news société

    Apple est poursuivi pour «obsolescence programmée»

    Vous avez l'impression que votre iPhone cesse de fonctionner correctement au bout de deux ans? Il se pourrait que cela soit fait exprès... Le géant à la pomme est soupçonné d'avoir programmé le ralentissement de ses anciens modèles, afin d'encourager les clients à acquérir les versions plus récentes, bien plus onéreuses, et dotées de nouvelles fonctionnalités. Le 5 janvier 2018, la justice française a ouvert une enquête. 

    Publié le 
    9 Janvier 2018
     par 
    Ellen De Meester

    L'entreprise américaine aurait-elle programmé l'essoufflement progressif de ses anciens modèles, via son système de mises à jour, afin d'augmenter les ventes de ses produits plus récents? La quesiton, très inquiétante, ne semble malheureusement pas si absurde que cela, sachant que de nombreux utilisateurs remarquent régulièrement l'apparition de «bugs», après l'installation des «update». Le 27 décembre 2017, l'association française «Hop» (Halte à l'obsolescence programmée) portait plainte contre Apple France, en accusant la compagnie de réduire la durée de vie des téléphones vendus. L'affaire, confiée à la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes, fait actuellement l'objet d'une enquête. 

    Sachant que les éditions plus récentes telles que l'iPhone 8 (998 fr.) et le fameux modèle X (vendu en Suisse au prix de 1199 francs!), sont bien plus onéreux que les anciennes, l'entreprise tenterait de booster ses ventes en planifiant la disparition progressive des anciennes versions de ses Smartphones. Apple avait effectivement admis, le 21 décembre 2017, que ses téléphones étaient volontairement «bridés», afin de rallonger leur durée de vie. Voilà une information qu'elle regrette certainement d'avoir diffusée, dans la mesure où ces excuses ont rapidement été considérées comme une «reconnaissance de culpabilité».   

    Apple dévoile trois nouveaux iPhones, dont un modèle anniversaire

    Toute première fois

    Ainsi que le rappelait Emile Meunier, avocat de l'association «Hop», à la presse française, cette enquête représente «la première procédure pénale au monde visant Apple, sur le fondement de l'obsolescence programmée.» Rappelons que celle-ci est interdite en France depuis la mise en place d'une loi, en 2015, et qu'elle est considérée comme un délit, punissable d'une amende de 5% du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise visée (imaginez un peu la somme que cela représenterait!). 

     

     

    Si la procédure ne vise momentanément que la branche française de l'entreprise, les utilisateurs américains commencent également à manifester leur colère, et à lancer diverses actions. En septembre 2017, le journal britannique «The Guardian» expliquait déjà que cette obsolescence concernait également les iPads, dont certaines mises à jours finiraient par bloquer l'utilisation de plusieurs applications. 

    Un peu inquiets, propriétaires d'iPhones? Nous, on commence à avoir l'impression de vivre dans un épisode de «Black Mirror»... Affaire à suivre. 

    iPhone X: les fonctionnalités qui nous inquiètent

    A lire également
    Aujourd’hui, on se focalise sur les origines… extraterrestres des grands de ce monde. (Très, très inquiétant…)
    O
    La première flibustière de l’histoire a pris la mer (et les armes) vers 1340, pour venger son mari.
    O
    Que vous réserve cette nouvelle semaine? Ecoutez bien les étoiles: elles vous révèlent tout!
    O