Femina Logo

Ce cancer, dit cancer du sein à récepteur oestrogène positif parce que les oestrogènes poussent les cellules cancéreuses à se développer, représente plus de la moitié de tous les cancers du sein. Cette étude, présentée à un colloque de spécialistes du cancer du sein à San Antonio (Texas, Sud des Etats-Unis), représente la première avancée dans le traitement de cette affection depuis dix ans, se félicitent ses auteurs.

En combinant deux molécules, l'anastrozole (médicament Arimidex du britannique AstraZeneca) et le fulvestrant (Faslodex du même groupe), les chercheurs ont abouti à un allongement de six mois de la survie des femmes ménopausées atteintes de ce cancer, à 47,7 mois, contre 41,3 mois pour le groupe traité uniquement avec l'anastrozole.

L'étude, menée à partir de 2004, englobait au total 700 femmes ménopausées. Les deux traitements sont habituellement utilisés séparément.

"Les patientes atteintes de ce cancer n'avaient pas eu de nouveau traitement leur apportant un bénéfice en termes de survie depuis plus d'une décennie", s'est félicité Rita Mehda, coordinatrice de l'étude. "Ce résultat devrait modifier la manière dont nous traitons ces patientes", a de son côté souligné Kathy Albain, une des co-auteurs de l'étude.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina