news société

    La fessée: faut-il l'interdire?

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce dimanche 9 décembre 2018, elle s'intéresse au débat sur l'interdiction des «violences éducatives ordinaires» en France. 

    Publié le 
    9 Décembre 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Prenez la fessée et lancez le débat. Enfin, lancez…  c’est le genre de sujet qu’on n’a pas vraiment besoin de lancer, il part tout seul. Comme une gifle, au fond. En l’occurrence, c’est la décision de l’Assemblée nationale française d’inscrire dans le Code civil l’interdiction des «violences éducatives ordinaires» exercées sur les  enfants qui a remis le sujet sur la table. Un élu des Républicains a ironisé aux dépens des initiants, le parti centriste MoDem, de François Bayrou: ce dernier avait en effet giflé un enfant qui lui faisait les poches durant la campagne présidentielle, en 2002. 

    Je cite Le Monde: «La rapporteure lui a rétorqué que cet enfant était devenu délinquant.» «Donc CQFD, au MoDem nous avons testé la gifle, nous avons constaté que ça ne marche pas!»

    Les violences éducatives, on est a priori pas pour, mais peut-être pas totalement en faveur de leur interdiction non plus. Pourquoi? C’est là que ça devient intéressant. Quel parent n’a jamais fessé son petit de 2 ans qui tente pour la huitième fois de mettre sa main sur une plaque brûlante alors qu’on lui a déjà longuement expliqué que ça n’est pas une bonne idée, qu’on lui a fait sentir à distance la chaleur qui s’en dégage et qu’on l’a sauvé de lui-même en courant comme un lapin pour l’intercepter en route? 

    Pas beaucoup, et c’est sans doute ce qui explique qu’il y ait débat: nous sommes nombreux à convertir a posteriori un geste d’agacement et d’impuissance en geste éducatif, avec des arguments de type: «Il est bon de marquer les limites» (tout le monde est d’accord avec ce principe fondamental, qui n’exige néanmoins pas l’emploi de la force, tout comme il est clair que balancer une claque sape l’autorité du parent plus qu’elle ne la renforce). 

    Un faux débat

    Entre les gens qui se sont pris des torgnoles petits, qui sont contents de ce qu’ils sont devenus et qui voient un lien de causalité entre leur personnalité merveilleuse et leur dure éducation, ceux qui ne veulent pas désavouer leurs géniteurs par loyauté filiale et  la masse des parents qui est passée à l’acte, tout le monde ou presque a de bonnes raisons de justifier certains types de «violences éducatives». 

    Au lieu d’admettre qu’on a été tenu en échec par un morpion de 24 mois, on ergote donc entre amis sur le contexte, la quantité et même la qualité de la baffe: «Ça dépend de combien t’en donne»; «Faut voir l’âge du gamin, si c’est de la pure provoc, pourquoi pas»; «Si c’est pas fort mais symbolique, c’est pas de la violence, tu peux y aller». 

    On appelle ça un débat, mais on pourrait aussi bien parler de déni: tout ça, c’est pour sauver la face, devant les autres et plus encore devant soi.

    A lire également
    machine à écrire retro if not now when défi janvier nouvelle année
    Qui dit nouvelle année dit nouveaux challenges à réaliser. Le point sur ceux qu’on adopte… ou qu’on zappe.
    O
    fille janvier neige bonnet froid sourire blonde
    Ecoutez bien les étoiles: elles vous révèlent tout ce qui vous attend cette semaine!
    O
    Cette native du Bronx est devenue, à 29 ans, la plus jeune représentante jamais élue au Congrès américain.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    sonia arnal rédactrice en chef femina
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    femme dans un bain agrumes
    Soins & Bien-être
    La rédaction a testé les derniers soins en institut pour renforcer ses cheveux, rééquilibrer sa peau et chasser les tensions.
    O
    brioche estonienne scandinavie kringle
    Cuisine
    Reine d'Instagram, la gourmandise scandinave se personnalise selon les goûts et les envies de chacun.
    O
    foie gras gravlax benjamin breton fiskebar genève
    Cuisine
    Le chef du restaurant genevois Fiskebar nous propose une réinterprétation fraîche et savoureuse du traditionnel plat festif.
    O