news société

    Dressember: elles enfilent une robe tous les jours pour lutter contre la traite des humains

    Après le «Movember» de ces Messieurs, c'est au tour des femmes de se plier au challenge de défendre une cause importante: tout au long du mois de décembre, les participantes n'enfileront plus que des robes (les collants sont autorisés!), afin d'attirer l'attention de leurs communautés et encourager les gens à soutenir la lutte contre le trafic d'êtres humains. 

    Publié le 
    4 Décembre 2018
     par 
    Ellen De Meester

    «J'ai découvert ce challenge il y a quelques années, en tombant sur une photo postée par une amie canadienne: elle y pose dans la neige, vêtue d'une robe. Ce genre de cliché interpelle automatiquement. Je me suis donc renseignée sur ce défi dont on parle de plus en plus aux Etats-Unis, et encore très peu en Europe.»

    En 2018, comme l'année précédente, Lina Sterckx participe au défi «Dressember»: durant 31 jours, elle n'enfilera plus que des robes. Un peu frisquet, pensez-vous? Les collants sont autorisés (ouf!). Et le but n'est évidemment pas d'attraper une pneumonie, mais de participer à une campagne de sensibilisation mondiale, relayée entre autres via les réseaux sociaux. 

    Semblable à «Movember» (mouvement invitant les hommes à arborer une moustache tout au long du mois de novembre), cette initiative est destinée à attirer l'attention sur une cause très importante. Si les Messieurs moustachus du mois dernier espéraient récolter des fonds pour la recherche sur les cancers masculins (comme celui de la prostate, par exemple), le défi vestimentaire de décembre s'intéresse au trafic d'êtres humains. 

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Lina (@linasterckx) le

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Kylie (@kyliethalhofer) le

     

    30 millions d'esclaves dans le monde

    Les chiffres publiés par le site officiel du mouvement font froid dans le dos: selon leurs indications, 2 millions d'enfants seraient actuellement exploités et vendus comme objets sexuels, tandis que le trafic d'êtres humains produirait environ 150 milliards de dollars par an. 

    C'est en pensant à ces 30 millions d'individus réduits en esclavage dans le monde, que la blogueuse mode Blythe Hill a décidé d'agir: en 2009, elle lançait «Dressember», espérant que sa décision de n'enfiler plus que des robes suscite des questionnements, initie des conversations et mène à une sensibilisation plus générale. En 2013, le mouvement actuel était né, rassemblant de plus en plus de participants. Depuis, ces derniers sont parvenus à récolter plus de 5 millions de dollars. 

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Blythe Hill (@blythehill) le

    Le site officiel propose plusieurs façons de soutenir la cause, en faisant une donation ou en participant au collectif «Dressember».

    «Je me bats contre la traite d'êtres humains»

    Pourquoi une robe?

    «C'est notre uniforme, le drapeau de notre mouvement. Une opportunité de nous réapproprier la robe comme un symbole de pouvoir et de liberté. Un signe réclamant la dignité de tous les êtres.» Voici la définition que donnent les créatrices du mouvement. D'ailleurs, une version masculine est également possible, sachant que le port d'une cravate durant tout le mois de décembre s'apparente également à «Dressember». 

    Certaines des plus ferventes participantes vont d'ailleurs jusqu'à porter la même robe pendant 31 jours! Le lavage est évidemment autorisé (quelle question!). 

    «Je suis très sensible à la cause des femmes se retrouvant malgré elles dans le monde de la prostitution, ajoute Lina Sterckx, qui espère voir l'idée prendre racine en Suisse. Deux amies participent au challenge avec moi, cette année!»

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par Kyra Rane (@kyra.rane) le

    La principale difficulté? Le froid. Le choix du mois de décembre n'est évidemment pas anodin: si le port de collants ou de bas est évidemment autorisé, ce défi vestimentaire suscite davantage d'interrogations en plein hiver (le port d'une robe serait en effet passé totalement inaperçu en été.) «Il faut être créative», souligne Lina, qui a déjà trouvé plusieurs techniques pour rester bien au chaud tout en respectant les règles du jeu. 

    Il est encore temps de s'y mettre, le mois de décembre est à peine entamé. Et lorsqu'on vous demandera pourquoi vous ne portez plus de jupes, ni de pantalons, vous saurez quoi répondre. C'est en travaillant ensemble que nous parviendrons à faire une différence: voilà sans doute le message le plus important et le plus urgent de ce mouvement. 

    #Dressember 

    A lire également
    Ecoutez bien les étoiles: elles vous révèlent tout ce qui vous attend cette semaine!
    O
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    Des chercheurs ont montré qu'un manque de sommeil d'à peine deux heures pouvait diminuer les capacités d'adaptation à certaines situations.
    O
    SantéSexo
    Tout, vous saurez tout ce qui se passe sous la ceinture.
    O
    News société
    En novembre, on choisit: arborer la moustache ou devenir végane.
    O
    Témoignages
    Lucia Amelia, écrivaine, lutte contre ce trafic en expansion.
    O
    News people
    «Je travaille très dur pour m'assurer que tu ne doives jamais dire "me too"» ❤
    O
    News loisirs
    Jusqu'au 23 décembre, la capitale culturelle de la Suisse se transforme en un lumineux village de Noël, situé au cœur de la vieille ville.
    O
    tarte chocolat vegan
    Cuisine
    Pour les gourmands qui ne consomment pas de substances animales, les chefs de l'EHL ont concocté un menu de fêtes 100% végétal!
    O
    News loisirs
    Tous nos coups de cœur de l'année: le doux parfum du vin chaud, de la raclette et des marrons nous appelle déjà!
    O