Femina Logo

Covid-19

Comment s’entendre malgré nos désaccords

Comment sentendre malgre nos desaccords

«Quand on réagit à des propos, il serait bénéfique de visualiser les émotions qui nous animent avant de juger celles d’autrui», conseille Gabrielle Tschumi, psychologue et psychothérapeute FSP.

© Getty Images

FEMINA Pourquoi sommes-nous aussi exaspéré.e.s par nos désaccords, en ce qui concerne la crise sanitaire et les choix personnels qui s’imposent?
Gabrielle Tschumi L’enjeu est principalement émotionnel. La crise sanitaire que nous traversons depuis début 2020 a engendré une multitude de peurs. La peur est une émotion, très souvent inconsciente, qui pousse les personnes dans leurs retranchements. Une colère défensive peut en émerger.

Alors quel état d'esprit faudrait-il adopter pour mieux vivre nos désaccords avec nos amis ou avec notre famille, ou pour passer des moments sereins avec eux, malgré tout? (Comment éviter que les différends ne détruisent nos relations personnelles?)
Prendre conscience de deux choses me semble primordial. La première chose est de réaliser que ce contexte de crise sanitaire et ses enjeux nous dépassent probablement toutes et tous. Chacun.e tente d’y apporter la réponse la mieux adaptée. La seconde idée à garder en tête, c’est que nous ne sommes pas aux commandes de nos émotions.

Quand on réagit à des propos, il serait bénéfique de visualiser les émotions qui nous animent avant de juger celles d’autrui.

Faut-il forcément entrer en conflit avec une personne qui ne pense pas comme nous?
D’un point de vue relationnel, ce n’est pas le conflit qui est dangereux en soi, mais l’issue qu’on y trouve. D’un point de vue personnel, il est important de comprendre que plus le sujet est polémique, plus les émotions qui y sont liées vont être difficiles à contrôler car elles vont toucher au domaine des croyances.

On est toujours en droit de décider de mettre son énergie ailleurs que dans le conflit, même s’il s’avère parfois inévitable.

Pourquoi avons-nous tendance à vouloir convaincre les autres de nos idées, lorsqu’elles nous tiennent à cœur?
Probablement parce que l’enjeu devient identitaire: soudain, mon opinion à propos de tel ou tel sujet me définit et permet de tracer une ligne entre le «bon» et le «mauvais». Tu es avec moi ou contre moi (et je suis forcément du «bon» côté). Plus l’enjeu est important, plus la partie identitaire du conflit devient forte.

Ce phénomène est-il accentué par les réseaux sociaux, à une époque où chacun est appelé à exposer publiquement son opinion sur des plateformes ouvertes?
Cela peut indéniablement augmenter l’effet de visibilité de certaines opinions polémiques, mais là encore on peut choisir de s’en distancer et de conserver un regard critique vis-à-vis des sources d’informations que l’on consulte.

Dans quels contextes ces différends peuvent-ils enrichir nos relations?
Je dirais probablement dans le contexte d’une relation de confiance mutuelle qui permet de s’expliquer sur nos désaccords.

Une pensée à garder en tête au quotidien sur la thématique des désaccords?

Il est important de se rappeler que les polémiques sur les réseaux sociaux sont aussi violentes qu’elles sont volatiles. En deux semaines, la plupart du temps, elles ont été remplacées par d’autres.

On peut également se rappeler que plus un sujet est polémique, plus il va cristalliser des croyances, des enjeux identitaires, et par conséquent des désaccords.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Juliane vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné