'Apollon, soit la réponse du dieu à ceux et celles qui imploraient son aide.

Bien que les deux types de cartes et leurs objectifs se rejoignent, le tarot présente une complexité de lecture supérieure à celle des cartes d'oracle, qui possèdent des dizaines de méthodes de lecture différentes, souvent très simplifiées. Toutes deux proposent toutefois l'idée d'une guidance, d'une préparation à l'avenir et d'une manière de mieux se connaître. Et cette promesse semble résonner fortement, en 2023.

Un besoin naturel de prédire l'avenir

Notre fascination pour la cartomancie peut s'expliquer de différentes manières, à commencer par un besoin instinctif d'envisager l'avenir: «Je pense que le tarot – outre le fait qu’il révèle des thèmes universels - répond à un besoin d’anticiper régi par un fonctionnement plus archaïque, comme des réponses visant la préservation de l’espèce», explique le psychologue et psychothérapeute FSP Paul Jenny. L'idée de mieux se préparer aux événements futurs serait donc une manière de se protéger ou de se préserver.

«Notre cerveau archaïque a besoin de faire des prévisions, acquiesce Sarah Bezençon. Par exemple, quand on attend une réponse ou une information, on aura souvent tendance à préférer recevoir une mauvaise nouvelle plutôt que de rester dans l’incertitude.»

Une façon de mieux se connaître

Par ailleurs, ces jeux de cartes peuvent s'apparenter à des outils de développement personnel hors pair, notamment lorsqu'il s'agit d'approfondir une réflexion ou de se questionner. «Le recours au tarot peut être utilisé comme moyen de connaissance de soi et des autres, constate Paul Jenny. Les cartes, dans leur variété de formes et de traditions, apportent d’autres façons de voir une situation personnelle ou relationnelle, une lecture enrichie de la réalité, en somme. C’est aussi un moyen de mieux connaître certaines parties de soi qui pourraient être invisibilisées, mises de côté ou rejetées.» Ainsi, notre expert relève l'importance de choisir un jeu de cartes dont les graphismes nous plaisent et font sens pour nous.

«En plus, les arcanes [cartes de tarot majeures, numérotées ou nommées selon une allégorie ou une signification particulière, ndlr] peuvent donner des lectures alternatives dans la façon de comprendre sa réalité, poursuit Paul Jenny. Celles-ci peuvent être inspirantes et fonctionner comme guidance dans la prise de décision, lorsqu’il vaut mieux se donner du temps que céder à l’urgence.»

Même constat pour Sarah Bezençon, qui note également les possibilités d'introspection via les cartes: «On peut s’intéresser au message délivré, interroger les émotions qu’il suscite en nous et se demander honnêtement si le résultat fait sens pour nous, explique-t-elle. Une autre manière d’utiliser les cartes est de réaliser des tirages concernant le présent, par exemple en utilisant notre oracle le matin, afin de formuler une intention pour la journée. Un exemple pourrait être de laisser plus de place à la gratitude, de chercher à écouter davantage nos proches, etc. Les oracles, simples et didactiques, permettent ce genre d’exercice, tandis que les cartes de tarot relèvent d’une utilisation plus complexe.»

Inviter la magie dans notre quotidien

Hormis la cartomancie, n'oublions pas que l'astrologie et les tendances witchy [tout ce qui concerne les caractéristiques de la sorcière, ndlr] sont également très présentes, dans l'univers de la beauté comme en littérature, sur les plateformes de streaming ou en développement personnel. Pierres précieuses, grimoires de sorcières, potions à base de plantes ou encore savons de magicien-ne: le trend a désormais dépassé les frontières de Poudlard pour investir notre vie. «Il me semble que cette fascination pour la cartomancie souligne aussi un besoin de réenchanter notre quotidien et de réinvestir une dimension spirituelle, commente Sarah Bezençon.

Les cartes d’oracle ou de tarot représentent alors un moyen de donner un sens à notre vie et d’avoir l’impression d’être le héros ou l’héroïne de notre propre histoire ou destin»

Pour notre experte, les cartes peuvent aussi répondre à un besoin de contrôle: «Il s’agit parfois d’un moyen de se réconforter lorsqu’on vit une période trouble ou quand on ressent un besoin de guidance. À mon expérience, on utilise rarement ces cartes quand tout va bien: il me semble qu’elles interviennent plutôt quand on ressent une insatisfaction à certains niveaux de la vie ou une frustration qu’on cherche à apaiser en apportant de la clarté dans la confusion.» Ainsi, Sarah Bezençon confirme que ces jeux de cartes constituent un bon outil d’introspection, tant qu’ils sont utilisés intelligemment, avec du recul.

Prendre du recul sur les résultats

Car tant qu'on garde (au moins) l'un de nos pieds ancrés dans la réalité, le tarot et les oracles peuvent être de fabuleux atouts, en terme d'épanouissement personnel. D'ailleurs, Paul Jenny les utilise dans son cabinet, lorsqu'il y a un intérêt: «Je considère que les cartes constituent des supports projectifs qui permettent de renforcer l’alliance thérapeutique, précise-t-il. Par exemple, dans ma pratique, je les utilise pour favoriser l’émergences de discussions alternatives, permettant d'aller au-delà de discussions saturées par le problème. Il est intéressant d’avoir avant tout la lecture de la patiente ou du patient, ce qu’elle ou il y voit, avant même de se référer à un sens plus convenu comme celui donné par un livre ou une tradition.»

Cependant, lorsque la pratique n'est pas aussi bien encadrée et que l'impact des lectures de cartes va trop loin, celle-ci peut avoir un effet négatif. «Il faut veiller à les utiliser de façon sûre, en se demandant pourquoi on a l’impression d’en avoir besoin et en préservant un ancrage dans la réalité, prévient Sarah Bezençon. En effet, la cartomancie ou la taromancie peuvent devenir délétères lorsqu’elles nous emmènent trop loin de la réalité. Il est également possible de développer une addiction au tirage de cartes ou à la voyance, ce qui peut avoir un effet néfaste et angoissant, surtout lorsqu'on prend tous ces messages très à coeur.» Notre experte rappelle, en outre, que ce type de tirage peut être déstabilisant lorsqu’on a tendance à croire à ce genre de présage et qu’on traverse une phase de fragilité, en raison d’un événement de vie.

Comment tirer les cartes sans danger

Avant tout, Sarah Bezençon conseille de garder en mémoire l'aspect ludique des jeux de cartes divinatoires: «Parfois, le tarot ou les oracles sont utilisés simplement par curiosité, pour s’amuser ou pour jouer à l’apprenti-e magicien-ne», souligne-t-elle. Rappelons-nous qu’on ne joue pas notre avenir en tirant une carte, qu’il s’agit d’un jeu et qu’il ne convient pas de baser toutes nos décisions concrètes sur notre oracle.

Une prise de décision saine doit reposer sur un sain équilibre entre le cœur et la raison. Les cartes peuvent confirmer un pressentiment mais ne valident pas la décision.»

Par ailleurs, il convient de ne pas s'appuyer totalement et aveuglément sur la guidance des cartes. «Une utilisation très fréquente de la cartomancie peut révéler un manque de confiance en notre propre guidance intérieure, puisqu’on entretient l’idée que les réponses viendront uniquement des cartes ou d’une tierce personne, comme un-e tarologue, poursuit Sarah Bezençon. Or, il est important de se focaliser sur le développement de notre propre sécurité intérieure en naviguant à travers nos frustrations et en parvenant à se rassurer soi-même.»

Ainsi, qu'on s'y intéresse pour s'amuser, par curiosité, pour mieux se connaître ou pour interroger nos propres émotions, la cartomancie peut réellement enrichir notre quotidien. Mais comme bien souvent, la sagesse réside dans l'équilibre: même la brillante Hermione Granger prend ses cours de divination avec un pincée de sel.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Tout va bien E89: Comment mieux comprendre nos rêves

podcast astrologie

Recto-Verseau: Les prévisions de l'année 2023 pour tous les signes

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné