santé

    Sommeil: connaissez-vous les 6 mythes qui mettent votre santé en danger?

    Dormir moins de 5 heures par nuit, rester au lit quand on n'arrive pas à s'endormir... Une nouvelle étude publiée dans la revue «Sleep Health» dénonce les idées reçues les plus répandues sur le sommeil, et rappelle que celles-ci pourraient mettre en péril notre santé. À méditer, avant de regarder un troisième épisode de «Jane the Virgin».

    Publié le 
    18 Avril 2019
     par 
    Relaxnews / EDM

    Les stéréotypes ont la vie dure, surtout lorsqu'il s'agit du temps que nous passons enroulés dans la couette! Dans une toute nouvelle étude, des chercheurs et chercheuses de l'École de médecine de l'Université de New York (NYU) listent toutes les prétendues méthodes pour «améliorer» notre sommeil.

    Afin d'obtenir ces résultats, les scientifiques ont examiné plus de 8000 sites Web, afin d'identifier les 20 idées reçues les plus courantes. Puis, avec l'aide d'une équipe d'experts en médecine du sommeil, ils les ont classées en deux catégories: celles qui reposent sur des croyances infondées et celles validées par des preuves scientifiques. 

    Il semblerait en effet que nous sous-estimions toujours l'importance d'une bonne nuit de repos:

    «Le sommeil est un élément vital de la vie qui influe sur notre productivité, notre humeur, notre santé et notre bien-être en général. Dissiper les mythes sur le sommeil favorise des habitudes plus saines qui, à leur tour, favorisent une meilleure santé générale», souligne Rebecca Robbins doctorante à NYU et autrice principale de l'étude.

     

    Mythe 1: Dormir moins de 7 heures, ce n'est pas si grave

    Dire que l'on peut dormir 5 heures par nuit tout en restant en bonne santé figure en tête des listes des allégations non étayées par des preuves scientifiques. L'équipe de Rebecca Robbins rappelle qu'il est essentiel de dormir au moins sept heures par nuit afin d'éviter les effets délétères à long terme liés à un manque de sommeil (fatigue, irritabilité, prise de poids, etc) et si possible d'essayer de se coucher et de se réveiller à heure fixe.

    Pas si facile lorsqu'on a une liste longue comme le bras de choses qu'on aimerait faire le soir, après les cours ou le travail. Il va pourtant falloir s'y mettre, si on veut garder la pêche!

    Et si on retrouvait le sommeil grâce à la technique «10-3-2-1-0»? 

    Mythe 2: Je ronfle, mais c'est forcément bénin

    Un autre mythe tenace identifié dans cette étude est celui qui consiste à dire que ronfler est inoffensif. Même si cela peut effectivement être le cas, un ronflement régulier peut également signaler une apnée du sommeil, trouble du sommeil potentiellement grave qui peut entraîner des arrêts cardiaques. Les scientifiques encouragent donc les patients qui ronflent fortement et/ou régulièrement à consulter un médecin.

    Mythe 3: L'alcool aide à mieux dormir 

    La consommation de boissons alcoolisées avant le coucher qui soi-disant aiderait à s'endormir résulte également d'un raisonnement erroné. Les experts rappellent que l'alcool réduit la capacité de l'organisme à atteindre un sommeil profond, nécessaire pour être en forme pendant la période d'éveil.

    «L'alcool peut vous aider à vous endormir, mais réduit drastiquement la qualité de votre repos, explique le Dr Rebecca Robbins, citée par la BBC

    Mythe 4: Regarder la télévision au lit nous aide à nous détendre

    Dommage! On aurait bien aimé qu'une étude stipule que le «binge-watching» nocturne possédait des vertus comparables à celles de la méditation. Ce n'est évidemment pas le cas! Certains contenus risquent de susciter du stress et de l'insomnie, tandis que la lumière bleue créée par les écrans retardent la production de mélatonine, l'hormone du sommeil. 

    Mythe 5: Si vous n'arrivez pas à dormir, restez dans votre lit

    À force de rester allongés, immobiles, à attendre ce petit retardataire de Morphée, «nous finissons par associer mentalement notre lit à l'insomnie», explique le Dr. Robbins. 

    Oups... Afin d'éviter cela, on prend soin de quitter la chambre à coucher, pour s'adonner à une activité monotone, qui ne requiert aucune concentration. Le conseil de l'experte? Allez trier vos chaussettes!

     

    Mythe 6: Appuyer sur «snooze» est inoffensif

    Ce réflexe très commun est pourtant plutôt néfaste: en effet, ces quelques minutes de sommeil supplémentaires seront de très mauvaise qualité. Plutôt que de retarder jusqu'à la dernière seconde le moment de se séparer de sa couette, on résiste à la tentation, on ouvre les fenêtres et on boit un verre d'eau. Courage! 

    «En discutant des habitudes de sommeil avec leurs patients, les médecins peuvent alerter les patients sur les mythes sur le sommeil qui contribuent à l'augmentation des risques de maladies cardiaques, d'obésité et de diabète», estime Jean-Louis Girardin, professeur aux départements de santé de la population et de psychiatrie de NYU et co-auteur de l'étude.

    Le manque de sommeil rend plus colérique (et augmente le stress)

    A lire également
    La beauté de notre teint passe également par notre assiette! Les conseils d'une naturopathe.
    O
    La Journée mondiale de la santé aura lieu le 7 avril 2019. L'occasion de revenir sur les moyens mis en œuvre par les entreprises pour notre santé.
    O
    On fait le point avec la spécialiste du sommeil Sylvie Royant-Parola.
    O
    Santé
    On fait le point avec la spécialiste du sommeil Sylvie Royant-Parola.
    O
    O
    Santé
    Une enquête Opinionway menée à l'occasion de la 18e Journée du Sommeil du 16 mars 2018.
    O
    Santé
    Cette habitude permettrait même de rattraper le manque de sommeil et la fatigue accumulés durant la semaine!
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O
    News loisirs
    Un peu de shopping, pour échapper à la pluie qui menace notre fin de semaine!
    O
    FeminaEnBalade Delémont Nina Simon étudiante travail social dät concept store
    En Suisse
    La capitale du Jura regorge de petites pépites à découvrir… et à savourer.
    O