Femina Logo

Ses employés l’appellent «le village». Lorsqu’on le visite, on comprend aisément pourquoi. Avec ses open spaces, sa salle de sport et ses terrains polyvalents, ses jardins, son héliport, ses bassins, sa crèche, sa cantine, et le millier de jeunes branchés – 35 ans maximum en moyenne – qui y évoluent, le siège de Diesel est un vrai microcosme. Plus qu’un lieu de travail, un lieu de vie. Et ce, jusqu’au bureau de Renzo Rosso, fondateur de la marque de prêt-à-porter, un superbe duplex surnommé à l’interne «l’appartement».

Plus de trente ans après le lancement de sa griffe, Renzo Rosso a réuni sous le même toit tous ses bureaux jusqu’alors disséminés dans le nord de l’Italie. Mais pas question de quitter la région, dont il est natif. C’est dans la zone industrielle de Breganze que le créateur a installé en 2010 son quartier général. Sur un terrain de 90 000mètres carrés, qu’il a fait creuser pour y implanter le bâtiment sans dénaturer le paysage. Seuls trois des cinq étages à hauts plafonds se situent au-dessus du niveau du sol. Pour atténuer davantage la hauteur, la terre excavée a été réutilisée pour former des mini-collines gazonnées autour de l’ensemble. Et Renzo Rosso, qui s’est impliqué dans chaque étape de la construction, ne compte pas s’arrêter là: «Je viens d’acheter vingt arbres supplémentaires, pour les planter devant l’entrée. En poussant, ils cacheront la façade côté rue.»

Une volonté d’anonymat

Cette volonté de discrétion explique aussi l’absence totale d’enseigne ou de panneau indiquant le nom de l’entreprise qui occupe les lieux. Le big boss reconnaît qu’il n’a «pas besoin de ça». «Pour moi, c’est notre maison, dit-il. Il s’avère simplement qu’on y travaille». Pour savoir qu’on est ici chez Diesel, il faut y pénétrer. Et… regarder ses pieds. L’entrée s’ouvre en effet sur un vaste atrium orné d’un parquet où se dessine en marqueterie une tête d’Iroquois – emblème de la marque – de plusieurs mètres de diamètre. Sur la droite de la réception ovale recouverte de plaques de zinc de récupération, s’élève un mur végétal. Haut de cinq étages et occupant une surface de 250mètres carrés, c’est l’un des plus grands d’Europe. Renzo Rosso en a choisi personnellement chaque plante.

Lors de la conception de ses locaux, le créateur a voulu respecter au maximum les principes de l’architecture durable. Ainsi, le mur végétal de l’atrium est irrigué par un système de récupération des eaux de pluie. L’immeuble en forme de rectangle, où sont enchâssés deux squares plantés d’arbres, a également un toit végétalisé. Et pour une meilleure isolation, Rosso dit avoir investi 5millions d’euros supplémentaires dans l’achat de vitres très épaisses. Ces dernières sont protégées à l’extérieur par des panneaux à lamelles de bois orientables.

Les bureaux sont dotés de poubelles de tri sélectif et les photocopieuses, encadrées d’épais panneaux de bois brut pour protéger le personnel d’éventuelles radiations. Quant à l’éclairage, il est assuré par des néons ou des ampoules à basse consommation. Mieux: à 21 heures, toutes les lumières s’éteignent automatiquement jusqu’au lendemain à 7 h 30, afin d’économiser l’énergie. Si la structure est dotée de panneaux solaires, ces derniers ne suffisent toutefois pas à l’alimenter en électricité. «Le bâtiment est trop grand pour qu’il soit autonome», regrette Renzo Rosso.

En revanche, le Diesel Brave Garden, crèche d’entreprise et seule construction indépendante du site, est totalement ecofriendly: construite avec des matériaux recyclés, surmontée d’un toit vert et de panneaux solaires, elle récupère l’eau de pluie qui sert à l’utilisation courante. Les jeux pour enfants installés dans le jardin sont en bois brut et en pneus. Le mobilier vient également de produits recyclés. Sur les étagères, on trouve de grosses bobines de fil récupérées des usines de textile. Les repas servis aux enfants ne sont pas bio, mais un potager «slowfood» va prochainement être créé dans le jardin. A terme, ce dernier devrait fournir les légumes cuisinés pour les pensionnaires de la crèche. Seul hic: les couches utilisées pour les bébés ne sont pas biodégradables. Reste que les bonnes performances énergétiques de l’ensemble du site lui ont valu d’obtenir une classification en classe A.

En surfant sur la vague verte, Renzo Rosso ne se contente pas de faire des économies tout en suivant ses convictions écologistes. Son QG de Breganze est surtout une carte de visite incarnant l’ADN de Diesel: effet brut, vintage et originalité. Béton, métal et bois sont omniprésents dans la construction. L’ameublement est hétéroclite. Selon la philosophie de Renzo Rosso, «tout doit avoir une histoire». Le bar et la cantine sont ainsi meublés d’éléments disparates (tables hautes, basses, en bois, en métal, en lin, en cuir…) à l’aspect usé, dont une partie provient de la collection de mobilier Diesel.

Ce mélange de styles et de matières est précisément ce qui incarne l’individualité chère à la marque. Image de cette singularité, l’ascenseur du QG, dont l’étonnante cabine à très haut plafond est recouverte de planches de bois. Idée de Renzo Rosso. «Quand je fais quelque chose, je veux que ce soit unique», dit-il. Une politique qui fait des adeptes au sein de l’entreprise: «C’est toujours difficile de convaincre un jeune de quitter Londres ou New York pour venir travailler à Breganze, explique le PDG. Mais la plupart de ceux qui viennent ici ne veulent plus repartir.»

Mode durable

Diesel n’est pas la première firme internationale à se construire un écrin vert. Dans l’industrie textile, la marque Gap s’était déjà créé en 1997 un QG durable à San Bruno, en Californie, doté notamment d’un toit végétalisé de 2300 mètres carrés. A Los Angeles, les locaux d’American Apparel, autre firme américaine de prêt-à-porter, sont surmontés de panneaux solaires. Quant à Zara, son magasin sur la Cinquième Avenue, à New York, a été conçu en tenant compte des dernières avancées en matière de construction durable. Parmi elles, des détecteurs de mouvement permettant à l’éclairage des cabines d’essayage de s’allumer uniquement lorsqu’elles sont occupées.

Beppe Rao/Diesel
1 / 4© DR
Beppe Rao/Diesel
2 / 4© DR
Beppe Rao/Diesel
3 / 4© DR
Beppe Rao/Diesel
4 / 4© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina