Femina Logo

santé

Les dangers pour la santé des bureaux fraîchement rénovés

''Les employés qui passent leurs journées au bureau sont exposés aux CPF dans l'air, et cela semble augmenter leurs taux de CPF dans le sang", explique Michael McClean, de la Boston University School of Public Health aux Etats-Unis. Les CPF qui se répandent dans l'atmosphère ambiante émanent des meubles, des produits utilisés pour nettoyer la moquette, de la peinture et des emballages alimentaires, et ils seraient responsables d'une foule de problèmes de santé, dont le dérèglement de la thyroïde, certains cancers et la stérilité.

D'après la American Chemical Society, Michael McClean et son équipe de chercheurs ont analysé le sang de 31 employés de bureau à Boston, et ont trouvé "des concentrations cinq fois plus élevées de CPF appelés alcools fluorotélomèriques (FTOH) dans l'atmosphère des bureaux que celles relevées dans des foyers, dans le cadre d'études antérieures". Cela indique que les bureaux pourraient être un environnement particulièrement toxique, et que les "employés de bureaux fraîchement rénovés sont exposés à des doses de CPF bien plus élevées que ceux qui travaillent dans des bureaux plus anciens".

L'étude a été publiée dans la revue Environmental Science & Technology. ''Cette nouvelle étude est vraiment importante", s'enthousiasme Olga Naidenko, une chercheuse de l'organisation de défense des consommateurs Environmental Working Group, told WebMD. "Jusqu'à présent, les chercheurs débattaient entre eux pour savoir quelles sources de CPF contaminaient nos organismes", précise-t-elle. "Cette catégorie d'éléments chimiques est partout."

"Nous devons les supprimer des [biens de consommation]", ajoute-t-elle. "Nous ne devrions pas exposer nos employés à ce type de produits chimiques." D'après Olga Naidenko, les CPF dans les biens de consommation comme la moquette ne se dissipent pas rapidement, et il est donc important de vérifier avant l'achat si la moquette ou les chaises de bureau contiennent ou non des CPF.

Une autre étude dirigée par Michael McClean, publiée l'été dernier, suggère que de nombreuses surfaces dans les bureaux pourraient être recouvertes d'une poussière toxique. Son équipe a découvert de fortes concentrations d'un retardateur de flamme interdit à la vente, à base d'éthers diphényliques polybromés (EDPB), sur les mains d'employés de bureaux de Boston qui passaient au moins 20 heures par semaine au bureau.

Les EDPB étaient jadis très répandus, entrant dans la composition d'ordinateurs et autres appareils électroniques, mais aussi dans la mousse de polyuréthane des chaises de bureau ou de la moquette. Ils sont toujours présents dans de nombreux bureaux. Si on ne peut pas les éviter complètement, les chercheurs disent que la meilleure façon de réduire les risques d'exposition est de se laver les mains fréquemment avec de l'eau et du savon.

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.