santé

    Banc d’essai: les nouveaux «trucs» pour les règles

    Alors que la composition des tampons et leur utilisation font de plus en plus débat, des alternatives se multiplient sur le marché. Mais entre, la cup, la serviette lavable ou la culotte doublée… à quelle méthode de gestion de flux menstruel se vouer? Témoignages d’utilisatrices et avis d’une gynécologue.

    Publié le 
    11 Janvier 2018
     par 
    Juliane Monnin

    La cup

    «J’ai été traumatisée par le témoignage de Lauren Wasser, ce top amputé à cause du syndrome du choc toxique, causé par l’utilisation d’un tampon. Et ça me révolte qu’en 2018, le fait d’indiquer les substances présentes (et donc potentiellement toxiques) dans ces derniers ne soit pas une obligation légale. Sans parler de la taxe rose: serviettes et consorts ne sont pas considérées comme des biens de première nécessité. Bref, dès que j’ai découvert la cup, j’ai foncé. Verdict: j’ai dû tester un autre modèle, le premier ne me convenait absolument pas (trop rigide, trop difficile à manier). Et pour rien au monde je ne reviendrais en arrière. Je n’ai jamais été embêtée pour vider ma cup. Si je me trouve dans un lieu où les toilettes ne sont pas individuelles, j’emporte toujours une bouteille d’eau avec moi. Ce n’est certes pas le plus pratique, mais ma conscience écologique et mon corps me disent merci.» Valentina, 31 ans

    La culotte doublée

    «J’ai commandé les culottes de règles Thinx sur Internet après avoir lu plusieurs revues de blogueuses qui s’en disaient convaincues. Sur le site, neuf modèles différents et plusieurs absorptions sont à choix (de ½ à 2 équivalences tampons), cela demande un peu de temps pour bien comparer. J’ai pris une grosse culotte de grand-mère capacité 2 tampons pour le premier jour ou la nuit, super confortable, et deux culottes plus petites (capacité 1 tampon) pour les autres jours. On la porte donc comme une culotte normale, on la rince à l’eau chaude le soir et on la met à sécher pour pouvoir la réutiliser le surlendemain et on lave le tout en machine à la fin des règles. J’ai été étonnée par ce produit vraiment efficace, réservé à celles qui n’ont pas un flux torrentiel, disons. Un seul inconvénient: elles sont assez chères (35 $, à quoi il faut ajouter les frais de douane car envoyées depuis les Etats-Unis).» Julie, 39 ans

    Le tampon bio

    «Comme je fais déjà mes courses au magasin bio le samedi et que je suis sensible aux alternatives de vie plus naturelles, je me suis dit: Pourquoi ne pas tester ces tampons bio (Natracare) sans applicateur? Grossière erreur: à l’application, le coton devient tout mou et cela donne une étrange sensation de confort. Lors de mon test, j’ai même eu l’impression que le tampon redescendait parfois… dans ma culotte. L’expérience était donc très décevante. En particulier pour aller travailler au bureau et lors de mes activités «extra scolaires». Plus jamais!» Louise, 35 ans

    Brisez le tabou des règles… enfin!

    Le tampon organique (ce tampon, à la composition 100% naturelle, existe également avec applicateur réutilisable en silicone.)

    «J’utilise des tampons bio (Organyc) sans chlore depuis un peu plus d’un an. Il s’applique exactement comme un tampon classique et ce n’est vraiment pas beaucoup plus cher (1 fr. de plus environ). Je suis passée aux tampons bio suite aux scandales et polémiques sur le non affichage de la composition des tampons classiques. J’en suis très satisfaite. A l’usage, il n’y a vraiment aucune différence avec un tampon normal à part qu’il n’est pas toxique pour le corps! En règle générale, enfin, j’essaye au maximum de faire attention à tous les produits chimiques et perturbateurs endocriniens en contact avec mon corps, les tampons, donc, entre autres». Alice, 30 ans

    L’éponge de mer (une méthode ancestrale qui était tombée aux oubliettes mais revient progressivement dans le panel des protections hygiéniques. Le principe: on place l'éponge de mer naturelle dans le vagin afin qu'elle absorbe le sang et on la retire à intervalles réguliers, selon l'importance du flux.)

    «J’ai opté pour l’éponge naturelle depuis maintenant quatre mois. J’alterne encore avec la coupe menstruelle, qui marque plus clairement le moment où il faut la changer. L’éponge est vraiment pratique, parfaite pour nager, faire du sport, lors des moments câlins, etc. Il est même possible d’en mettre deux en cas de flux important. Inconvénient: elle n’est pas toujours facile à enlever et on est obligé de le faire sous la douche! Pourquoi ce choix? Pour son aspect zéro déchet évident. Je conseille de l’acheter sur Amazon car ailleurs, j’ai remarqué qu’elle pouvait facilement être trois fois plus cher.» Marion, 27 ans

    Et aussi: celle qui ne voulait pas abandonner sa protection «non écolo»

    «Toutes ces polémiques me fatiguent! Une semaine sur deux, on nous rappelle que les tampons ou les cups sont dangereux pour la santé, et augmentent notre risque de contracter le syndrome du choc toxique! De plus, pendant les règles, un stress supplémentaire n’est vraiment pas le bienvenu. Du coup, je fais au plus simple: j’évite les tampons lorsque je peux me le permettre, et me tiens aux serviettes hygiéniques, qui, jusqu’à nouvel ordre, n’ont été au centre d’aucune polémique. Ce n’est pas très écologique, je l’avoue… je devrais peut-être tester les serviettes réutilisables. Ce sera l’une de mes bonnes résolutions pour 2018.» Sarah, 25 ans


    © Getty 

    Interview du Dr Saira-Christine Renteria, gynécologue au CHUV

    FEMINA Tampon organique, cup, éponge de mer, serviette lavable, culotte doublée… quel est votre avis sur ces moyens de gestion de flux et quels sont les risques liés?
    Selon moi, les moyens dangereux ont été éliminés du commerce il y a longtemps. Le danger principal réside dans la durée de pose. Peu importe l’option choisie, l’important est d’avoir une bonne hygiène globale, utiliser des produits propres et les retirer régulièrement (toutes les 4 à 6 heures). Ainsi, on ne perturbe pas trop le pH de la flore vaginale.

    En revanche, on oublie souvent de préciser l'importance d’opter pour un moyen qui «n’appuie pas trop». Adapté à la physionomie, par exemple, un tampon va devenir mou. Le risque avec des dispositifs «durs» comme la cup est d’avoir (toutes proportions gardées) une microlésion ou un ulcère.

    Quand les règles sont faibles, le mieux serait de ne pas utiliser de tampon ou de cup afin d’éviter une sécheresse. Je prône une utilisation raisonnable et responsable.

    L’idéal ne serait-t-il pas d’adopter le FIL, la méthode du «flux instinctif libre» (ndlr. on se fie à son corps et on va aux toilettes dès qu’on sent le besoin de se «vider»)?
    Comme souvent, je trouve qu’on dicte ce que la femme doit faire ou ne pas faire, ce qui est bien ou pas, écologique, etc. J’ai lu beaucoup de choses sur cette tendance. J’avoue ne pas trop comprendre ces «contractions». Certaines «utilisatrices» admettent tout de même avoir de petits accidents.

    L’information générale de cette mode: se demander ce qui est le plus adapté à chacune.

    Lors des consultations, arrive-t-il que vos patientes vous questionnent sur la gestion de leurs règles? Ou pensez-vous que le sujet est encore tabou?
    Je suis étonnée qu'en 2018 beaucoup de femmes n’utilisent toujours pas de tampons, notamment les plus jeunes (ou alors, pour la piscine, à la limite). Dans l’ensemble, je remarque que le sujet reste tabou, à part chez des femmes très féministes.

    Par ailleurs, je vois beaucoup de femmes qui ont des règles vraiment très abondantes et qui consultent tard par rapport à la douleur ou à la perte de sang. Elles arrivent parfois en consultation à la limite de l’anémie (jusqu’à 40% chez les étudiantes) et voient leur vie sociale ou professionnelle entravée. C’est un fait, en 2018, on est toujours victimes de vieilles croyances: «Ca va passer quand tu auras des enfants», «c’est normal d’avoir mal», etc.

    Je suis surprise que les filles ne tapent pas sur la table en disant: «Je ne veux plus ça!»

    Justement, on connaît désormais le chocolat lucernois «antidouleur menstruel», mais qu’est-ce que la médecine propose pour soigner nos maux?
    De nos jours, on ne devrait plus souffrir lors des règles. On prescrit dans la plupart des cas des antidouleurs mais, encore une fois, ces derniers sont victimes de vieux mythes. Les femmes ont «peur» de prendre ces médicaments et attendent parfois trop longtemps. Le mal est là! Alors que si elles commençaient un jour avant les règles, ces mêmes médicaments fonctionneraient davantage.

    Ensuite, bien sûr, les douleurs sont traitées par «palier». On peut prescrire des traitements qui contrôlent la coagulation du sang, des produits hormonaux ou encore des contraceptifs. Avant, on exagérait peut-être un peu trop en prescrivant la pilule de façon quasi automatique, comme s’il était important d’avoir un cycle réglé.

    Dans tous les cas, ce n’est jamais «rien». Vouloir contrôler ses douleurs, c’est toujours une décision à prendre. S’autoriser un traitement antalgique est déjà le premier pas!

    Lauren Wasser, le mannequin victime d'un choc toxique, sera amputée de sa seconde jambe

     

     

     

    A lire également
    Adva Grundman nous parle de l’importance de traiter ces sujets, qui restent encore tabou.
    O
    Le taux de décès liés au sida inquièt: de 2,9 pour 100 000 habitants au Chili, il est le triple de la moyenne mondiale.
    O
    Le 12 avril 2018, la revue française «60 millions de consommateurs» s'attaque à l'industrie agroalimentaire.
    O
    News société
    La Chinoise fait le buzz en évoquant d’une façon tout à fait naturelle les menstruations.
    O
    Sexo
    Ingénieux et pratique, Flex est un disque qui bloque les règles tout en permettant les galipettes.
    O
    News société
    Le but de l’association Plan International? Proposer aux internautes de voter pour un «emoji règles».
    O
    Blood – la nouvelle campagne pub pour protection hygiénique
    News société
    Enfin une pub qui nous montre du sang, et non un liquide bleu de laboratoire.
    O
    Santé
    Confortable, saine, économique, on vous dit pourquoi en faire votre cup of tea.
    O
    Une magazine l'équipe tabou règles sportives championnes
    Santé
    Le magazine de sport a consacré sa Une à un sujet que l’on passe trop souvent sous silence.
    O
    Santé
    La jeune Américaine milite pour la prévention du syndrome du choc toxique.
    O
    En Suisse
    La Suisse est entrée dans l’ère des coffee shops! Tour d’horizon romand d’un véritable phénomène de société.
    O
    En Suisse
    Cinq adresses pour savourer des produits de la mer en terre genevoise.
    O
    alp turnels bain petit-lait frais gstaad escapade bien-être suisse
    En Suisse
    De Gstaad à Zermatt en passant par La Chaux-de-Fonds, focus sur 6 soins naturels... et exceptionnels.
    O