news société

    Pimp my balcony

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie. Ce 18 mars, elle analyse l’arrivée du printemps… Lisez plutôt.

    Publié le 
    18 Mars 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Je suis comme tout le monde, je sens le printemps qui frétille à nos portes, et donc je lis toutes les brochures publicitaires qui vantent les meubles d’extérieur, les barbecues surdimensionnés et toutes ces sortes de choses. Mais je suis une fille basique, donc mon objectif à peu près unique, c’est d’être allongée sur un transat confortable sous un soleil éclatant et n’en plus bouger.

    Autant vous dire que je ne suis pas dans le trend: ce printemps, il faut miser à fond sur la culture. Je vous parle de patates, là, pas de lire tout Proust.

    A côté du yoga, de la méditation et autres incontournables du moment, le jardinage est en train de voir sa cote monter.

    On lui prête toutes les vertus. Planter, c’est être dans l’instant présent (ou présent dans l’instant, je ne sais plus quel wording la novlangue du moment nous impose), c’est prendre ses distances avec le système et le consumérisme pour comprendre qu’il faut du temps (beaucoup), de l’eau (beaucoup aussi) et de l’amour (bon, ça c’est sujet à caution) pour finir par ramasser trois tomates à moitié mangées par des limaces et un vague plumet de sauge. Je confirme un aspect: mes innombrables essais infructueux sont là pour le prouver, on n’est pas exactement dans la réalisation immédiate du désir. Malheureusement.

    #JobDeRêve: Nous végétalisons les toitures de Genève

    Urban farming et catalogues de jardinières

    Reste que pour être dans le mood saisonnier, il faut se lancer dans l’urban farming (faire pousser des trucs qui se mangent dans un bac dans votre cuisine parce que vous habitez en ville et n’avez pas de terrain – je traduis pour ceux qui auraient un peu de retard question air du temps). Voire pimper son balcony (rendre son balcon plus sexy, en bref). Là il y a carrément des cours pour apprendre à le faire de façon intelligente (à quel moment il faut planter quoi pour que ça donne quelque chose à la fin…) et écologique.

    En outre on peut, je l’ai vu dans mes catalogues innombrables, acquérir plein d’accessoires, comme des étagères où superposer ses pots, des jardinières surélevées ou suspendues, des palettes, des caissettes pour palettes – bref les occasions de dépenser pour être hype sont innombrables. Mais bon, après on peut acheter quatre tomates en moins sur l’entier de la saison, et ça, c’est de la vraie décroissance.

    Ma vie rêvée de millionnaire

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    News société
    Avez-vous déjà eu le sentiment qu’un nuage noir vous suivait? C’est un peu l’humeur de l'édito de Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans on édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O