news société

    L'édito de Sonia Arnal: «Mon ménage 2.0»

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie. Ce dimanche 5 mai 2019, elle raconte son dernier achat ménager... un accessoire robotisé intéressant à observer! 

    Publié le 
    2 Mai 2019
     par 
    Sonia Arnal

    J’ai fini par craquer: j’ai acheté un aspirateur robot. Celui, donc, qui fait le ménage quand je suis au travail. Enfin, ça, c’était l’idée de départ. Dans ce fantasme, je me voyais rentrer éreintée après une journée de dur labeur, accueillie par cette fée du logis en tablier de soubrette, qui cumulerait deux qualités rares: avoir tout nettoyé ET n’avoir aucune conversation. Dans les faits, c’est un peu différent.

    D’abord, je ne savais pas comment la chose fonctionnait ni de quoi elle était capable ni, surtout, ce que JC, le chat, en penserait. J’ai donc dû tester ses compétences sous ma haute autorité pour éviter les accidents – je me voyais assez revenir à la maison pour trouver la queue de Jean-Claude à moitié aspirée par la machine, infichue de distinguer les poils de chat qui traînent sur la moquette des poils de chat qui traînent sur le chat.

    Premier constat: ça marche plutôt bien, mais il faut se méfier de tout ce qui est au sol, par exemple des innombrables câbles qui peuplent nos intérieurs, des vases, des jouets, bref ça prend un temps certain de préparer le terrain avant que le robot n’entre en scène.

    La remise en forme: un full-time job!

    Suivre son parcours 

    Au temps pour le fantasme de farniente… sans compter que la machine est fugueuse: elle passe les paliers de porte pour aller voir ailleurs si on y aspire mieux. Il faut donc la tenir en cage et colmater les issues avant de la lâcher dans une pièce.

    Deuxième constat: JC adore. Il se poste en hauteur et regarde passer le robot de gauche à droite et de droite à gauche, aussi galvanisé qu’un Suisse devant une finale de Wimbledon quand Federer joue. Ça lui fait télé quoi.

    Troisième constat: moi aussi j’adore. C’est hypnotisant de regarder dans ses œuvres une machine pas vraiment très smart mais pas mal faite non plus. Donc, je la suis dans son parcours. Je lui mets des chaussures sur le chemin pour voir comment elle réagit face à l’obstacle, je cache de la saleté dans les recoins pour découvrir si elle la débusque, je compare ses résultats face à différents types de cochonneries, sable de la caisse du chat, miettes ou poussière. Tout ça pour vous dire qu’à ce stade, je ne gagne pas vraiment du temps. Mais j’y pense,  j’y pense…

    A lire également
    femmes lego NASA figurines
    Trois des quatre pôles de l’agence spatiale américaine sont désormais dirigés par des femmes scientifiques.
    O
    Plusieurs signes flottent sur un petit nuage: les étoiles nous montrent comment braver la pluie!
    O
    manifestation avortement
    Suite au hashtag lancé par l’actrice Busy Philipps, les témoignages se multiplient.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    News loisirs
    Un peu de shopping, pour échapper à la pluie qui menace notre fin de semaine!
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O
    FeminaEnBalade Delémont Nina Simon étudiante travail social dät concept store
    En Suisse
    La capitale du Jura regorge de petites pépites à découvrir… et à savourer.
    O