Femina Logo

etats-unis

Texas: les cliniques pratiquant l'avortement seront protégées

Loi anti avortement texas protestations manifestations

Des manifestations pro-choice, réclamant le droit à l'avortement pour les femmes texanes ont eu lieu dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, le 4 septembre 2021. Même sur Tik Tok, les internautes se sont mobilisés, bombardant le site d'un groupe anti-avortement de faux messages et d'informations erronées.

© Getty Images

La Cour suprême des Etats-Unis, interpellée en urgence par les défenseurs du droit à l'IVG, a refusé de se prononcer quant à la nouvelle loi texane. Cette dernière, restreignant fortement le droit à l'avortement après six semaines de grossesse, est donc entrée en vigueur le 1er septembre 2021. Depuis cette annonce, la colère gronde, dépassant les frontières américaines, et des voix courroucées ne cessent de s'élever, soulignant l'injustice de cette mesure restrictive. La nouvelle loi autorise en effet les citoyens à poursuivre en justice tout professionnel de la santé acceptant de pratiquer l'IVG après six semaines. Toute personne demandant l'accès à cette intervention après la date limite, ou aidant une femme à y avoir recours, pourra également être poursuivie. Là se trouve la terrible subtilité du texte: ce sont les citoyennes et citoyens qui sont appelés à le mettre en application, en échange d'un «dédommagement» de 10 000 dollars.

En réaction, le 4 septembre 2021, à Londres, un groupe de militants pro-choice (défendant le droit à l'avortement) s'est rassemblé sur la célèbre place du Parliament Square, afin d'exprimer sa solidarité envers les femmes texanes. À New York, le même weekend, d'autres cortèges ont clamé leur colère à proximité de Times Square. Au Texas, les manifestations se sont concentrées autour du Capitole, où siège le Sénat. Sur les pancartes brandies par les militant.e.s, on peut lire des phrases de type «C'est mon corps; c'est mon choix».

Il semblerait toutefois que l'écho de ces voix ait été entendu: le lundi 6 septembre 2021, le Département américain de la Justice a décrété qu'il protégerait et soutiendrait les cliniques texanes acceptant de continuer à pratiquer l'avortement. En effet, la nouvelle loi stipule que l'IVG après six semaines de grossesse (un stade où il n'est pas toujours possible pour une femme de réaliser qu'elle est enceinte) n'est autorisée que dans des cas très précis, par exemple lorsque la vie de la patiente ou de l'embryon sont en danger. Le texte ne prévoit pas d'exceptions pour les victimes d'inceste ou de viol.

«Nous ne tolérerons aucune violence, aucun empêchement physique ou atteinte matérielle envers ceux et celles qui chercheront à obtenir ou à proposer des services de santé sexuelle ou génésiques», a annoncé Merrick B. Garland, Procureur général des Etats-Unis, dans un communiqué officiel.

Il a également souligné le besoin urgent d'explorer toutes les options pouvant remettre en question la loi texane, afin de protéger les droits des femmes et de toute personne concernée. En fin de communiqué, le Département de la justice ouvre une boîte mail à toute personne inquiète ou ayant vécu un quelconque incident en rapport avec la nouvelle loi.

Rébellion sur Tik Tok

Ainsi que l'annonce le New York Times, un mouvement de protestation s'est également organisé via la plateforme Tik Tok: en effet, de nombreux utilisateurs et utilisatrices du réseau social se sont empressés de spammer le site créé par le principal groupe militant pro-life (en faveur de la restriction). Ainsi, les internautes ont bombardé la page de messages et d'informations erronées. Dans la partie forum du site, on pouvait par exemple lire des demandes adressées par des personnages de l'univers Marvel, demandant d'avoir recours à l'IVG. D'autres internautes ont eu l'ingénieuse idée de recopier, toujours dans le forum, le script entier du dessin animé Bee Movie.

Actuellement, le Texas possède donc l'une des lois les plus strictes des Etats-Unis, en matière de droit à l'IVG. Le 2 septembre 2021, Alexandria Ocasio-Cortez déplorait, sur son compte Twitter: «Les Républicains avaient promis de renverser Roe v. Wade, et ils y sont parvenus.» Ce célèbre arrêt, prononcé en 1973 par la Cour Suprême des Etats-Unis, endiguait l'interdiction de l'avortement. Or, la loi texane contourne cet obstacle en s'en remettant aux citoyens, et non aux autorités, pour la faire respecter.

Intitulé Heartbeat act (la loi du battement de cœur), le texte avait été proposé en mai 2021 par le gouverneur du Texas, Greg Abbott. La limite des six semaines est basée sur la perception du battement cardiaque de l'embryon, perceptible dès cette phase de la grossesse: c'est également de ce constat que la loi tire son nom. De récents sondages réalisés par le Pew Research Center ont démontré que 59% des Américain.es estiment que l'avortement devrait être légal. Au Texas, toutefois, d'autres sondages réalisés en avril 2021 révélaient que près de la moitié des citoyens texans soutenaient l'interdiction de l'IVG après six semaines de grossesse.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E68: Comment ajouter plus de fibres à notre alimentation

Dans vos écouteurs

E67: Pourquoi sommes-nous si souvent fatigué-e-s?

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné