news société

    Rencontre: Aurélie Deschenaux, Madame «Graine de Shopping»

    Voici 4 ans que Graine de Shopping nous fait rêver (et craquer) avec ses sélections de bijoux. Mais qui se cache derrière cet e-shop bien pensé? Interview #JobdeRêve avec une jeune Fribourgeoise de 25 ans, lumineuse et inspirante.

    Publié le 
    28 Mai 2016
     par 
    Muriel Risse

    On a l’impression que Graine de Shopping, ce site suisse qui propose des bijoux et accessoires choisis avec soin, a toujours fait partie de notre quotidien. Ou presque: l’aventure a commencé en mars 2012, sur un coup de tête. Aurélie Deschenaux s’ennuyait durant ses cours et surfait sur Etsy à la recherche de bijoux. «Je suis tombée sur une créatrice slovène, Manuela, raconte Aurélie. J’ai adoré ce qu’elle faisait, je lui ai passé une petite commande et on a échangé quelques messages. J’en ai parlé à mes copines: en 2 jours, j’avais récolté une dizaine de demandes!» Elle poursuit sur sa lancée en créant une page Facebook: «Il fallait trouver un nom, Graine de Shopping m’est venu instinctivement».

    Des dizaines d'événements

    Aurélie ne s’arrête plus: elle cherche d’autres créateurs à promouvoir puis, après quelques mois, commence à organiser plusieurs événements. A Lausanne, elle met en place un corner au sein de la boutique Cuppin’s. «J’avais signé pour 3 mois… j’y suis restée 3 ans! J’ai aussi eu un espace à Genève durant 1 an et depuis juillet 2015, je suis présente au sein de la Shopperie à Fribourg.» Parallèlement à cela, Graine de Shopping participe à de nombreux rendez-vous, comme Bô Noël ou Montreux Jazz Festival. Sans compter le site internet, ouvert depuis 2 ans.

    Diplômée de Polycom, Aurélie jongle avec deux jobs différents dans la communication, en plus de Graine de Shopping. Se concentrer uniquement sur son projet? Elle y songe parfois. «Mais j’ai peur de perdre cette notion de plaisir, d’avoir une pression sur le salaire, des questions financières à régler. J’aime m’occuper de cela avec amour, c’est pour cette raison que je tiens à garder une activité à côté. Et il y a mille choses que le monde professionnel m’apporte: les collègues, le rythme, le travail en équipe… J’ai trouvé mon équilibre comme cela.»

     

     

    Les pochettes Paulette et Simone #grainedeshopping #pochette #pauletteetsimone #handmade

    Une photo publiée par Graine de Shopping (@grainedeshopping) le

     

    Pourtant, lorsqu’elle était petite, Aurélie ne se voyait pas du tout gérer seule une entreprise. Son job d’étudiante, chez Manor, l’a fait changer d’avis: «J’ai adoré le contact avec les clients. Depuis toute petite, je pensais toujours qu’étant de nature plutôt réservée, je passerais ma vie planquée derrière un ordinateur dans un bureau. Mais j’ai découvert que j’aimais tout le contraire!» L’un de ses plus grands bonheurs reste de partir à la recherche de nouveaux créateurs. «Sélectionner des bijoux, c’est toujours le paradis! J’ai l’impression de faire mon shopping, sans avoir besoin de choisir.»


    A lire aussi:
    Créatrices de ba&sh: «un conseil? S'émerveiller de tout
    «J'ai réalisé mon rêve: avoir ma propre maison d'hôtes»
    Portrait: Jacqueline Chelliah, fondatrice de Funky Brunch


    L’une des difficultés lorsque l’on est son propre patron est de savoir différencier vie professionnelle et vie privée. «Ce n’est pas tous les jours facile de gérer seule ce commerce, on doit prendre beaucoup de décisions, explique la jeune femme. Et lorsque je n’y arrive pas, j’ai la chance de pouvoir me tourner vers ma mère ou ma sœur, qui me donnent volontiers leur avis. Ma sœur, Aline, m’aide également pour d’autres aspects, notamment le graphisme et la gestion de mon corner à Fribourg. Je fais attention à mettre une barrière, à ne pas me surcharger. Mais le problème, c’est qu’il y a toujours quelque chose à faire, ma «to do liste» n’est jamais vide.»

     

     

    A la Shopperie (Fribourg) #grainedeshopping

    Une photo publiée par Graine de Shopping (@grainedeshopping) le

     

    Dans quelques mois, Aurélie prévoit de s’installer à Zurich. Une aubaine, puisqu’elle souhaite développer Graine de Shopping en participant à des événements outre-Sarine. Avant de la laisser filer, on lui demande un dernier conseil d’entrepreneuse:

    Ne sacrifiez pas tout pour votre projet entrepreneurial. Conservez du temps pour faire ce que vous aimez, vos loisirs et sorties. Cet équilibre est indispensable à votre épanouissement. Et mieux vous vous portez, mieux se portera votre petite entreprise!

    Bon plan

    Aurélie a lancé «Ma petite boîte» en début d’année. Durant un laps de temps déterminé (1 an, 6 mois ou 1 mois), on reçoit un bijou de créateur tous les deux mois. Un très chouette moyen de se laisser surprendre et/ou d’offrir un petit bonheur à l’une de ses amies.

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O