news société

    Remplir sa e-carte de donneur d'organes est un arrache-cœur

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce dimanche 21 octobre 2018, elle nous rappelle l'importance de s'inscrire en ligne sur le Registre national du don d'organes, car désormais la carte de donneur ne suffit plus. 

    Publié le 
    21 Octobre 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Ma carte de donneuse d’organes, je l’ai depuis presque 30 ans. Elle gît dans mon porte-monnaie, et j’avais oublié son existence quand j’ai appris qu’il existait désormais un registre électronique. Ni une ni deux, je me rends sur le site. Nom, prénom, tout va bien jusqu’au moment où apparaît la liste des organes que je suis d’accord de céder.

    A 18 ans, j’avais signé la chose sans tiquer. La mort, surtout la mienne, me semblait un truc très théorique et improbable. Un phénomène réservé aux autres. Là, quand il a fallu dire si je donnais tout en vrac ou cocher la case cœur, rein, os, cornée, je me suis vue sur la table de la morgue, le torse scié en Y comme on voit dans les séries télé. Oups. J’ai numéroté mes abattis dans ce répertoire de bas morceaux, un peu perplexe – le pancréas, je me le garde ou pas?

    On peut même créer sa propre case s’il y a un bout de soi qu’ils n’ont pas listé et qu’on tiendrait à conserver. J’ai failli écrire: «Il y a un peu plus, je vous le mets quand même», mais j’ai pensé que ça ne ferait pas rire les gens dont le métier consiste à annoncer à sa famille que celui qu’ils croyaient être un patient est en fait un défunt. J’ai finalement coché la case «prenez tout» – au diable l’avarice.

    «Merci pour tout»

    J’étais déjà un peu ébranlée par l’exercice (ma mort ne me semblait plus du tout invraisemblable) quand j’ai découvert une option qu’il n’y avait pas sur ma bonne vieille carte en papier: on peut laisser nos ultimes paroles pour nos proches, elles leur seront transmises. Ça m’a achevée, si j’ose.

    J’ai essayé de trouver quelque chose d’intelligent à dire à mes enfants, mais c’est compliqué de sonner juste quand on ne sait pas comment on va mourir (subitement? après une longue maladie?), ni quand (demain? dans 30 ans?). Je pensais à un truc universel du type:

    «Mieux vaut moi que vous», «Merci pour tout» ou «Tout de bon pour la suite», mais c’est infiniment compliqué de se projeter mort.

    Tout ça pour dire que c’était pas très rigolo à faire, cette inscription. Mais l’enterrement de Didier fut encore nettement moins marrant. Ce garçon de 17 ans que j’allais voir régulièrement à l’hôpital parce qu’il était mon élève est mort faute d’avoir reçu des poumons à temps. Ils sont une centaine chaque année à décéder comme lui par manque d’organes. Alors, prenez deux minutes pour vous demander si ça ne vous dirait pas de sauver Didier.

    Mon nom est… Arnal, Sonia Arnal

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O