Femina Logo

Environnement

Rapport du GIEC: Il est (grand) temps de prendre soin du monde

Rapport giec il est grand temps de prendre soin du monde MARCUS FRIEDRICH GETTY IMAGES

Préférer le vélo ou les pieds à la voiture, n’acheter que ce dont on a réellement besoin, recycler, manger local et de saison, éteindre les lumières, préférer le bicarbonate et l’huile de coude aux produits agressifs, bref, suivre ces milliers de recommandations toutes simples à mettre en œuvre au quotidien finira par payer. Si, si, on y croit…

© GETTY IMAGES/MARCUS FRIEDRICH

Le constat du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est sans appel: le monde va mal. Très mal, même, puisqu’il «sera soumis à de multiples aléas climatiques inéluctables au cours des deux prochaines décennies avec un réchauffement planétaire de 1,5 degré» et que «le dépassement, même temporaire, de ce niveau entraînera des conséquences graves supplémentaires, dont certaines seront irréversibles». Angoissant, évidemment. Cela dit, dans son nouveau rapport publié le 28 février 2022, et spécifiquement consacré aux impacts déjà observables ou à venir de la hausse globale des températures et aux adaptations pour lutter contre, le GIEC insiste: même si «les demi-mesures ne sont plus une option», il n’est pas (encore) trop tard. Survol en 4 points…

La biodiversité

Les problèmes Selon le GIEC, le réchauffement global de la température (+1,09 °C en 2021), les événements météorologiques extrêmes, la montée des eaux ou encore les feux de forêts ont conduit à des déplacements ou à des extinctions animales ou végétales. En clair, le changement climatique a entraîné une perturbation généralisée des écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce dans toutes les régions du monde. Or, cette modification ainsi que la perte de la biodiversité ont des effets sur les sociétés humaines: la disparition des habitats naturels occasionne un rapprochement des espèces sauvages et des humains, ce qui favorise par exemple les zoonoses (transmissions de maladies entre animaux et hommes). Entre autres problèmes.

Les solutions Pour protéger les écosystèmes (terrestres ou aquatiques), il faut impérativement réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), limiter au maximum toutes les autres perturbations (comme le déboisement ou le défrichage intensifs), favoriser la diversité des habitats naturels et évidemment restaurer, étendre et protéger ces zones «refuges» – toutes choses qui peuvent notamment se faire en (re)verdissant les villes (on ne va pas dire non!), en diversifiant les cultures, en rétablissant le cours naturel des rivières…

L’agriculture

Les problèmes De plus en plus de sécheresses ou de vagues de chaleur, d’orages violents, d’inondations, bref d’événements météorologiques extrêmes mettent à mal l’agriculture: récoltes endommagées, voire anéanties, terres cultivables dégradées, élevages en souffrance… À noter que d'après les experts, les rendements du maïs, du soja, du riz ou encore du blé sont déjà impactés. Si rien n’est entrepris, la situation va évidemment empirer: en raison des nouvelles conditions climatiques trop chaudes et humides, des régions entières ne seront plus adaptées à l’agriculture. À la clé: une baisse des ressources alimentaires, une situation de plus en plus précaire pour les producteurs, des hausses de prix pour les consommateurs – ce qui de facto expose encore davantage les populations les plus vulnérables aux risques de malnutrition et de pénurie d’eau.

Les solutions Pour les experts, il faut une meilleure gestion de l’eau et de l’irrigation mais aussi une meilleure adaptation des cultures aux conditions climatiques via des pratiques agroécologiques généralisées telles que la diversification des cultures ou l’agriculture biologique – moyennant quoi il devient possible de limiter les dégâts.

La santé

Les problèmes Les maladies cardiovasculaires liées à la chaleur, celles générées par l’alimentation au sens large ainsi que les zoonoses sont d’ores et déjà en augmentation. Mais ce n’est pas tout: le GIEC s’inquiète également des effets du changement climatique sur la santé mentale – citant notamment l’anxiété causée par la crise environnementale ou les séquelles traumatiques engendrées par les catastrophes naturelles.

Les solutions Une véritable prise de conscience politique et individuelle qui permettrait la mise en application à large échelle des mesures suggérées ci-dessous.

Le politique et l’individuel

Les problèmes Si des efforts globaux ont bien été réalisés pour réduire les émissions de CO2, ils ne suffisent pas. Les auteurs du rapport dénoncent donc «une inadéquation des moyens mis en œuvre face à la rapidité des changements, signe d’un manque de volonté politique». Et de citer, entre autres, le non-respect des engagements de Glasgow 2021 lors de la COP 26 en matière de doublement des budgets pour lutter contre le réchauffement.

Les solutions Pour les experts, un «développement résilient au changement climatique» nécessite le respect des accords signés mais aussi des efforts financiers plus importants dans certains secteurs clés comme la transition énergétique (pour réduire les émissions de CO2), le maintien et la sauvegarde des écosystèmes (restauration des forêts et des zones naturelles, arrêt de l’urbanisation notamment dans les zones côtières, etc.), des réformes de l’agriculture, le réaménagement «vert» des villes, le stockage et la réutilisation de l’eau…

Et que faire à titre individuel? Le discours est connu – mais il s’agit de transformer la manière dont nous vivons et consommons, ce qui passe notamment par «une alimentation saine issue d’une agriculture durable et locale», une réduction du gaspillage en général, alimentaire et énergétique en particulier.

Car faire pipi pendant la douche, préférer le vélo ou les pieds à la voiture, n’acheter que ce dont on a réellement besoin, recycler, manger local et de saison, éteindre les lumières, préférer le bicarbonate et l’huile de coude aux produits agressifs, bref, suivre ces milliers de recommandations toutes simples à mettre en œuvre au quotidien finira par payer. Si, si, on y croit…

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E82: Comment instaurer une bonne habitude?

Dans vos écouteurs

E81: Comment aider nos proches vivant un burnout ou une dépression

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné