news société

    «Je me suis mise à pleurer, car je voulais être parfaite»: Serena Williams raconte sa dépression post-partum

    Dans une interview accordée à l'édition britannique de «Harper's Bazaar», la championne du tennis a évoqué la maternité avec une sincérité touchante: celle qui n'a pas hésité à révéler les détails de son accouchement traumatique, aborde à présent sa dépression port-partum, révélée par le plus banal des épisodes familiaux. 

    Publié le 
    4 Juin 2018
     par 
    Ellen De Meester

    Serena Williams a beau être une invincible sportive, une super-héroïne en combinaison de «Cat woman», elle reste une femme comme les autres, une fois loin des courts de tennis. En février 2018, elle rédigeait une longue tribune pour le site de «CNN», dans laquelle elle revenait sur son accouchement difficile, une épreuve qui a bien failli lui coûter la vie: «C'était un sentiment incroyable d'avoir accouché. Et puis tout s'est mal passé», écrivait-elle alors, bouleversant sa communauté de fans (et nous avec!). À la fin du texte, elle suppliait ses lecteurs d'offrir leur soutien à l'organisation Unicef, qui se bat perpétuellement pour diminuer les taux de mortalité maternelle et infantile.

    Serena Williams revient sur son accouchement traumatique: «J'ai failli mourir»

    Quelques mois plus tard, la championne de 36 ans s'en est parfaitement remise, faisant même un come-bach tonitruant le 29 mai 2018, à l'occasion du Tournoi de Roland-Garros. Son adorable fille, Olympia, a désormais neuf mois, et apparaît déjà en couverture des magazines, aux côtés de sa maman. Bien que tout semble se dérouler à merveiller, Serena ne tente absolument pas de masquer les côtés moins parfaits de ses premières semaines en tant que maman. Dans une interview accordée au magazine «Harper's Bazaar», elle évoque notamment sa dépression post-partum, révélée par un simple incident du quotidien:

    «Je me souviens qu'un jour, je cherchais la bouteille d'eau d'Olympia. J'étais tellement fâchée de ne pas parvenir à la trouver, que je me suis mise à pleurer. Je voulais tellement être parfaite pour elle.»

    Un quatrième trimestre

    La tenniswoman déplore que le sujet soit aussi peu abordé dans les médias. «Je pense que j'y fais encore face aujourd'hui, admet-elle. La dépression post-partum fait partie de la grossesse, c'est un peu le quatrième trimestre - les gens devraient en parler davantage!»

    Les facteurs de risque de la dépression post-partum

    Malgré ces difficultés, Serena est convaincue d'être une bonne mère: «Je pense et j'espère l'être, je ferai tout pour être la meilleure maman possible pour ma fille!» Dans la même interview, elle admet également rêver de mettre au monde une deuxième petite fille: «Olympia a besoin d'une petite soeur», indique-t-elle, avant d'ajouter qu'elle souhaiterait également avoir un garçon. 

    La puissance de cette grande championne, qui crève l'écran à chacun de ses revers, se ressent même par écrit, dans le choix des mots: Serena évoque une «force» qu'elle pressent déjà chez sa propre fille. Cela ne nous étonne pas le moins du monde: les lionnes ne font pas des chatons! 

    Roland-Garros: pourquoi Serena Williams porte-t-elle une tenue de «super-héroïne»?

    A lire également
    Psssst! Dot Lung, la reine des «dragons digitaux», nous a soufflé sa stratégie en or!
    O
    Un artiste démontre le danger des filtres «embellissants» sur les réseaux sociaux.
    O
    À 32 ans, Nadja Gut exerce un métier qui la passionne. Son quotidien? La fusion de la nature et de la machine.
    O
    News people
    Avec cette combinaison, on compare la joueuese à «une reine du Wakanda», en référence à «Black Panther».
    O
    serena williams olympia instagram regard naissance amour
    Famille
    Les jours qui ont suivi l’accouchement se sont révélés être un véritable calvaire.
    O
    Thorsten Schmitt/shutterstock.com
    Santé
    La dépression du post-partum qui touche en moyenne 10 à 20% des mères après l'accouchement est généralement précédée...
    O
    Témoignages
    Anne-Laure est loin d’imaginer le marathon d’opérations qui l’attend.
    O
    Santé
    Une étude américaine a dévoilé certains des facteurs qui peuvent jouer sur le risque de dépression post-partum.
    O
    Famille
    Courageuse et touchante, l’influenceuse se livre sur ce premier trimestre compliqué.
    O
    Santé
    Antje Horsch, psychologue responsable de recherche au Département Femme-mère-enfant du CHUV, fait le point.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O