news société

    Valais: en novembre 2018, on teste un cours de gestion de la violence

    Vous êtes votre propre héros: voilà ce que souhaite nous enseigner l'organisation Patouch, en dispensant plusieurs cours de gestion de la violence, tout au long du mois de novembre. Ouvert à tous, dès l'âge de 14 ans, ce genre d'atelier nous apprend à connaître les vrais dangers, pour les éviter avant qu'il ne soit trop tard (et non, il n'a rien à voir avec un cours d'auto-défense traditionnel!)

    Publié le 
    9 Octobre 2018
     par 
    Ellen De Meester

    Reconnaître une situation périlleuse, appeler à l'aide, prendre la fuite... tant de réflexes qu'un cerveau en état de stress intense ne peut susciter sans s'y être entraîné. Et malheureusement, lorsque le danger apparaît, les secondes sont comptées, si bien qu'il nous est impossible de prendre un instant de recul pour réfléchir à la réaction appropriée - celle qui peut nous sauver la vie. Elle s'apprend, se pratique et s'affine avec le temps. 

    Organisés à Sion les dimanches (le matin, ou le soir) et les mardis, durant le mois de novembre 2018, les cours de gestion de la violence et de situations inacceptables ont pour objectif de nous donner les outils nécessaires à gérer ces instants de panique. 

    «Traverser la vie sans posséder ces réflexes, c'est un peu comme traverser la route sans savoir qu'il existe des voitures, explique Bernard Jaquet, président de l'Association Romande pour la Prévention de la Violence. Lorsque vous vous faites écraser, il est déjà trop tard. Mais si l'on vous avait mis au courant des risques plus tôt, l'accident aurait pu être évité, car vous auriez disposé d'un minimum de préparation et d'anticipation. Nous souhaitons que tout le monde puisse avoir accès à ces connaissances de base.»

    Self-défense: elles s'y mettent toutes!

     

    Fuir d'abord

    De plus en plus craintives du monde extérieur, nous remplissons les bulletins d'inscription des cours d'autodéfense, désireuses d'apprendre à casser le nez des méchants. Mais cette droite apprise en cours est-elle réellement le premier réflexe à avoir? «Ces cours d'arts martiaux partent d'une très bonne intention; j'en donne moi-même! poursuit Bernard Jaquet. Mais les techniques acquises durant ces enseignements sont souvent inefficaces, une fois que nous sommes confrontés à la situation dangereuse.

    La violence physique ne doit être utilisée qu'en ultime recours, lorsque la santé ou la vie de quelqu'un est en jeu. En-dehors de ce cas-là, le premier réflexe doit être la fuite.»

    Ainsi que le souligne cet ancien inspecteur de police judiciaire, la plupart des violences faites aux femmes occidentales ne se déroulent pas dans la rue: «Cette idée relève du fantasme. Le danger n'est pas dans la rue, mais à la maison. Aujourd'hui, le principal danger qui menace les femmes européennes se trouve dans leur entourage. Il peut s'agir d'un ex-mari, par exemple. Dans ce cas-là, il faut partir, évidemment! Mais pas n'importe comment! 

    La fuite n'est pas valorisée, alors qu'elle est une véritable stratégie de combat, une façon d'éviter la violence et de rendre la confrontation physique impossible. Elle ne relève pas de lâcheté, au contraire! Avant de se préparer à une éventuelle confrontation, il faut d'abord apprendre à l'éviter!»

    C'est exactement ce que proposent de nous apprendre les cours de gestion de la violence: repérer les situations dangereuses, gérer la peur, définir ses limites, porter secours aux autres et «disposer d'outils de défense réalistes et efficaces.» On y fonce!

    Informations pratiques

    4 x 2 h de cours
    Les dimanches 4, 11, 18 et 25 novembre 2018, de 10 h à 12 h. 
    Les dimanches 4, 11, 18 et 25 novembre 2018, de 17 h à 19 h.
    Les mardis 6, 13, 20 et 27 novembre, de 9 h à 11 h. 

    Club Citronvert
    Route de Chandoline 25E, 1950 Sion (Valais)

    Tarif: 160 fr. au total 
    Les inscriptions se font auprès de l'Organisation Patouch, par mail ou par téléphone ua 079 230 62 69. 

    J'ai testé pour vous... l'autodéfense

     

    A lire également
    A 85 ans, la doyenne de la Cour suprême américaine, est devenue l’incarnation de la lutte féministe et des droits civiques.
    O
    Fanfares, cours de baguettes magiques, lumières nocturnes: on VEUT y aller!
    O
    News société
    LadyFense, fight back ou krav maga... Les techniques et les cours d’autodéfense destinés aux femmes explosent. Enquête.
    O
    News société
    La demande pour des cours de self-défense est en hausse. Savoir riposter en cas d’agression peut vous sauver la vie. Expérience, un samedi à Lausanne.
    O
    Témoignages
    Martial enseigne l'autodéfense aux femmes d'ici et d'ailleurs.
    O
    En Suisse
    Rêver sous des baldaquins et se prendre pour Hermione (ou Daenerys, selon les goûts!).
    O
    Voyage
    On vous présente tous nos spots préférés dans la merveilleuse capitale du «Hygge»!
    O