news société

    L’épineux choix de l’épinard

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce 6 mai 2018, elle s'interroge sur la «viabilité» d'une longue existence.

    Publié le 
    6 Mai 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Ah, vivre plus longtemps! La doyenne de l’humanité s’est éteinte tout récemment à l’âge très respectable de 117 ans. Et en bonne santé. Depuis que ce genre de records ne cesse d’être repoussé, mourir avant 100 ans apparaît de plus en plus comme une faute de goût, voire une grave négligence. Ceux qui meurent octogénaires n’ont pas tout fait juste, c’est sûr, notamment question diète.

    Les tenants de l’orthorexie ne sont pourtant pas avares de conseils – encore moins d’interdits. L’idéal, au fond, ce serait non pas de manger bien, mais de manger rien. La restriction calorique, car oui cette idée a un nom et des adeptes, c’est d’absorber en gros 30% de calories de moins qu’aujourd’hui (si vous mangez normalement).

    Avaler moins, c’est réduire les déchets produits par l’organisme quand il doit traiter tout ça, et donc éviter l’oxydation, mère de tous nos maux, en particulier du vieillissement cellulaire, du cancer, de l’alzheimer et sans doute aussi de votre divorce.

    Se perdre chez le géant suédois en pleine conscience

    Epninards VS steak-frites-bordeaux

    On pourrait tout miser sur la boisson, mais forcément, dès que c’est alcoolisé, c’est sucré, et le sucre est la nouvelle incarnation du mal – autant ingurgiter directement du cyanure, estiment les puristes. Donc, on est prié de chipoter dans son assiette, mais en l’ayant préalablement à moitié remplie de choses adéquates – traduisez par pas très bonnes et si possible exotiques, ça fait tout de suite plus sain. Genre le chou kale ou les graines de quinoa, parfaits candidats. Plus récemment apparus, la grenade et… les épinards. C’est la dernière étude en date qui le dit: il est possible de retarder son déclin cognitif de onze ans en se servant très très généreusement de ce légume vert. A priori, ça peut sembler une bonne nouvelle: simple, pas cher, efficace.

    Mais en même temps, qui a envie de se rajouter onze ans de lucidité, si c’est pour les passer à avaler des épinards en smoothie au petit-déjeuner, en branches à midi et hachés le soir, sans même la satisfaction d’oublier qu’on vient d’en prendre aux 3522 repas précédents? D’où la question du jour: combien d’années suis-je prête à donner contre un usage régulier du steak-frites-bordeaux? Pas mal, surtout de celles d’après 85 ans.

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    News société
    Sonia Arnal croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce 22 avril, elle nous raconte la tentation de son chat pour le yoga...
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O