santé

    «Dry January» permet de se sentir mieux, de bien dormir et de faire des économies

    Selon une étude britannique consacrée au Dry January (la pratique consistant à ne pas consommer d'alcool pendant un mois), cela permettrait de perdre du poids, de mieux dormir, de bénéficier d'un regain d'énergie et de favoriser une réduction de sa consommation d'alcool à long terme.

    Publié le 
    3 Janvier 2019
     par 
    Relaxnews

    Une équipe de l'Université du Sussex s'est penchée sur les adultes qui ont pris part au Dry January 2018, un événement organisé au Royaume-Uni par Alcohol Change UK.  Un premier sondage a été réalisé auprès de 2821 personnes inscrites à l'événement Dry January, au début de celui-ci. Un deuxième a été réalisé auprès de 1715 personnes la première semaine de février et le dernier, auprès de 816 participants en août.

    Des bénéfices durables sur la santé, la balance et le porte-monnaie

    Les résultats montrent que ceux qui ont participé au Dry January ont déclaré boire moins les mois suivants, avec une consommation en baisse même au mois d'août. Les participants ont également révélé que le nombre moyen de jours où ils avaient bu était passé de 4,3 à 3,3 jours par semaine. Le nombre d'unités d'alcool consommées par jour a également baissé de 8,6 à 7,1 et la fréquence d'ébriété est passée de 3,4 fois par mois à 2,1 fois par mois en moyenne.

    J’arrête l’alcool pendant 1 mois: quels seront les effets sur ma santé?

    Parmi les autres bienfaits du Dry January, on peut rapporter un sens de l'accomplissement personnel, rapporté par 93% des participants, ainsi qu'une économie d'argent, rapportée par 88% des sondés. Prendre part à Dry January a également conduit 82% des participants à réfléchir à leur rapport à la boisson. 80% des participants se sentent plus aptes à contrôler leurs habitudes et 76% en savent davantage sur les raisons et les endroits qui les conduisent à boire. Un grand nombre (71%) prend également conscience qu'il n'est pas nécessaire d'avoir recours à l'alcool pour s'amuser.

    Réduire sa consommation procure d'autres avantages pour la santé : un meilleur sommeil, une perte de poids, une concentration accrue, une peau d'aspect régénéré, comme l’explique le docteur Richard de Visser, auteur principal de l’étude:

    «Le simple fait d'arrêter l'alcool pendant un mois aide à moins boire à long terme. Au mois d'août, les participants font état d'un jour supplémentaire sans alcool par semaine. Il y aussi des bienfaits immédiats considérables: neuf personnes sur dix affirment économiser de l'argent, sept sur dix dorment mieux et trois sur cinq perdent du poids.»

    «Il est intéressant de constater que ces changements dans la consommation d'alcool ont également été remarqués chez les participants qui ne sont pas parvenus à ne pas boire pendant un mois entier, mais ils sont moins nombreux, poursuit l’expert. Il y a donc un réel intérêt à relever le défi Dry January jusqu'au bout.»

    L’«alcoolorexie», le trouble alimentaire sournois qui détruit la santé des étudiantes

    Une vie totalement transformée

    Le docteur Richard Piper, PDG d'Alcohol Change UK, a commenté cette étude:

    «Pour parler simplement, Dry January peut changer des vies. Nous recevons chaque jour le témoignage de personnes qui ont pris en main leur consommation de boisson grâce à Dry January et qui s'en trouvent plus heureuses et en meilleure santé.»

    Le National Health Service anglais recommande aux hommes comme aux femmes de ne pas dépasser les 14 unités par semaine et de répartir ces unités sur trois jours ou plus. Un petit verre de vin (125ml, d’une teneur en alcool de 12%) compte pour 1,5 unité. Un verre standard pour 2,1 unités. Une bouteille de vin de 750ml (13,5% percent) contient 10 unités. Une pinte (britannique) de lager/bière/cidre (5,2 %) compte pour 3 unités et une bouteille de 330ml de lager/bière/cidre (5%) représente 1,7 unité.

    A lire également
    Car tout est une question de (simple) organisation.
    O
    femme ménopause 50 ans maladie symptômes
    Car non, ménopause ne signifie pas forcément bouffées de chaleur, déprime et sécheresse vaginale.
    O
    Quelques conseils bien-être au naturel pour préparer l'arrivée des beaux jours.
    O
    Santé
    Selon un médecin britannique, il suffit de se poser quatre petites questions pour identifier cette discrète dépendance.
    O
    Demi Lovato tapis rouge décembre 2017 robe bustier jaune noire
    News people
    Heureuse de s’être débarrassée de ses addictions, la chanteuse a fait part de sa satisfaction.
    O
    verre alcool vin alcoolisme témoignage
    Témoignages
    Longtemps, Sophie* s’est battue contre la maladie qui rongeait son père: la dépendance à l’alcool.
    O
    News société
    Louise Delage a 25 ans et sa vie semble parfaite: pourtant, son compte Instagram cache une réalité bien plus sombre.
    O
    Témoignages
    Cette jeune maman a glissé dans l’alcoolisme après la naissance de son enfant.
    O
    News société
    Des bars et des boîtes de nuit où l’alcool est strictement interdit, c’est le concept des «sober parties», ou soirées...
    O
    plaque chocolat noir
    En Suisse
    Dégustations, ateliers, festivals... De quoi satisfaire tous les gourmands!
    O
    En Suisse
    Ce printemps nous réserve de belles surprises, pour sortir en douceur de l'hibernation.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O