Femina Logo

Anne Girod Marchand arrive en s’excusant pour ses dix minutes de retard: elle revient à la hâte de chez ses trois petits-enfants, qu’elle garde un jour par semaine. «C’est tellement gratifiant de les voir grandir!» glisse-t-elle, avant de raconter avec tendresse le câlin du petit dernier. Pour rien au monde elle ne manquerait ces retrouvailles, qui l’obligent à penduler entre son domicile de Moutier, dans le canton de Berne, et Neuchâtel, où vivent son fils et sa fille. Quitte à jongler avec un agenda digne d’une ministre. Car cette jeune grand-mère à la voix douce, passionnée de jardinage et de lecture, est aussi une étonnante créatrice d’entreprise en série, souvent en voyage d’affaires. Mais elle s’arrange toujours pour que ses rendez-vous professionnels, fussent-ils à l’étranger, n’empiètent pas sur le mardi, jour dédié à ses petits-enfants.

Dans son rôle de grand-mère, Anne G. Marchand est aussi attentionnée qu’attentive: c’est en 2008, en voyant sa belle-fille rentrer de courses les bras chargés de paquets de langes qu’elle a l’idée de créer un service de livraison à domicile de couches-culottes, Swiss Baby Service qui vend les langes jetables scandinaves Libero dont l’impact sur l’environnement est limité. Sa société vient d’ailleurs de franchir un pas de plus pour ménager la planète en ajoutant à son assortiment des lingettes à 100% biodégradables. «Quand je vois la quantité de déchets que nous produisons, analyse-t-elle, je me dis qu’il faut trouver des solutions». Lorsqu’elle fonde Swiss Baby Service, Anne G. Marchand est déjà une patronne expérimentée, à la tête de plusieurs sociétés réunies au sein d’Arise Switzerland SA.

La philosophie de cette self made woman? L’occasion fait le larron! «Quand j’ai une idée, je la concrétise! Je ne vois jamais les problèmes avant de me lancer, je fonce. Je pense que si j’avais pesé le pour et le contre, jamais je n’aurais fait tout cela.» Rien ne la prédestinait à devenir entrepreneuse quand elle fonde une famille avec son premier époux. Elle n’imaginait même pas devoir travailler un jour: «J’étais fleur bleue, se souvient-elle, je voulais être à la maison pour faire à manger à mon mari, ma fille et mon fils.» Mais lorsque son premier conjoint quitte la maison, elle décide d’être financièrement autonome. Elle décroche un emploi comme conseillère dans une agence de placement et se résout, six mois plus tard, à… fonder sa propre société de placement en personnel. «Comme il n’y avait pas de crèche à Moutier à l’époque, j’emmenais mon fils de 4 ans avec moi au bureau. Quand je devais appeler des clients, je lui donnais des jouets en lui expliquant qu’il ne devait pas faire de bruit pendant que j’étais en ligne».

Des skateboards aux soins pour bébés

A partir de là, ses créations d’entreprises s’enchaînent. Elle crée Setec, une société dédiée aux travaux d’entretien spécialisés. «C’était tout sauf féminin, rit-elle! Nous travaillions pour des raffineries et même des centrales nucléaires, alors que je suis contre… Ça marchait plutôt bien!» Ensuite elle gère la commercialisation d’appareils de manucure fabriqués dans l’usine de son deuxième époux. Tandis qu’Anne Marchand développe les ventes aux quatre coins du monde, son fils adolescent s’adonne au skateboard. Lui vient alors l’idée de se lancer dans la fabrication de rampes pour skateparks. Elle s’en étonne encore: «On en trouve toujours dans une dizaine de communes!»

En voyage d’affaires aux Etats-Unis, elle voit s’ouvrir les premiers instituts spécialisés dans le modelage d’ongles. Ni une ni deux, elle demande à son mari de fabriquer un appareil pour ongles artificiels dans ses ateliers de décolletage. Elle va encore plus loin dans le domaine de l’esthétique: s’associant avec un phyto-chimiste biennois, spécialiste de l’edelweiss, elle fait développer une gamme de soins à base de cette mythique fleur aux nombreuses propriétés. Après dix ans de recherche, les produits Swiss Alpine Cosmetic, écologiques et biologiques certifiés Ecocert Greenlife, sont mis sur le marché en 2010, remportant d’emblée un succès en Asie.

S’ensuit la ligne pour bébés Swiss Baby Care, élaborée selon les mêmes principes. A la tête d’une équipe de six collaborateurs, Anne G. Marchand, admet qu’elle n’arrête jamais. Mais elle s’arrange toujours pour se ménager un peu de temps pour ses passions: visiter un musée quand elle est en voyage d’affaires, bouquiner sur le canapé du salon, s’affairer dans son jardin… «Quand je rentre tendue du travail, je me surprends à désherber les plates-bandes! J’ai besoin d’avoir les mains dans la terre pour me ressourcer». Depuis qu’elle a emménagé dans sa maison de Moutier il y a près de vingt ans, cette native de Genève qui a grandi à Lausanne s’est toujours investie dans son jardin potager. «Nous mangeons nos propres légumes, c’est toute une philosophie!» s’exclame-t-elle.

Eprise de culture au figuré également, Anne G. Marchand a même endossé la fonction chronophage de présidente de la Fondation du Musée des arts à Moutier pendant quatorze ans. Il a fallu piloter l’achat du bâtiment, les travaux d’agrandissement, la création du musée… Mais elle en garde d’excellents souvenirs: «On a eu beaucoup d’artistes à la maison, c’était très convivial! Je suis devenue collectionneuse d’œuvres d’art. Peinture, sculpture, histoire de l’art sont désormais mes hobbies».

A 61 ans, elle ne songe surtout pas à lever le pied: «Je reste curieuse. Il y a encore beaucoup de choses que j’ai envie de faire, suivre des cours en auditrice à l’université, par exemple.»

Le lieu

«J’aime bien m’installer dans notre petit salon-bibliothèque avec un livre, c’est un lieu assez intime. Cette saison s’y prête bien! Elle donne envie d’allumer une bougie, de siroter une tasse de thé et de lire, avec un feu qui crépite dans la cheminée. Le tout, c’est de trouver le temps de le faire…»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina