psycho

    Comment gérer son ex quand on partage des enfants avec

    Parce que faire le deuil d’une relation est encore plus compliqué quand des enfants y sont mêlés, conseils de spécialistes pour ne pas s’engluer.

    Publié le 
    16 Mai 2019
     par 
    Fabienne Rosset

    «Mettre l’ex-conjoint à distance et le considérer d’une façon sereine.» Sur le papier, l’objectif a de quoi inspirer les couples en phase de séparation ou qui tentent de refaire leur vie. C’est le programme proposé par le livre «Se libérer de ses ex» (Ed. Odile Jacob), coécrit par la journaliste spécialiste des questions de santé, de psychologie et de société, Laurence Ostolaza et le docteur en psychologie et psychanalyste Saverio Tomasella. Au menu, des témoignages et des conseils, pour éviter la casse ou, en tout cas, limiter les dégâts.

    «Il faut être un maître yogi, quand on est quitté, pour se détacher de la blessure que représente l’abandon du partenaire», lance Laurence Ostolaza, voire un Bouddha, si en plus on partage des enfants avec son futur ex.

    Comme le couple, la séparation se construit

    Il y a la rupture et la séparation, deux moments dans l’histoire du couple que le psychologue et psychothérapeute Jean Van Hemelrijck invite, dans son livre, «La malséparation» (Ed. Payotpsy), à bien distinguer pour mieux avancer. Si la rupture est parfois brutale, la séparation peut être envisagée comme un (long) moment à construire à deux, car il faut aussi du temps au couple pour se défaire. Le détricotage est rendu plus ardu encore lorsqu’on y mêle des enfants, tiraillés entre papa et maman. Première étape, envisager l’autre autrement. «Il faut tourner la page de l’attachement amoureux, du lien conjugal et se tourner vers celle de la parentalité exclusive», commente Laurence Ostolaza. Ce point crucial - et difficile - demande une certaine gymnastique pour être capable d’accueillir l’autre en tant que parent seulement.

    Les conséquences du divorce sur les enfants

    Réduire les contacts au minimum organisationnel

    «Au début, on s’était dit qu’on essaierait de maintenir des moments à quatre avec les enfants, raconte Nathalie, séparée du père de ses enfants depuis deux ans. Toutefois, très vite, on s’est rendu compte qu’il était impossible de partager même un repas ensemble. Les discussions étaient tendues après dix minutes. Du coup, on se borne à des coups de fil.» Une tactique approuvée par les spécialistes. «L’idéal c’est que ce soit le plus dépassionné possible, en limitant les contacts vocaux et visuels pour privilégier l’organisation et la logistique par l’écrit. Si on voit son ex, c’est épidermiquement plus compliqué», continue Laurence Ostolaza.

    «C’est un peu étrange de se borner à des SMS organisationnels concernant notre fils alors qu’on a partagé tant de choses, mais avec mon ex, même quand on se croise sur un bout de trottoir, on n’arrive pas à communiquer», confie Stéphane, fraîchement séparé.

    Bannir l’affect

    Forcément, quand il y a eu des sentiments et une sexualité partagée, cela peut compliquer les relations.

    «Ce n’est pas la peine d’entrer dans des histoires de sentiments, de point de vue, ni même d’éducation. C’est une discipline de se tenir à ce qui est concret et qui concerne les enfants», conclut Saverio Tomasella.

    Cela devient même particulièrement important lorsqu’on a du ressentiment ou qu’on s’est libéré d’une relation toxique, explique France Brécard, la psychothérapeute et formatrice en analyse transactionnelle, auteure du livre «Se libérer des relations toxiques» (Ed. Eyrolles): «Il faut dire ce qu’on a à dire simplement, demander un engagement sur les dates de garde et ne pas trop s’occuper de la façon dont l’ex gère sa relation avec ses enfants. Il convient de ne pas se mettre en compétition pour leur amour, mais accepter qu’ils aiment leur père ou leur mère, même s’il nous a quitté. Pas facile, mais indispensable pour le bien de tout le monde…»


    © Kelly Sikkema

    Faire le deuil de ses illusions...

    Et donc de son couple, ce qui n’est pas simple avec une progéniture partagée qui nous rappelle tous les jours les liens tissés avec l’ex. Le deuil de la relation serait donc impossible? «La première chose est de ne pas impliquer les enfants dans les histoires des parents. Il est indispensable de les aider à garder une relation positive avec l’autre, même s’il nous a fait souffrir. C’est souvent très difficile, mais ils ne sont pas responsables des problèmes de notre vie conjugale, explique France Brécard.

    Parfois, il est nécessaire de se faire aider pour que l’autre devienne juste le père ou la mère de nos enfants et en aucun cas notre ex-relation qui nous a fait du mal. Faire le deuil, c’est lâcher l’illusion que le passé peut revenir et, peut-être, reconnaître aussi sa part de responsabilité dans ce qui s’est produit.»

    On ne s’en libère jamais vraiment

    Comprendre sa part de responsabilité dans la défaite du couple pour un abandon définitif de la relation à l’autre… et s’en libérer?

    «On ne se libère jamais vraiment de son ex. Le père ou la mère de votre enfant a toujours un lien psychique, ne serait-ce que parce que votre enfant est en face de vous et qu’il est le résultat de l’union que vous avez eue avec. Il en est l’incarnation», souligne Laurence Ostolaza.

    Sans aller jusqu’à parler de libération dans la bienveillance, la période chaotique de la séparation peut s’apaiser plus rapidement que ce qu’on croit, selon Saverio Tomasella: «C’est possible, à partir du moment où on lâche prise. L’erreur, c’est de vouloir continuer quelque chose, comme si l’autre était un thérapeute et qu’on lui demandait inconsciemment de nous aider à nous séparer de lui ou d’elle.»

    Tout espoir n’est donc pas perdu de considérer l’autre d’une manière sereine et il serait même possible de changer de système pour l’envisager comme un partenaire, explique France Brécard:

    «Pour cela, il est nécessaire de faire le deuil de la relation telle qu’elle était et du conjoint tel qu’il est. Il s’agit d’accepter l’autre avec ses qualités et ses défauts et de renoncer à ce qu’il change. Nous avons choisi notre ex-conjoint pour ce qu’il représentait pour nous et peut-être n’a-t-il pas été à la hauteur de ce que nous attendions. Toutefois, ce qui est fait est fait. Si nous n’avons plus d’attentes à son égard, alors il devient juste un partenaire, quelqu’un que nous avons bien connu et le père de nos enfants. Rien de plus, rien de moins.»

    Témoignage: "J'aide les couples à se séparer dans la bienveillance."

    A lire également
    De passage en Suisse, l'auteure nous a parlé de son dernier ouvrage.
    O
    On fait le point sur les différentes façons de gérer l’inquiétude excessive… et on respire un bon coup!
    O
    femme lecture philosophie lunettes
    Sartre, Montaigne, Rousseau... Ces grands penseurs ont plein de bons conseils pour gérer plus simplement son quotidien. Explications...
    O
    Famille
    Jusqu'à l'âge adulte, ils peuvent être fortement perturbés.
    O
    Couple
    Aider les familles à préserver leurs liens après un divorce? La coach Stéphanie Grivet en a fait sa mission dans son cabinet veveysan.
    O
    News loisirs
    Un peu de shopping, pour échapper à la pluie qui menace notre fin de semaine!
    O
    FeminaEnBalade Delémont Nina Simon étudiante travail social dät concept store
    En Suisse
    La capitale du Jura regorge de petites pépites à découvrir… et à savourer.
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O