Femina Logo

égalité

Le management reste peu féminisé autour du monde

Le management reste peu feminise autour du monde

«En moyenne, sur la planète, 34% des managers sont des femmes», constate le Forum économique mondial.

© Femina / Istock

Au Japon, on s’attendait à un miracle pour 2021. Le premier ministre Shinzo Abe l’avait lui-même assuré il y a quelques années: dans l’archipel nippon, réputé patriarcal, les postes à responsabilité seraient occupés au moins à 30% par des femmes dès la fin 2020. Promis juré. Mais, patatras! Yoshihide Suga, le nouveau chef du gouvernement japonais, a dû reconnaître l’échec de ce projet et repousser l’objectif des 30% minimum à… 2030.

En attendant, moins de 15% des postes de managers sont actuellement confiés à des femmes, selon les statistiques des Nations Unies; un chiffre catastrophique qui place cet Etat dans le groupe des cancres mondiaux en la matière, parmi lesquels l’Inde, la Turquie, le Maroc, l’Egypte ou la Corée du Sud, tous en dessous des 15%.

Peu de modèles dans le monde

Le Moyen-Orient et certains pays aux traditions rigides d’Extrême-Orient composent une grande partie de la queue de peloton, mais un Etat européen ne fait guère mieux: le Luxembourg, qui plafonne de façon assez incompréhensible à 18% de femmes aux postes managériaux. En remontant dans le classement, on s’aperçoit cependant qu’en règle générale, presque aucun pays ne fait figure de champion de la parité dans le partage des jobs à responsabilité.

La majorité des quelque 150 Etats du globe évolue ainsi entre 20 et 40%. On y croise pêle-mêle les Pays-Bas et le Chili (26%), le Danemark, l’Italie et le Vietnam (27%), la Croatie, la Grèce et l’Allemagne (environ 29%); de même que des pays qu’on imaginait plus haut dans la liste comme la Finlande et l’Islande (32%) ainsi que la Norvège et la Suède (38%). Toujours selon les chiffres de l’ONU, on découvre que la Suisse (38%) dépasse la France (33%) sur cette question de la parité dans les postes de managers.

Un tiers de femmes en moyenne

Et les bons élèves sont plutôt surprenants. On rencontre notamment la Russie (42%) et plusieurs ex-républiques soviétiques au-dessus des 40%, dont l’Ukraine, la Biélorussie, la Lituanie et la Moldavie, héritage probable de la place des femmes dans la société de l’URSS. Aux Etats-Unis, on ne s’en sort pas trop mal non plus avec un score de 41%.

Reste qu’au sommet du classement, seuls six pays atteignent ou dépassent la moitié de femmes managers: les Philippines et cinq Etats d’Amérique centrale. La tendance mondiale n’est d’ailleurs pas des plus réjouissantes, soulignent plusieurs rapports d’ONG. Certains pays, dont la Suisse récemment, ont certes voté des textes encourageant les entreprises à féminiser leurs conseils d’administration. Mais le changement sociétal nécessaire prendra du temps.

Si c’est en politique que la progression féminine est la plus remarquable, les progrès à faire sont énormes. En moyenne, sur la planète, 34% des managers sont des femmes, constate le Forum économique mondial. Et celui-ci d’enfoncer le clou en estimant qu’au rythme actuel, il faudra 200 ans au moins pour combler les inégalités mondiales entre les sexes au travail.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Nicolas vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné