santé

    Le développement personnel? Elle a vraiment testé. Mais pas tout approuvé!

    Pendant plus d’une année, la journaliste britannique Marianne Power a suivi à la lettre les conseils de douze best-sellers du rayon «Mieux-être». Son bilan? Le meilleur côtoie le pire! 
     

    Publié le 
    10 Décembre 2018
     par 
    Saskia Galitch

    Londres, un dimanche brouillardeux de novembre 2013. Au lendemain d’une «cuite phénoménale», barbouillée et seule dans son petit studio, la journaliste Marianne Power broie du noir.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    Elle a 36 ans, des finances dans le rouge vif, l’impression permanente de flotter dans le bleu et d’être inadéquate en toutes circonstances. Comme si tout cela ne suffisait pas, son célibat lui pèse. Tout comme ses rondeurs. C’est là qu’elle a une illumination:

    «Je ne vais plus simplement lire les ouvrages de développement personnel (DP) que j’achète depuis des années avec dévotion, je vais les mettre en pratique. Ainsi, d’épave dépressive, je vais me transformer en femme heureuse et efficace. En m’attaquant à mes failles avec méthode – angoisses, argent, poids, etc. –, je serai… parfaite!».

    Enthousiaste et motivée, elle décide de s’accorder un an pour accomplir sa révolution. Un livre par mois, «suivi à la lettre» (voir encadrés).

    Développement personnel: 7 conseils pour vivre mieux

    Le bilan de cette quête qui lui aura finalement pris un an et demi et l’a conduite à entreprendre une psychothérapie quand elle a compris qu’elle ne pouvait pas «tout résoudre sans aide»? Mitigé. Car comme elle le raconte avec humour dans Help me!, elle n’a pas trié le bon grain de l’ivraie avant de sauter le pas.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    «J’étais comme une junkie!»

    De fait, persuadée qu’il lui suffisait de mettre un chouia de bonne volonté pour que ça marche, elle a pioché dans tous les rayons.

    «A bien des égards, ce voyage a été un désastre, écrit Marianne Power. J’ai creusé mes dettes, ma productivité s’est effondrée et je pèse 6 kilos de plus que quand je me suis lancée dans ce projet.» Dans son livre, elle ajoute: «Durant cette période, je suis devenue irresponsable, égoïste et, pire, je me suis brouillée avec une de mes meilleures amies […] Mais j’étais comme une junkie accro au DP, convaincue que la réponse se trouverait dans le prochain bouquin, puis dans le suivant…» Or, c’est bien le problème qu’elle soulève indirectement: sous l’appellation non contrôlée DP se cache un joyeux fritto misto où se côtoient le meilleur et le pire.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    D’un côté, des guides sérieux proposent «des outils pouvant aider à gagner en mieux-être physique, émotionnel et relationnel», comme les définit le psychanalyste et professeur de psychopathologie à l’Université Paris-XIII, Jean-Michel Hirt ou comme le circonscrit Jacques Salomé:

    «J’appelle DP toute démarche de changement dans laquelle je prends le risque de m’autoresponsabiliser, en vue de remettre en cause – pour en comprendre le sens et pour dynamiser autrement mes façons d’être – mes modes de pensée, mes croyances, mes certitudes et mes comportements au quotidien.»

    De l’autre côté, s’accumulent des manuels remplis de formules promettant «la lune à ceux qui ont perdu le soleil», tranche le philosophe André Guigot, agacé des effets parfois délétères de cette «course à la félicité». C’est que, dit-il, cette obligation d’être en permanence au top est devenue une source d’angoisse et de culpabilité pour ceux qui n’y arrivent pas. Des sentiments que Marianne Power a éprouvés:

    «Pendant cette expérience, plus j’essayais d’être heureuse, moins je l’étais. Plus j’essayais d’être parfaite, plus j’étais consciente de mes échecs. J’avais mis la barre très haut et j’étais donc très déçue de moi quand je n’atteignais pas le standard que je m’étais fixé!»

    Alors… comment s’y retrouver dans cette galaxie qui s’enrichit annuellement de près de 700 titres estampillés Ma vie en mieux, souvent doublés de stages et d’une constellation de produits dérivés?

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    Développement personnel: Apprendre à s'aimer, pour mieux aimer les autres

    Aucune garantie de succès

    Pour les spécialistes, il est d’abord essentiel d’accepter qu’il n’y a pas de formules magiques. En d’autres termes, méfiez-vous des titres qui «assurent», «promettent», «certifient» ou «apportent enfin des réponses». Comme le confirme le psychiatre Christophe André, le DP sérieux n’offre aucune garantie de succès, de bonheur ou de sérénité nirvanesque, pas plus qu’il ne donne «un mode d’emploi de la vie clés en main avec recette incorporée». En revanche, il invite à pratiquer l’introspection, à bosser sur soi, et propose des exercices visant à faciliter la prise de conscience de blocages, à modifier des croyances ou des agissements créateurs de mal-être.

    C’est ce qu’a compris Marianne Power qui, inspirée par certaines lectures, a pu enclencher un processus personnel:

    «J’ai longtemps visé la perfection avant de réaliser que ça n’existe pas. Cette aventure m’a permis de prendre confiance en moi, de faire des choses que je n’aurais jamais faites avant de me lancer. Je suis moi, avec mes qualités et mes défauts, comme avant. Sauf qu’aujourd’hui je me sens bien avec moi-même!»

    «Vivre le moment présent: une révélation»

    L’idée phare développée dans Le pouvoir du moment  présent, d’Eckart Tolle: «Ce n’est qu’en vivant dans l’ici  et maintenant que nous trouverons la paix et la joie.»

    L’expérience: Facile à dire, moins à appliquer, note Marianne Power. Il n’empêche… «Tolle décrit à la perfection la petite voix qu’on a dans la tête et qui, souvent, nous culpabilise pour les erreurs du passé ou imagine les désastres à venir, bref, qui nous tourmente et nous empêche de vivre à fond  la seule chose réelle: le présent. En gros, quand les choses s’emballent dans notre cervelle, il recommande de se poser une question toute simple: Est-ce que j’ai un vrai problème  là, juste maintenant? La réponse est généralement: non!  Du coup, on respire et on se détend!»

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    Le bilan: En se plongeant dans Tolle, Marianne Power a  compris qu’elle était en fait accro à ses problèmes – quitte  à les inventer pour ne pas risquer le manque! – et se  «shootait à l’autoapitoiement».

    Le +: La prise de conscience générée par Le pouvoir du  moment présent lui a permis de changer son mode de pensée: «Cela a eu et a encore un réel impact positif sur moi!»

    Le -: De prime abord, la lecture de cet essai peut sembler  ardue: «Je l’avais lu quelques années plus tôt, mais  je n’en avais pas compris un traître mot!»

    «Le secret: l’univers à mon secours!»

    L’idée phare développée dans Le secret, de Rhonda Byrne: «Vous pouvez avoir  tout ce dont vous rêvez… il faut juste  le demander!»

    L’expérience: Selon ce best-seller international, «il me suffisait de formuler un rêve, de le visualiser et d’y croire assez fort pour que l’univers me le donne. J’ai essayé –  et suis même allée m’asseoir au volant de la voiture qui me faisait fantasmer depuis  des années.»

    Le bilan: «J’ai demandé, j’ai cru… et je suis rentrée chez moi en bus…!»

    Le +: «Il nous pousse à rêver.»

    Le -: Ce «ramassis de sottises», selon les mots de la journaliste, fonctionne sur le principe de la pensée magique et fait gravement l’impasse sur la notion de travail.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    «Non-conversation avec mon ange»

    L’idée phare développée dans La thérapie des anges,  de Doreen Virtue: «Nous avons tous des anges qui nous guident, veillent sur  nous, nous guérissent.»

    L’expérience: «J’ai sincèrement essayé de converser avec mes anges – et notamment avec Bob le bricoleur (photo) – afin de bénéficier de leurs conseils éclairés.» Les appels de Marianne Power sont restés lettre morte.

    Le bilan: «J’ai perdu du temps, ce qui m’a agacée, et, en plus, en tentant de trouver une plume, j’ai attrapé un rhume dont j’ai mis trois semaines à me débarrasser!»

    Le -: Le prix des livres («L’auteure a beau passer ses journées au royaume des anges, question business, elle a les deux pieds bien sur terre!») et le temps perdu  «à lire ces inepties qui feraient passer Le secret pour un ouvrage rationnel!»


    Un bouquin qui lui a permis de prendre du recul. Un peu trop, parfois! Helpmeblog

    «L’ultime voie spirituelle? Le rien à foutre, bien sûr!»

    L’idée phare développée dans Rien à foutre: l’ultime voie spirituelle, de John C. Parkin: «Si quelque chose vous stresse, dites:  Rien à foutre! et vous vous sentirez instantanément mieux».

    L’expérience: «J’ai adoré cette idée de se ficher de tout. Mais j’y suis allée un peu fort!» En résumé: elle a dépensé sans compter, envoyé  un mail assassin à sa meilleure amie, refusé du travail et tellement  bu et mangé qu’elle a pris 6 kilos en un mois…

    Le bilan: Pour Marianne, envoyer balader tout ce qui avait de l’importance pour elle auparavant s’est donc concrétisé par une amie et des jobs perdus mais des dettes et des kilos en plus!

    Le +: «Cela m’a appris à me détacher des problèmes et à me relaxer.»

    Le -: Ce motto est indiscutablement dangereux quand on le prend  au pied de la lettre comme l’a fait Miss Power!


    Lors de son moi Tremblez mais osez, Marianne Power a sauté dans le vide. Une expérience qu'elle ne recommencera JAMAIS, dit-elle! Helpmeblog

    «J’ai beaucoup tremblé, mais j’aI osé»

    L’idée phare développée dans Tremblez, mais osez!, de Susan  Jeffers: «Prenez un risque par jour – modeste ou audacieuse, cette action vous comblera de bien-être une fois réalisée.»

    L’expérience: Après avoir recensé et listé ses différentes peurs, l’auteure s’est jetée à l’eau: elle s’est baignée dans un étang glacé  en plein hiver, a posé nue devant une classe d’étudiants en peinture,  a conduit sur l’autoroute puis s’est risquée à un parcage en créneau,  a sauté en parachute, ouvert ses relevés bancaires, abordé des inconnus dans la rue… «Le but, c’est de sortir de sa zone de confort afin  de gagner de la confiance en soi», explique-t-elle.

    Le bilan: Pour Marianne Power, le contrat est rempli: «Suivre les conseils de Susan Jeffers m’a montré que je suis capable de faire  des tas de choses dont je me croyais incapable!»

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    Le +: «Relever son défi quotidien procure effectivement un sentiment de fierté et de plaisir.»

    Le -: Le livre ne s’attaque pas vraiment au pourquoi de nos peurs.  Or, certaines sont naturelles «et il n’y a donc pas besoin de les mater!».

    Le livre

    Help me! Comment le développement personnel a/n’a pas changé ma vie, Marianne Power, Ed. Stock. Traduit dans 22 langues,  ce récit désopilant sera prochainement adapté en série TV.

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Marianne Power (@marianne_power_writer) le

    En savoir plus: helpmeblog.net

    A lire également
    femme acupression visage noir blanc massage
    Anxiété, dépression, mauvaise qualité du sommeil... La médecine chinoise peut venir à bout de ces symptômes.
    O
    jus cassis myrtilles détox cure
    Régimes à base de jus de légumes ou «bains de pieds ionisants»: au moment des fêtes fleurissent les conseils de «cures détox».
    O
    fille café restaurant tatja
    Sociabiliser sans alcool en janvier, une initiative aux nombreux avantages pour la santé.
    O
    filles heureuses rires chewing gum amitié
    Psycho
    «Peut mieux faire», «pas assez bien», «encore un effort»… Enfin une méthode efficace pour dire stop à la pression constante.
    O
    deux femmes filles rues été vêtements blancs headband amitié bracelets multicolores
    Psycho
    Astuces anti grise mine du coach de vie Thierry Schneider.
    O
    Psycho
    Passer du temps sur Facebook, Instagram & Co pourrait augmenter la fatigue et développer le sentiment de solitude.
    O
    crislo creation clenia martins
    News loisirs
    Grâce à Crislo Creation, sa boutique en ligne, la jeune femme enchante les chambres d'enfants.
    O
    femme dans un bain agrumes
    Soins & Bien-être
    La rédaction a testé les derniers soins en institut pour renforcer ses cheveux, rééquilibrer sa peau et chasser les tensions.
    O
    Voyage
    Familiaux ou huppés, ils viennent d’ouvrir leurs portes… juste à temps pour y organiser vos prochaines vacances hivernales!
    O