Femina Logo

Faut-il être un homme?

Marlène Schiappa apparaît «en homme» pour dénoncer les inégalités subies par les femmes entrepreneures

Marlene schiappa campagne feminisme france start ups

Les femmes entrepreneures ont 30% moins de chances de lever des fonds pour une start-up, que les hommes...

© Getty

Dans «The Man», l'une de ses plus récentes chansons, la chanteuse Taylor Swift réfléchit à quoi aurait ressemblé sa carrière si elle avait été un homme, se demandant si ses efforts auraient porté leurs fruits plus rapidement...

Malheureusement, en ce qui concerne les entrepreneuses françaises, la réponse semble être «oui»: seules 5% des start-ups sont totalement fondées par des femmes, ainsi que le souligne l'association We Are Sista, créée par un comité soudé de 20 businesswomen, visant à féminiser les jeunes entreprises 2.0, en réduisant le «Funding Gap».

En effet, les entrepreneures féminines rencontrent plus de difficultés, lorsqu'il s'agit de lever les fonds nécessaires à financer leur activité, que leurs collègues masculins.

«À ce rythme, il faudra attendre 2090 pour atteindre la parité dans entrepreneuriat», rappelle We Are Sista sur Instagram.

Afin d'attirer l'attention sur cette inégalité, l'association a choisi de lancer une campagne choc, mettant en scène Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat française chargée de l'égalité femme-homme. Celle-ci y apparaît souriante, métamorphosée en homme, grâce à Photoshop:

Le message est limpide!

Après Marlène Schiappa, les auteurs de la campagne ont choisi de mettre en avant plusieurs entrepreneures, telles que Mercedes Erra et Céline Lazorthes, ainsi que Fleur Pellerin, ancienne ministre chargée du Numérique, en France.

Et en Suisse?

Bien que légèrement meilleure, la situation n'est malheureusement pas très différente chez nous.

En juin 2019, le site startupticker publiait une cartographie numérique permettant de repérer les start-ups féminines, en Suisse: disponible en ligne, celle-ci révèle que le nombre de nouvelles entreprises dirigées par des femmes ne dépasse pas 10% actuellement.

La recherche souligne tout de même une légère augmentation, sachant qu'entre 2004 et 2012, seules sept start-ups étaient créées chaque année par des entrepreneures: entre 2016 et 2018, le nombre annuel s'est élevé à 20.

Les start-ups masculines restent donc largement plus nombreuses, mais les données publiées par VentureLab en mars 2019 révèlent toutefois une progression encourageante: dans un communiqué, l'organisation affirmait avoir recensé un total de 172 entrepreneures occupant des positions de leaders dans des start-ups suisses. Ces chiffres révèlent une augmentation, notamment dans le poste de fondatrice.

En 2017, 5,7% des entreprises ayant bénéficié d'investissements avaient été fondées par des femmes. En 2018, ce nombre atteignait 9,1%, soulevant une lente progression. On ne baisse pas les bras!

Car pour citer le mantra de l'association We Are Sista, «les femmes sont le plus grand réservoir de talents inexploités au monde».

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E47: Comment renouer avec nos passions

Dans vos écouteurs

E46: Comment renforcer notre système immunitare

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina