santé

    Eviter de grignoter pour protéger son coeur

    Se tenir à des horaires de repas stricts pourrait aider à protéger son cœur de la survenue de maladies en lien avec l'âge, à en croire des recherches menées à la San Diego State University (SDSU), aux Etats-Unis..

    Publié le 
    17 Mars 2015
     par 
    Relaxnews/Gaëlle Ramet

    Les chercheurs ont travaillé sur des groupes de mouches des fruits, ces insectes sont utilisés depuis longtemps dans la sphère scientifique parce qu'ils partagent des similarités génétiques avec l'homme. L'équipe a réussi à prévenir la survenue de troubles cardiaques habituellement remarqués chez les mouches vieillissantes et celles qui ne mangent pas sainement.

    De nombreuses études précédentes menées sur l'homme ont montré que le fait de dîner trop tard le soir accroissait les risques de maladies cardiaques, mais aussi d'obésité, de maladies métaboliques et de diabète de type 2. «Alors que se passe-t-il lorsque les personnes mangent tard?», s'interroge Girish Melkani, biologiste à la SDSU. «Ils ne changent pas leur alimentation, juste l'horaire».

    Importance des horaires

    Pour mener leurs recherches, un groupe de mouches âgées de deux semaines a eu accès en continu toute la journée à de la semoule de maïs, alors que le deuxième groupe ne pouvait grignoter cette nourriture que pendant 12 heures par jour. Les chercheurs ont enregistré les quantités ingérées par chaque insecte, leur sommeil, leurs changements de poids et ont même mesuré leur santé cardiaque.

    Après trois semaines d'étude, les mouches qui n'avaient accès à la nourriture que 12 heures par jour affichaient une meilleure santé, elles avaient pris moins de poids que celles de l'autre groupe même si, au final, les deux groupes consommaient la même quantité de semoule de maïs. De plus, les mouches à l'accès limité à la nourriture dormaient mieux. Une autre période de trois semaines de tests a permis de conclure que la santé des mouches de tous les âges s'améliorait lorsqu'on limitait leur accès à la nourriture.

    Eviter sa cuisine pendant la nuit

    «Ces résultats renforcent l'idée que la routine quotidienne des repas a un impact profond tant sur le corps que le cerveau», explique le coauteur de l'étude, Satchidananda Panda, spécialiste du sommeil au Salk Institute de Californie. L'équipe de chercheurs pense que ces résultats devraient aussi s'appliquer aux sujets humains, même si le professeur Panda tient à souligner que les humains ont quotidiennement accès à une alimentation bien plus variée que la simple semoule de maïs.

    Dans tous les cas, le professeur Melkani, dont l'étude est parue dans la revue Science, explique qu'on peut retenir le message que le grignotage nocturne est à bannir. Pas facile de résister à l'appel du frigo, mais nécessaire donc!

     

    A lire également
    À méditer absolument, avant de regarder un troisième épisode de «Jane the Virgin» sous la couette...
    O
    La Journée mondiale de la santé aura lieu le 7 avril 2019. L'occasion de revenir sur les moyens mis en œuvre par les entreprises pour notre santé.
    O
    On fait le point avec la spécialiste du sommeil Sylvie Royant-Parola.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O