psycho

    Marcel Rufo: «La démocratie familiale fait naître des enfants tyrans»

    Dans son dernier livre, coécrit avec le Pr Philippe Duverger, le pédopsychiatre Marcel Rufo analyse la souffrance qui se cache derrière le comportement des petits despotes. Interview.

    Publié le 
    20 Novembre 2018
     par 
    Fabienne Rosset

    FEMINA: Les enfants tyrans, ça existe vraiment?
    Marcel Rufo
    Ça se développe beaucoup, oui. Un des paradoxes de la nouvelle démocratie familiale, c’est que cela fait naître des tyrans.

    Je suis persuadé que les parents d’aujourd’hui sont mieux qu’avant: ils sont plus à l’écoute, ils sont soucieux du développement de l’enfant, ils sont des éducateurs… mais en même temps ils sont plus séducteurs.

    Comme ils sont très attentifs à leurs enfants, ces derniers prennent le pouvoir lorsqu’ils les sentent fragiles, lorsqu’il y a des fratries, lorsqu’il y a une séparation, lorsque la mère colle un peu trop ou que le père est trop gentil. Finalement, le reproche qu’on pourrait leur faire porte sur le fonctionnement des nouvelles familles, tout en admettant leurs qualités. Toutefois, le reproche de cette dérive vers la tyrannie peut aussi être adressé aux pédopsychiatres qui ont poussé les parents sur cette voie de l’écoute et de la compréhension à tout prix. Les enfants ont pris le pouvoir.

    Pouvez-vous définir ce qu’est un enfant tyran?
    C’est un enfant qui ne supporte pas la moindre frustration, qui se met très petit à se jeter par terre lorsqu’on lui dit que c’est le moment de prendre son bain. Alors que c’est un moment agréable, il se met à crier, à donner des coups de pied, à ne plus parler, à se taper la tête contre les murs et cela de manière répétitive. Ensuite, il ne veut pas manger, ne veut pas aller se coucher, ne veut pas aller au pot.

    Dans le développement de l’enfant, tout ce qui est de l’ordre de la frustration fait grandir et lui se met à la refuser sous toutes ses formes: c’est ce qui est à l’origine du tyran.

    Du petit bébé à l’adolescent, il y a une chronologie de la tyrannie. Toutefois, cette dernière n’est pas linéaire… il y a des enfants très sympas qui deviennent tyranniques à l’adolescence en entrant dans le conflit, les addictions, l’opposition quand on leur dit, à 14 ans, qu’ils ne peuvent pas rentrer à 3 heures du matin…

    Marcel Rufo: "Je plaide coupable"

    Ça vient toujours du même problème?
    Par certains aspects, il faut une fragilité de l’enfant. Ne pas supporter la frustration, c’est ne pas être sûr de soi. Dans notre vie quotidienne, quand quelque chose nous irrite profondément, c’est le signe d’une fragilité et, si on analyse bien, quand ça arrive, c’est parce qu’on ne gère pas la frustration.

    J’aime bien donner l’exemple des personnes qui ne peuvent plus fumer dans les trains et qu’on voit à la sortie du TGV tirer sur leur cigarette comme si pendant 3 heures on les avait privés de liberté. La frustration, ne pas supporter le discours de l’autre, c’est un signe de fragilité, chez les enfants comme chez les adultes. Dans certains exemples que l’on donne avec Philippe Duverger dans le livre, les fragilités des enfants se combinent d’ailleurs parfois à celles des parents.


    © Getty - Eric Fougère

    Comment s’exprime cette tyrannie chez  les tout-petits?
    Elle se décline au fil des âges. Pour les enfants qui sont à l’école maternelle, elle se construit autour de tout ce qui est frustration: comme de dire non à la tablette ou à un dessin animé.

    Il y a des enfants qui imposent à leurs parents de toujours regarder Le roi lion et qui, dès trois ans, menacent de ne pas manger, de ne pas se coucher ou de ne pas aller au bain s’ils ne peuvent pas regarder leur film. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut totalement interdire les écrans, d’ailleurs la règle du pas d’écran avant 3 ans est impossible à appliquer.Je défie tout parent de le faire. Les grands-parents ont des portables, les autres enfants ont des tablettes!

    Bien sûr qu’il faut être attentif, mais la règle 3-6-9-12 (ndlr: pas d’écran avant 3 ans, pas de console de jeux avant 6 ans, pas d’internet avant 9 ans, internet seul à partir de 12 ans, défendue notamment par le psychiatre Serge Tisseron) est, pour moi, discutable, ce n’est pas comme ça que ça se joue dans la réalité. Dans la réalité, l’addiction aux écrans – au Roi Lion, dans mon exemple – montre une fragilité. J’en fais plus un signe clinique qu’une règle éducative.

    Le comportement tyrannique évolue-t-il  au fil des âges?
    Lors de l’entrée à l’école apparaît la tyrannie de l’apprentissage, des devoirs: comme si l’enfant, en cassant les pieds à ses parents, assurait un pouvoir; comme si, de manière négative, en étant très gênant il attirait soudain l’attention. Et là, il y a une piste à suivre en essayant de comprendre pourquoi il fait ça.

    A l’adolescence, ce sont tous les comportements liés au téléphone portable et aux réseaux sociaux qui tyrannisent. Je viens d’avoir le cas d’une jeune fille qui a fait une tentative de suicide aux médicaments, du coup sa mère lui a supprimé le portable parce qu’elle y avait, entre autres, des communications avec des gosses déprimés. En consultation, la jeune fille trouvait que sa mère était terrible de lui supprimer son portable et moi j’essayais de lui expliquer que sa mère avait eu peur qu’elle meure.

    Par certains aspects, l’enfant addict aux écrans, aux réseaux sociaux ou aux jeux vidéo à l’adolescence montre qu’il est fragile. Ce n’est pas son addiction qui m’intéresse, mais ce qui se cache derrière.

    Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants

    Est-ce que ça peut être la faute de parents qui sont trop mous dans leur éducation?
    Pour reprendre l’éducation classique, si on relit ce qu’écrivait Anna Freud, il y a des frustrations nécessaires et il faut savoir dire non aux enfants pour qu’ils accèdent au oui. Si on leur dit toujours: «Arrête! Je ne veux plus que tu fasses ça mon petit chéri!» l’enfant n’entend que «mon petit chéri» et le reste importe peu. Il y a des parents qui cherchent à se mettre de manière transversale à hauteur de l’enfant, mais dans l’éducation il y a une certaine verticalité. L’autorité des parents, c’est une autorité bienveillante qui accompagne l’enfant vers le progrès. Il y a des enfants qui sont terribles à la maison et qui à l’école maternelle sont des anges, ce qui a le don de culpabiliser les parents qui se disent que ça vient d’eux. Toutefois, à l’école il y a des règles, un groupe, et donc l’enfant n’est pas l’unique objet de tous les sentiments et de toutes les attentions.

    Dans le cocon familial, l’enfant est un enfant roi complètement idéalisé, considéré comme un petit adulte alors que c’est un petit enfant. Il faut être adulte avec les enfants, comme le propose le pédopsychiatre Philippe Jeammet.

    Est-ce que ça veut dire que les parents ne savent plus exercer leur autorité?
    La question est intéressante. Les parents sont en tous les cas trop sympas, la preuve, c’est qu’ils consultent toujours plus les pédopsychiatres.

    Au début de ma carrière, il y avait 5 ou 6% de consultations spontanées, maintenant j’en suis à 84%.

    Les parents viennent spontanément rencontrer un pédopsy, mettre un tiers dans la relation à leur enfant, souvent parce qu’il les tyrannise, parce qu’il ne supporte pas la moindre frustration.

     

     

     

    Dans le fond, un enfant tyran n’est-il pas juste un enfant mal élevé?
    Vous rejoignez ce que disait avec beaucoup de finesse Claude Halmos, qui insistait sur la notion obsolète qu’est la politesse. Quand vous avez un enfant qui dit merci à table, qui dit que ce que vous avez préparé est bon, qui dit: «Bonjour Madame» quand il ne vous connaît pas et qui ne prend pas la tablette au moment du repas, vous vous dites que ce petit est charmant. C’est une sorte de galanterie de l’enfant vis-à-vis des adultes qui fait la différence.

    Les enfants tyrans eux n’ont que faire des adultes autour: ils font comme ils veulent, un point c’est tout.
     

    Dans le même registre, vouloir que son enfant soit heureux à tout prix, est-ce que ce n’est pas aussi dangereux?
    Ça, c’est une grave erreur. Vouloir que son enfant soit heureux, c’est comme si on ne voulait pas qu’il passe par des difficultés qui sont nécessaires. Ça rejoint ce que vous dites sur la frustration. Il ne réussira pas toujours, il n’aura pas forcément plein d’amis dans la cour de récré. La deuxième grave erreur selon moi, c’est de prétendre aimer ses enfants pareil. C’est une rigolade: comment peut-on affirmer ça quand, d’un côté, on a un garçon toxico qui te vole ta carte bleue et qui a bousculé sa grand-mère et, de l’autre, une fille gentille qui t’invite à Vérone parce que tu aimes l’opéra?

    Dans votre livre, votre confrère et vous-même n’êtes souvent pas d’accord dans vos analyses. Est-ce que ça veut dire que la psychanalyse ne sert à rien?
    La psychanalyse est intéressante, mais la psychanalyse attitude, soit l’idée qui voudrait que hors psychanalyse il n’y ait pas d’issue, est idiote. Il faut être ouvert à toutes les thérapies, mais en même temps, et c’est ce que je défends,  la psychopathologie a encore de l’avenir. Tout est dans l’explication, l’interprétation, la contradiction et ça m’amuse de discuter avec ce confrère d’une autre génération, que j’aime beaucoup, qui a toutes les qualités qu’il faut pour devenir le leader de la pédopsychiatrie française. 

    Le cas de l’enfant tyran relève-t-il alors in fine de la psychanalyse ou de l’éducation?
    Je crois qu’il faut lui donner la chance de la psychanalyse pour essayer de comprendre qu’il souffre, vraiment. Éduquer, on peut toujours; comprendre, c’est plus complexe. C’est ce que nous apprennent les enfants dans leurs difficultés qui m’intéressent.

    Le pathologique au service du quotidien

    Contrairement à ce qu’indique son titre, le dernier livre coécrit par Marcel Rufo et son confrère pédopsychiatre Philippe Duverger n’est pas un guide destiné aux parents d’enfants tyrans. Dans l’ouvrage, pas de conseils point par point, pas de méthode miracle pour résoudre l’équation familiale construite autour d’un enfant roi qui tout à coup prendrait le pouvoir sur ses  parents, mais des exemples de  situations pathologiques rencontrées en consultation par  les deux spécialistes, des contradictions, des discussions,  des échecs aussi; histoire de montrer aux parents qu’ils ne sont pas seuls et, surtout, qu’ils ne font pas forcément faux dans leur manière d’éduquer leurs enfants au quotidien. Tyrans ou pas

    «Qui commande ici? Conseils  aux parents d’enfants tyrans», Professeur Marcel Rufo et Professeur Philippe Duverger,  Ed. Anne Carrière, 280 pp.

    A lire également
    Passer du temps sur Facebook, Instagram & Co pourrait augmenter la fatigue et développer le sentiment de solitude.
    O
    Devenir soi en se libérant de l’influence de papa-maman? Un long processus d’apprentissage que nous expliquent les experts.
    O
    Vous avez l’impression de ne pas mériter votre poste? C'est un signe.
    O
    Guide de survie pour accros aux écrans
    News loisirs
    Ou comment mieux gérer leur utilisation et désamorcer les conflits.
    O
    Monkey Business Images/shutterstock.com
    Santé
    Une étude de petite ampleur menée par le département de psychologie de l'université de Californie (Los Angeles) a montré...
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O
    News loisirs
    Jusqu'au 23 décembre, la capitale culturelle de la Suisse se transforme en un lumineux village de Noël, situé au cœur de la vieille ville.
    O
    tarte chocolat vegan
    Cuisine
    Pour les gourmands qui ne consomment pas de substances animales, les chefs de l'EHL ont concocté un menu de fêtes 100% végétal!
    O