Femina Logo

A la veille de la journée internationale de la Femme, des avancées sont palpables dans la capitale Kaboul et les grandes villes, où des femmes peuvent travailler. Certaines, juchées sur de hauts talons mais couvertes d'un voile, dissimulent même des vêtements assez près du corps sous un épais manteau. Mais la situation reste bien différente dans les campagnes, notamment les zones reculées, où la société demeure très traditionaliste et patriarcale.

Le sort des femmes ne s'y améliore guère, même par rapport au temps des talibans (1996-2001) ou des moudjahidines (1992-1996), où peu de droits leur étaient accordés. Elles y sont régulièrement victimes de faits divers sordides.

Droit à la dignité et l'honneur

Porté au pouvoir par les Occidentaux après qu'ils ont chassé les talibans du pouvoir à la fin 2001, le président Karzaï a qualifié en janvier les violences contre les femmes d'actes "lâches". Il a assuré qu'il "continuerait à prendre ce problème au sérieux afin que les coupables soient jugés". Vendredi, un communiqué du conseil des Oulémas, la plus haute autorité religieuse en Afghanistan, envoyé par la présidence, fait pourtant douter de la sincérité de ces déclarations.

Faisant référence aux versets 1 et 34 du Coran, les Oulémas affirment certes que les "moqueries, les harcèlements ou les violences faites aux femmes" sont "interdites par l'islam". Ils leur concèdent également les droits "à la dignité et l'honneur", "à la propriété", "au commerce", "à l'héritage", "à la dot" ainsi que celui "de choisir leur mari", souvent bafoués dans les faits.

Mais il rappellent surtout que "l'homme est fondamental et la femme secondaire" et que celle-ci doit "éviter de se mélanger avec des hommes étrangers dans diverses activités sociales, comme les bazars, les bureaux ou durant leur éducation".

Jeu politique cynique

M. Karzaï a soutenu mardi ces positions, estimant lors d'une conférence de presse que "les Oulémas n'ont fait que réitérer les principes et les valeurs qui renforcent la position de la femme et la soutiennent". "Cela fait partie de la vision de notre pays inclue dans la charia (loi islamique, ndlr), auquel chaque musulman (afghan) adhère", a-t-il ajouté.

Le même jour, un rapport de l'Organisation pour les droits de l'Homme et la démocratie en Afghanistan (AHRDO) dénonçait la duplicité des autorités et notamment le "jeu politique cynique" du gouvernement, qui épouse plus selon lui la cause des femmes pour "continuer à recevoir" de l'aide internationale qu'en raison d'un "engagement authentique et sans réserve".

"En pratique", s'indigne l'AHRDO, "les demandes des éléments extrémistes résidant au palais présidentiel, particulièrement celles des institution judiciaires et des Oulémas, l'emportent toujours sur celles de la communauté internationale."

Epouser son violeur

Une loi contre les violences faites aux femmes en Afghanistan a bien été adoptée en 2009, mais elle reste encore trop peu utilisée par la police et la justice, soulignait l'ONU en novembre dernier.

Le cas de Gulnaz, une Afghane d'environ 20 ans, a récemment fait la une de la presse mondiale. Condamnée à 3, puis 12 ans de prison pour avoir dénoncé le mari de sa cousine, qui l'avait violée, la jeune femme avait finalement été graciée en décembre après avoir passé deux années derrière les barreaux. En prononçant sa grâce, les responsables judiciaires afghans avaient toutefois recommandé qu'elle épouse son violeur, pour lui éviter d'être en danger après sa libération. Son sort reste encore incertain.

Attirer les faveurs des talibans

Selon l'ONG Oxfam, 87% des Afghanes affirment avoir subi des violences physiques, sexuelles ou psychologiques ou un mariage forcé. Nombre d'ONG redoutent que les droits des femmes afghanes ne fassent les frais d'un éventuel futur retour au pouvoir des talibans, avec qui M. Karzaï et les Occidentaux, sur le départ, tentent de négocier la paix.

Selon plusieurs observateurs, la vision rigide de la cause féminine par les autorités, au-delà de leurs convictions personnelles, est une des manières employées pour s'attirer les faveurs des rebelles.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E28: Comment digérer les bouleversements actuels

Dans un format réinventé pour respecter les mesures de sécurité, on vous parle des façons d'accepter et de s'adapter à la nouvelle réalité que nous impose le Coronavirus. Comme un petit «pep talk» motivant, nous vous relayons les conseils rassurants d'un expert, pour rester indulgents envers soi-même, en cette période bien particulière. 

Dans vos écouteurs

E27: Comment alcaliniser notre organisme pour booster notre forme

Certains aliments peuvent-ils vraiment rendre notre corps plus acide, et détériorer ainsi notre santé? Faut-il donc manger davantage d'aliments qui, au contraire, basifient notre organisme? Dans cet épisode dédié à l'alimentation, un micro-nutritionniste démêle le vrai du faux en ce qui concerne le régime alcalin et offre plusieurs pistes pour une alimentation optimale. (Spoiler: non, cela ne signifie pas qu'il va falloir bannir le chocolat!)

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina