news société

    Nadine Labaki: «Oui, une fiction peut changer le monde!»

    Le film «Capharnaüm», de Nadine labaki, met en lumière le destin tragique des gamins des rues au Liban. A terme, il pourrait bien changer (un peu) leur vie. Explications de la cinéaste, primée au Festival de Cannes...

    Publié le 
    8 Novembre 2018
     par 
    Saskia Galitch

    Oui, une fiction peut permettre de remuer des consciences politiques et faire évoluer positivement des situations catastrophiques. La preuve par Capharnaüm, de Nadine Labaki, qui met en lumière la misère et le sort tragique des enfants des rues au Liban [voir ci-dessous].

    Car si ce film coup de poing, Prix du Jury du Festival de Cannes 2018 et sélectionné pour la course aux Oscars 2019, a bouleversé les spectateurs, il a surtout provoqué une onde de choc dans son pays. Au point que la réalisatrice rencontrera politiciens et membres du gouvernement afin d’essayer d’élaborer des solutions concrètes. Explications…

    FEMINA Vous dites croire «au pouvoir du cinéma, à la responsabilité de l’art» pour faire bouger le monde…
    Nadine Labaki J’y crois profondément, en effet. C’est d’ailleurs l’intention initiale de ce film!

    Quand j’ai commencé à me plonger dans ce projet, il y a 4 ans, je voulais qu’il aille au-delà du cinéma, qu’il permette le débat et qu’il ouvre la possibilité de faire du vrai travail sur le terrain. Or, c’est exactement ce qui est en train de se passer!

     
     

    La bande-annonce de Capharnaüm, en salle actuellement YouTube

    C’est-à-dire?
    Il y a plusieurs niveaux. D’abord, sur un plan plus limité, les comédiens de Capharnaüm ne sont pas des professionnels. Dans mon film, ils ont joué des vécus très proches des leurs et ont aujourd’hui une nouvelle vie.

    Mon héros, Zain, et sa famille, sont désormais en Norvège où ils ont été accueillis.

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Nadine Labaki (@nadinelabaki) le

    Ensuite, plus largement, avec l’aide de l’Unicef, du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations Unies ainsi que d’ONG et d’associations œuvrant pour les droits des enfants, nous sommes en train d’organiser des ateliers de travail avec les différents ministères impliqués dans le drame des gamins des rues: Éducation, Affaires sociales, Justice… notre but est de trouver des solutions concrètes, de voir comment mettre en place des structures afin d’aider les enfants en difficulté à s’en sortir!

    «J’agis sur le terrain pour aider les migrants»

    Ce problème n’est pas spécifique au Liban!
    Non, c’est en effet une problématique universelle. Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder ces ceintures de misère qui entourent les métropoles de la planète et dans lesquelles les problèmes s’accumulent!

    Pour en revenir au Liban, que je connais de près, l’une des plus grandes aberrations du système tient au fait qu’on doit payer pour déclarer la naissance d’un bébé. Or, de nombreux parents n’ont pas l’argent nécessaire. Cela a de graves conséquences, car en déniant à l’enfant son droit à avoir une identité, on le prive du même coup du droit à la scolarisation, aux soins hospitaliers et médicaux, à obtenir un travail officiel.

    En clair, on fait de lui un individu sans existence et, donc, un invisible vivant en marge de la société. Au final, des communautés entières se retrouvent hors système. Ces gens vivent en stand-by, font des enfants qui font à leur tour des enfants… et tous reproduisent ce qu’ils ont eux-mêmes subi et vécu avec, à la clé, de la délinquance, des problèmes de drogue. C’est pour tenter de casser ce cercle vicieux que j’ai décidé de m’impliquer!

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Nadine Labaki (@nadinelabaki) le

     

    Ne craignez-vous pas que l’establishment, libanais en l’occurrence, préfère finalement continuer à fermer les yeux et que tout cela reste au stade des intentions?
    Les contacts sont pris et cela va donc se passer! Maintenant, oui, il y a de petits pincements et des susceptibilités un peu froissées par ce que je montre, mais on va dépasser ça! Les responsables politiques sont conscients des défaillances du système et de l’ampleur du travail à fournir, et je compte sur la bonne volonté de quelques personnes qu’on va croiser dans cette démarche pour essayer de faire aboutir des projets et apporter des améliorations! En unissant nos forces et nos envies respectives de faire quelque chose, nous pourrons y arriver!

    Rencontre avec Reveka Papadopoulou, présidente de Médecins sans Frontières Suisse

    «Capharnaüm»  en quelques mots

    Zain, gamin des rues de Beyrouth, porte plainte contre ses parents, réfugiés syriens, au motif qu’ils lui ont donné la vie sans avoir les moyens de lui offrir une identité, une éducation, la sécurité.

    En partant de l’histoire de Zain, on découvre le destin de ceux que Nadine Labaki appelle «les invisibles». Dur, mais plein d’espoir, aussi.

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Nadine Labaki (@nadinelabaki) le

     

    Actuellement en salle.

    A lire également
    L'incendie est officiellement le plus meurtrier que l'Etat n'ait jamais connu.
    O
    Alexandria ocasio cortez meeting octobre 2018 robe bleue
    Trop pauvre pour se loger à Washington, la nouvelle élue de 29 ans a été la cible d’attaques de la part de la chaîne pro-Trump.
    O
    Depuis qu'il s'est promis de perdre quelques kilos, David Cookson fait sensation!
    O
    Taylor swift nuage scène
    News people
    Habituellement peu loquace sur ses opinions politiques, la petite fiancée de l’Amérique s’est engagée dans les élections de mi-mandat du 6 novembre.
    O
    News people
    À 80 ans, l’actrice, auteure et productrice américaine n’a rien perdu de sa flamme
    O
    Cuisine
    L'emblématique «choc» se réinvente pour mieux nous étonner... et nous régaler!
    O
    Voyage
    Inde, Chine, Japon... On flâne dans la capitale française à la recherche de saveurs exotiques.
    O
    En Suisse
    Rêver sous des baldaquins et se prendre pour Hermione (ou Daenerys, selon les goûts!).
    O