news société

    L’appel du vide ou l'art de ne plus rien acheter

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce 20 mai 2018, elle s'interroge sur l'écologie et nous confie ses limites en matière d’objets d’occasion.

    Publié le 
    20 Mai 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Une bonne résolution

    L’idée fait son chemin. Une journaliste du Monde a décidé de ne plus rien acheter de neuf pendant une année pour des raisons à la fois écologiques et d’«anti consumérisme à outrance». Elle fait notamment référence pour motiver sa décision à l’aventurier et écrivain Sylvain Tesson qui, en voyant 15 sortes de ketchup dans un supermarché, est parti très loin – en Sibérie. Je ne voudrais pas l’inquiéter, mais bientôt en Sibérie aussi ils auront une petite vingtaine de jus rouges dans lesquels tremper leurs frites, juste pour dire.

    Débordée par mes poubelles

    La journaliste, elle, ne parlait évidemment pas de nourriture – on a encore le droit de manger et puis, l’occasion, dans ce secteur, c’est moyen, disons.

    L’idée, donc, c’est qu’on n’achète rien de neuf pendant une année.

    Si vraiment on a absolument besoin d’un objet, on s’arrange pour échanger, acheter d’occasion ou réparer. L’idée de revenir à l’âge du troc (combien de sangliers pour mon char quasi neuf?) ne me séduit que moyennement, tout comme la perspective – juste pour sauver la planète – de porter un maillot de bain qui a déjà servi. Je veux bien la sauver, la planète, mais seulement dans MON bikini. D’ailleurs, un des rares ratés de la journaliste, c’est le bonnet de bain pour le cours de piscine de son enfant. Voilà bien la preuve que l’hygiène personnelle passe avant le sauvetage du Monde.

     

     

    Succomber à «Février sans supermarché»?

    Mais en pratique?

    Enfin, ça dépend des gens.

    Tentez l’expérience autour de vous, parlez du projet, et vous verrez très vite émerger les limites de chacun. C’est un des charmes de l’exercice.

    Il semble que la question des petites culottes soit un frein pour nombre de femmes. J’ai aussi eu: «Ouais, mais le matériel de sport ça ne compte pas, ou bien?» «Les livres, ce ne sont pas des objets, non?» et, très pragmatique, «Si tu casses tes lunettes, tu trouves une canne blanche d’occase?».

    Pimp my balcony

    Ce qui marche très bien sur moi, mieux que l’écologie, c’est l’appel du vide. La perspective de voir mon appartement se vider de vêtements trop usés et d’objets cassés remplacés par… rien, c’est très tentant; tout comme la gymnastique mentale nécessaire pour quand même réussir à vivre au quotidien sans que personne ne remarque rien.

    Là, j’en suis donc à faire l’inventaire de tout ce que je vais acheter (24 culottes en tête de liste…) pour tenir une année. Bon, OK, je sais, je pervertis le concept d’entrée…

    A lire également
    Si vous misez sur une carrière professionnelle à long terme, attention, car selon un sondage Qapa, certains métiers seraient à bannir.
    O
    édito Sonia Arnal
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Sonia Arnal croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce 22 avril, elle nous raconte la tentation de son chat pour le yoga...
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    En Suisse
    Nous avons testé l’un des nombreux «pop-up hôtels» qui éclosent en Suisse romande à l’aube de l’été: on vous raconte tout!
    O
    En Suisse
    Avis aux amateurs de randonnées et de panoramas préservés: voici les cadres parfaits pour demander la main de l’être aimé dans les montagnes suisses.
    O
    Couple en voyage avec sac à dos
    Voyage
    Tout plaquer pour s’envoler vers l’inconnu, Fabienne et Benoît Luisier l’ont fait. Ils nous confient leurs astuces pour réussir un grand voyage.
    O