news société

    Les paillettes dans le vagin, on en parle?!

    Après le Prosecco gold, la barbe «glitter» ou la récente tendance des aisselles strassées, voici venues les paillettes dans le vagin. N’en jetez plus, c’est tout simplement trop.

    Publié le 
    11 Juillet 2017
     par 
    Juliane Monnin

    Avec le monde merveilleux des licornes sur les réseaux sociaux, on pensait avoir assez regardé au ciel pour la vie entière. Mais voilà, ça, c’était avant. Avant l’omniprésence des paillettes. Des paillettes par milliers sur Pinterest, Instagram… On les a vues sur la bouche, les yeux, les cheveux ou les fesses des filles, sur la barbe des hipsters déguisés en sapin de Noël et même sur les aisselles poilues (désolée mais le féminisme hype, je passe mon tour)… On frôle l'overdose. Inutile d’invoquer le kitsch, le culte du folklore ou le simple désir de voir la vie comme une fête perpétuelle. Trop, c’est trop. Car figurez-vous que l’on nous parle désormais… de paillettes dans le minou

    Poudre de perlimpinpin et Toile en feu

    Venu des Etats-Unis, le trend des «Passion Dust Intimacy Capsules» (déjà le nom, bon, passons) a été lancé par la société Pretty Woman Inc. De petites pilules qui ressemblent à des médicaments mais qui sont en fait des paillettes comestibles, à «insérer» (et non à avaler) une heure avant le rapport sexuel. Drôle de monde vous dites? On vous le concède.

     

     

    A la vue de son absurdité, cette nouvelle obsession aurait pu faire l’objet d’un désintérêt total. Mais c’était sans compter les fantasmes de la Toile. Car croyez-le ou pas, mais depuis quelques jours, le Web s’enflamme pour ces capsules pour hippies 2.0 et ne cesse de commenter cette ultime invention censée apporter quoi au fait, du fun à l’amour?

    Une tendance «brillante» qui alerte les gynécologues

    Rendre la sexualité «plus amusante et agréable», voilà l’objectif du fabricant américain. Inutile de vous dire que la presse anglo-saxonne s’insurge à l’unisson: «Non, un vagin ne ressemble pas à un arc-en-ciel disco». Merci de le préciser!

    Et elle bien a raison de tirer la sonnette d’alarme. Une fois déposées à l’intérieur de l’abricot, les pilules se dissolvent et libèrent des paillettes parfum bonbon mais c’est bien sa composition qui inquiète. Ces dernières sont à base d’amidon de maïs, de poudre d’acacia et de stéarate végétal.

     

     

    Ainsi, on dit merci aux gynécos qui rappellent, au passage, l’importance de chouchouter notre étui à clarinette. «Le vagin contient un équilibre très fin de bonnes bactéries, qui sont là pour le protéger», explique dans les pages Web de The Independant, le docteur Vanessa McKay (porte-parole de l'association des gynécologues britanniques) avant de rappeler ces infos:

    Si les femmes introduisent des corps étrangers à l'intérieur de leur vagin; elles prennent le risque de détruire cet équilibre, qui peut engendrer des infections, des inflammations, ou aller jusqu'à la vaginose bactérienne.

    Vous l’aurez compris, les paillettes (et le sucre qu’elles contiennent) ne sont pas bonnes pour la santé et sont susceptibles de favoriser bactéries ou candidoses (MST).

    Enfin, si malgré ces lignes, vous brûlez de tester l’improbable accessoire avec votre partenaire (quoi, nous ne voulez pas attendre le 31?!), sachez qu’il faudra vous armer de patience. Le «glimmer» est déjà en rupture du stock et une bagatelle de 7000 internautes est sur liste d’attente. Oh, quel dommâaaage.


    A lire aussi:
    Enquête: et si on faisait la paix avec notre vagin?
    Soyons «sex friends» et c’est tout: une bonne idée, ou pas?
    Envie de saison: comment faire l’amour dans l’eau?

    A lire également
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    Dites «miaou»! Car les nouveaux «cat lenses» vont devenir votre nouvelle obsession - si vous connaissez un matou.
    O
    Un phénomène rare certainement dû à la météo inhabituellement chaleureuse...
    O