Femina Logo

news people

Ces people qui se recasent avec le sosie de leur ex

2018 05 08

Même crinière charbonneuse, mêmes lèvres pulpeuses, même regard topaze, jusqu’au teint pâle et à la silhouette de roseau. On se dit qu’en craquant pour Neri Oxman, professeur d’architecture au prestigieux MIT, l’acteur de 54 ans révèle au passage à quoi ressemble aujourd’hui son archétype féminin idéal.

© Getty/Instagram

Elle aurait pu avoir des cheveux blonds coupés au carré, des yeux noisette, une peau bronzée… mais non. Celle qu’on murmure être la nouvelle girlfriend de Brad Pitt ressemble beaucoup, et cela en est presque troublant, à son ex-épouse Angelina Jolie: même crinière charbonneuse, mêmes lèvres pulpeuses, même regard topaze, jusqu’au teint pâle et à la silhouette de roseau. On se dit qu’en craquant pour Neri Oxman, professeur d’architecture au prestigieux MIT, l’acteur de 54 ans révèle au passage à quoi ressemble aujourd’hui son archétype féminin idéal. Une ténébreuse brindille qui impose le respect.

Pourquoi on retombe amoureux de son ex?

Quête d’un amour perdu?

Tiens, ce jeu des sept erreurs entre les ex fait penser au cas d’un certain Leonardo. À ceux qui croient encore que DiCaprio s’est sacrifié dans l’Atlantique Nord en 1997 pour sauver la femme de sa vie tombée du Titanic, on répondra que la star a préféré enchaîner les conquêtes sur la terre ferme. Ses petites amies donnent toutes l’impression d’avoir été déclinées en mode copier-coller: Gisele Bündchen, Bar Refaeli, Toni Garn, Blake Lively, Nina Agdal… le tableau de chasse sentimental du plus imprenable cœur de Hollywood trahi une attirance quasi obsessionnelle pour les blondes à la peau dorée. Bref, le portrait craché de sa maman, Irmelin, lorsqu’elle avait vingt-cinq ans.

3 raisons d'opter pour quelqu'un qui n'est pas votre genre


© Getty/Reuters

Le syndrome DiCaprio, selon Freud

Rien de bien sensationnel nous disent les psys depuis Freud. Parmi eux, Urszula M. Marcinkowska, de l’Université de Turku, en Finlande, a bien montré comment certaines personnes ont tendance à élire leurs complices de duvet en fonction de modèles physiques puisés dans l’entourage, parents, frères et sœurs, ou premier grand crush de jeunesse. Il faut juste se demander quel est le moteur d’une telle répétition, relève Claude-Alexandre Fournier, psychologue du développement à la HES-SO Valais.

«Ce mimétisme dans les partenaires qu’on privilégie fait souvent appel à des schémas archaïques, il renvoie à la manière avec laquelle on a appris à aimer. Ainsi, il peut parfois dire quelque chose sur le deuil d’une relation qu’on voulait ne pas voir se modifier ou se terminer.»

Si les chéries de Brad ne ressemblent pas furieusement à sa mère, peut-être poursuit-il quand même l’image d’un amour passé qui le hante. Au hasard, Angelina? Allez, Mister Pitt, installez-vous donc sur le divan pour qu’on y voie plus clair.

Ces «ex» qui restent amis pour leurs enfants

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.