news société

    Moi, hipster barbu, responsable de l’écroulement du marché du rasoir

    Non, ce n’est pas un gag du premier avril.

    Publié le 
    29 Août 2013
     par 
    Julien Pidoux

    Les néo-néo-bobos allant jusqu’à se faire un bun (une sorte de petit chignon). J’ai le droit d’utiliser le terme « satanés », car je remplis tous les critères. Absolument tous.

    Oui, donc, à cause d’eux, les Gillette et autres Wilkinson tirent la langue, et c’est Businessweek qui le dit. La compagnie Energizer, qui commercialise ces derniers, a annoncé une chute de ses ventes annuelles de l’ordre de 10%. Sa plus grande baisse jamais enregistrée. Gillette a dû relancer sa campagne de pub pour le rasoir Mach 3 histoire de booster les ventes. Le marché des tondeuses, lui, se porte évidemment comme un charme. Une idée de reconversion pour les vendeurs de rasoirs double, triple voire quadruple lames ?

    Et les choses ne vont pas s’arranger : selon le site Euromonitor, aller au travail sans être rasé de près est toujours plus toléré. Qu’on se le dise, la barbe est bien là. Reste à savoir si la tendance n’est que saisonnière, au même titre que les chinos pastels et les sacs à dos pseudo vintage, ou si elle est là pour rester.

    Et si certains tirent la langue, d’autres ont retrouvé un sourire qu’ils pensaient définitivement caduque : les barbiers, pardi. Car arborer le look hirsute, cela se travaille, évidemment. 

     

    A lire également
    Les applications de rencontre ont révolutionné les relations amoureuses... ou pas.
    O
    La réalisatrice suisse Barbara Miller
    Dans «Female pleasure», la réalisatrice suisse Barbara Miller examine les rapports conflictuels entre les grandes religions et le corps féminin.
    O