Femina Logo

actu

L'édito de Géraldine Savary: «Pacte fédéral, passeport vaccinal»

Geraldine savary edito

«Nous sommes en train de revivre, dans une histoire sans fin, les mêmes discussions, de nous poser les mêmes questions, d’imaginer les mêmes scénarios pour l’automne, excepté que le pacte de solidarité national qui prévalait au début de la pandémie se lézarde.»

© Anoush Abrar

Dans une vie normale d’ado, les vacances d’été riment avec les premiers petits boulots, les longues soirées avec des amis sous la nuit étoilée et, pour les plus chanceux, les séjours linguistiques dans des pays où il pleut tout le temps.

Pour maintenir la tradition, j’avais donc décidé d’envoyer ma fille de dix-sept ans à l’étranger approfondir ses connaissances d’anglais. Et parce que je suis une boomer plutôt gentille, nous avions opté pour Malte, ses plages, ses températures clémentes et sa vie nocturne trépidante. Après tout, une année de moratoire social justifiait un peu de libéralité sur les principes d’éducation. Pas majeure, mais complètement vaccinée, ma fille s’apprêtait donc à s’envoler. Et voilà que trois semaines avant le départ, nous apprenons que les cours seront uniquement en ligne, ce qui altère considérablement les échanges conviviaux dans la langue locale et la rentabilité de l’investissement familial. En outre, la presse française et italienne relate qu’à Malte, des adolescents inscrits pour un séjour linguistique vivent coincés depuis trois semaines dans une chambre d’hôtel avec interdiction de sortie, nourris par des plateaux-repas posés devant leur porte, parce qu’ils sont considérés comme des personnes ayant été en contact avec le coronavirus.

Acte patriotique

Cette anecdote pour illustrer le fait que malgré l’existence du vaccin, les restrictions de liberté, de déplacement, de relations sociales continuent de pourrir notre vie, d’hypothéquer l’avenir des plus jeunes, de jeter une ombre triste sur tout projet et perspective.

On parle de cinquième vague, les masques qui musellent notre sourire sont toujours obligatoires dans de nombreux endroits, on célèbre la fête nationale privés de destin commun.

Nous sommes en train de revivre, dans une histoire sans fin, les mêmes discussions, de nous poser les mêmes questions, d’imaginer les mêmes scénarios pour l’automne, excepté que le pacte de solidarité national qui prévalait au début de la pandémie se lézarde. «L’espérance est un risque à courir», disait Bernanos. Espérons donc que le plus beau geste patriotique qu’on partagera aujourd’hui, c’est de prendre l’engagement de se faire vacciner.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E61: Ce que nos tocs et petits réflexes peuvent dire de nous

Dans vos écouteurs

E60: Vos questions sur l'alimentation des enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné