Femina Logo

KGB, CIA, MI5...

La journaliste Chloe Aeberhardt brise les clichés sur les espionnes

Aeberhardt Chloe journaliste livre espionnes agentes secretes

«En réalité, toutes [mes interlocutrices] ont brisé le plafond de verre, très bas à leur époque. Sans se revendiquer féministes, elles ont, par leurs parcours individuels, ouvert la voie. Je pense d’ailleurs que l’idée que leur témoignage puisse rectifier l’image que l’on se fait des femmes dans le renseignement a joué dans leur décision de me parler.» - Chloe Aeberhardt

© Franck Ferville

Elles ont travaillé pour la DST, le KGB, la CIA, le MI5 ou le Mossad. Ces femmes de l’ombre, anciennes des services secrets durant la guerre froide, la journaliste Chloé Aeberhardt a mis du temps pour les trouver et les faire parler. Dans son livre Les espionnes racontent, elle lève un coin du voile sur leurs profils et leurs parcours dans ce milieu éminemment masculin.

FEMINA Il y a beaucoup de stéréotypes sur les espions, encore plus sur les espionnes qui useraient de leurs charmes pour recueillir des confidences sur l’oreiller. Qu’en est-il en réalité?
Chloé Aeberhardt
Les activités dans le domaine du renseignement sont par définition secrètes, ce qui a laissé une grande place à l’imaginaire et aux stéréotypes, véhiculés par la fiction mais aussi par le choix de certains historiens de parler de figures féminines qu’ils trouvaient romantiques ou qui avaient été utilisées, comme Mata Hari, pour leurs charmes. L’image de la créature sexy correspond à une réalité dans les services secrets, mais il s’agit plutôt de prostituées payées pour coucher dans le but de faire chanter, d’obtenir des informations, et non de professionnelles du renseignement. Il y a également, je crois, un malentendu qui alimente cet imaginaire. Il est lié au fait que les officiers traitants ont intérêt à plaire à leurs sources s’ils veulent gagner leur confiance. Cette forme de séduction, qui n’est pas érotique ou sexuelle, fait totalement partie du métier.

Est-ce que les motivations des espionnes diffèrent de celles de leurs homologues masculins?
Une des grandes différences réside dans le fait qu’à l’époque de la guerre froide, les femmes se retrouvaient dans le renseignement un peu par hasard ou par cooptation via leur mari, car il n’y avait pas de concours d’entrée et, de toute façon, pratiquement pas de postes pour des femmes. Aucune de celles que j’ai rencontrées ne rêvait d’intégrer un service de renseignement quand elles étaient petites. Les points communs sont difficiles à établir, notamment entre anciennes de la CIA et anciennes du KGB où les mentalités étaient très différentes, mais toutes mes interlocutrices sont extrêmement patriotes et soucieuses de la sécurité de leur pays.

Elles n’avaient pas ce fantasme – que l’on reproche parfois aux hommes – de jouer au cow-boy ou de devenir des superhéros.

Certaines ont-elles fait ce choix par amour?
Une de mes interlocutrices est entrée au KGB après avoir appris que son futur mari en faisait partie et qu’il allait partir en mission à l’étranger. Pour rester avec lui, elle devait donc intégrer le service. Dans son cas, l’amour a eu une influence, mais ce choix lui a aussi permis de voyager à une époque où il était très difficile de sortir d’URSS. D’autres aussi sont entrées dans ce milieu à la suite de leur époux, mais moins par amour que parce que cela représentait une opportunité professionnelle intéressante. En réalité, toutes ont brisé le plafond de verre, très bas à leur époque. Sans se revendiquer féministes, elles ont, par leurs parcours individuels, ouvert la voie. Je pense d’ailleurs que l’idée que leur témoignage puisse rectifier l’image que l’on se fait des femmes dans le renseignement a joué dans leur décision de me parler.

Parmi elles, il y a des mères, qui ont parfois dû mentir à leurs enfants. Ça laisse des traces?
Une des femmes russes que j’ai rencontrées s’est présentée comme un officier de terrain ayant dirigé des opérations commando clandestines. Elle, qui affichait un côté dure à cuire, m’a confié à la toute fin de notre entretien qu’elle ne voyait sa fille que pendant les vacances d’été et que ce métier «laissait une pierre à la place du cœur». Toutes n’ont toutefois pas eu à mentir à leurs enfants, même si c’est sûr qu’elles ne racontaient pas leur journée de travail le soir en rentrant. Une autre ancienne du KGB m’a assuré que ses filles, si elles ont été étonnées en apprenant son vrai métier, en ont retiré de la «fierté». Dans un registre plus anecdotique, la Britannique Stella Rimington (ancienne directrice générale du MI5), qui était mère célibataire, s’est retrouvée à recevoir des sources dans le salon d’un appartement dédié aux rencontres secrètes, alors que sa fille faisait ses devoirs dans la chambre à coucher.

Ces femmes ont baigné dans un environnement de faux-semblants, êtes-vous sûre qu’elles ne vous ont pas menti?
Je ne peux pas être sûre à 100% de tout ce qu’elles m’ont dit. C’est d’ailleurs ce qui a motivé mon choix d’écrire le récit à la première personne afin de relativiser certains propos quand cela était nécessaire, et de mettre en scène les recherches bibliographiques ainsi que les contre-entretiens que j’ai effectués pour évaluer la crédibilité de leurs témoignages.

Certains attribuent volontiers des compétences particulières aux espionnes, qui seraient plus intuitives. Que disent les femmes elles-mêmes?
Elles sont prudentes sur cette idée qu’il y aurait des qualités spécifiquement féminines, en tout cas plus prudentes que les hommes que j’ai pu rencontrer. En revanche, ce qui est difficilement discutable, c’est que tant que les hommes seront majoritaires au sein des services de renseignement et tant que l’image qu’on se fait de ces professionnels sera plutôt masculine, les espionnes auront l’avantage de passer plus facilement inaperçues.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné