Femina Logo

retraite à 65 ans

AVS 21: Quel avenir pour les femmes?

La reforme de lavs 21 a ete acceptee que peuvent attendre les femmes desormais

«Il faut maintenant des mesures fortes pour que l’indépendance financière des femmes et l’égalité se concrétisent enfin, a déclaré l'Union syndicale suisse (USS) dans un communiqué. Leur déficit de rente doit être comblé au plus vite.»

© GETTY IMAGES/OLIVER ROSSI

Après des résultats incroyablement serrés, le canton de Zurich a donné le «oui» décisif vers 17h: la réforme des retraites AVS 21 est validée, les femmes travailleront jusqu'à l'âge de 65 ans. De justesse, le peuple suisse a donc accepté les deux volets de la réforme, avec 50,6% de «oui» pour l'égalisation de l'âge de la retraite et 55,1% de voix pour la hausse de la TVA (de 7,7 à 8,1%).

Si ces deux objets ont été votés séparément, aucun d’entre eux ne pouvait être adopté sans l’indispensable double «oui». Le suspense n'a donc cessé de grimer, tout au long de la journée du 25 septembre 2022, alors que les résultats oscillaient autour des 50%. Une frontière nette s'est dessinée entre les régions du pays, au fur et à mesure que les bulletins étaient dépouillés: tous les cantons romands et le Tessin ont refusé la réforme, tandis qu’elle a été acceptée par la majorité des cantons alémaniques (sauf Schaffhouse et Bâle-Ville). D’après les sondages réalisés avant les votations, les femmes se seraient plutôt opposées au projet, tandis que les hommes auraient davantage voté en sa faveur. ⁠Il s'agit donc d'un clivage régional, mais également de genre.

N'oublions pas non plus la ferme bataille ayant opposé la gauche et la droite, durant leurs campagnes. Adoptée en 2021, puis défiée par un référendum, la réforme de l’assurance-vieillesse a fermement opposé les partis. Pour les partisan-e-s du projet, il s'agit d'une étape nécessaire à établir une meilleure stabilité financière à moyen terme, au vu du vieillissement de la population et de la retraite prochaine de la génération des Baby Boomers. Peu après les résultats, la conseillère nationale (UCD/GE) Céline Amaudruz affirmait auprès de la RTS que «cette réforme était indispensable afin de garantir nos retraites, actuelles et futures, pour les dix prochaines années.»

En revanche, les opposant-e-s considèrent plutôt que l'alignement de l'âge de la retraite des femmes sur celui des hommes se fera au détriment des citoyennes, sachant que l'égalité salariale n'est pas encore une réalité en Suisse (pour rappel, d'après les chiffres diffusés par la Confédération, l'écart salarial non-expliqué reste de 8,1%). Suite au résultat, les partis réfléchissent à l'avenir, aux solutions et aux défis restant à relever, afin de garantir une retraite équitable aux retraitées. «Je pense à toutes les femmes précarisées qui vont ramasser, parce que les classes aisées ont voté», a déploré Ada Marra, conseillère nationale (PS/VD), également auprès de la RTS.

Le lundi 26 septembre 2022, des manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s à Berne, afin de protester contre la réforme AVS 21.

Combler le déficit de rentes des femmes

D'après le Conseil fédéral, la hausse de la TVA, qui finance partiellement l'assurance-vieillesse, permettra de diminuer les dépenses de l'AVS de 17,3 milliards de francs jusqu'en 2032. Aussi souligne-t-il que la réforme permet un départ à la retraite plus flexible. En ce qui concerne les femmes nées entre 1961 et 1969, des mesures de compensation seront mises en place. Au moment du résultat des votations, Monika Rühl, directrice d'Economiesuisse, affirmait auprès du Temps que les citoyen-e-s ont compris qu’il fallait enfin réformer l’AVS, ce qui avait toujours échoué depuis un quart de siècle: «La pression démographique augmente, et on veut que les jeunes puissent aussi bénéficier de cette assurance sociale.»

Or, d'autres mesures doivent impérativement être adoptées, afin que cette année de travail supplémentaire (et les 9 milliards de francs d'économie qu'elle permet) ne se fassent pas au détriment des femmes. En fin d'après-midi, lorsque le résultat est devenu apparent, l’Union syndicale suisse, à l'origine du référendum, a déploré l'issue du vote dans un communiqué de presse: «L’USS regrette que la réforme AVS 21 ait été acceptée. Il s’agit d’un résultat contre les femmes concernées. [...] Il faut maintenant des mesures fortes pour que l’indépendance financière des femmes et l’égalité se concrétisent enfin. Leur déficit de rente doit être comblé au plus vite. Il faut aussi des places d’accueil abordables et en nombre suffisant pour les familles avec enfants. Enfin, les métiers typiquement féminins doivent de toute urgence obtenir de meilleurs salaires et conditions de travail.»

En effet, d'après des statistiques publiées par la Confédération, les rentes annuelles des femmes, en 2012, étaient inférieures de 37,1% à celle des hommes. Et l'écart n'a pas beaucoup bougé: selon un nouveau rapport, les rentes touchées par les retraitées en 2020 étaient encore 34% plus basses que celles des hommes. Dans son communiqué, l'USS souligne qu'il est important de s’attaquer sans délai et très concrètement au problème des rentes de vieillesse trop basses: «La pleine compensation du renchérissement des rentes AVS représente un premier pas important en ce sens, ajoute-t-elle dans son communiqué. Au Conseil des États maintenant de soutenir cette décision du Conseil national.»

LPP 21, encore plus d'enjeux qu'avant

Une réforme de la LPP (prévoyance vieillesse) nommée LPP 21 est actuellement en cours et attend d'être révisée par le Parlement. En effet, la pension reçue par les retraité-e-s se base sur trois piliers: l'AVS, la LPP et la prévoyance privée (3e pilier). La réforme LPP 21 permettrait de baisser le taux à partir duquel le capital accumulé au cours des années de travail est converti en rente annuelle. Ainsi que le rappelle Swissinfo, il s'agit également de baisser le salaire minimal (sur lequel sont déduites les cotisations), afin de permettre aux personnes touchant des revenus plus bas de participer davantage: «Une adaptation qui profiterait spécialement aux femmes, car celles-ci cotisent moins dans la prévoyance professionnelle et perçoivent à leur retraite des montants bien inférieurs à ceux des hommes.»

Cette réforme de la LPP suscite toutefois des débats au sein du Parlement, qui ne parvient à s'accorder sur les compensations dont devrait bénéficier la génération transitoire. Or, elle semble moins opposer les partis: «Dans AVS 21, on demande aux femmes de faire un effort en travaillant jusqu’à 65 ans, comme les hommes, expliquait la conseillère nationale Céline Amaudruz (UDC/GE) à 24heures, avant les votations. Et je soutiens ce changement, car l’égalité ne peut pas être un menu à la carte. Mais en contrepartie, j’attends de mes collègues de droite qu’ils réforment la LPP en y intégrant davantage les temps partiels et les bas salaires, qui concernent souvent les femmes.»

Une affaire à suivre, donc, sachant que la réforme LPP 21 possède désormais des enjeux encore plus importants.

Une retraite à 67 ans pour tous-tes?

Autre question que se posent les opposant-e-s, suite à la votation: ce nouvel âge de référence ouvre-t-il la porte à une retraite plus tardive pour toutes et tous? Nous avions posé la question à la conseillère nationale Léonore Porchet (Les Vert-e-s/VD), trois jours avant les votations: «Les partisan-e-s d’AVS 21 ont déjà préparé la suite: une augmentation de l’âge de la retraite pour tout le monde à 67 ans, nous avait-elle répondu. Le Conseil fédéral parle même de 68 ans et le PLR soutient une proposition pour une augmentation continue de l’âge de la retraite pour toutes et tous.»

L'USS a également adressé cette question dans son communiqué: «Pendant toute la campagne, le patronat et les partis de droite et du centre ont obstinément refusé de parler d’une nouvelle hausse – pourtant prévue – de l’âge de la retraite à 67 ans pour tout le monde. L’Union syndicale suisse se battra sans concession contre toute nouvelle tentative de relever l’âge de la retraite.»

Une chose est sûre: le système de l'AVS suisse n'a pas fini d'être débattu, soumis au vote et modifié, espérons-le, vers l'égalité. Une vraie égalité.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné