news société

    C'est décidé: je «ghoste» la soirée du Nouvel-An!

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie. Ce dimanche 30 décembre 2018, elle nous parle du passage à la nouvelle année... et son envie irrésistible de snober cette occasion. 

    Publié le 
    30 Décembre 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Les meilleures fêtes tombent rarement un 31 décembre. C’est que l’injonction à la bonne humeur, c’est toujours délicat. Ça me rappelle ce prof de théâtre qui nous disait: «Et surtout, soyez spontanés!» Mais mon bon Monsieur, justement, ça ne se commande pas.

    Du coup, ce n’est pas parce que c’est Nouvel-An qu’on va automatiquement passer la meilleure soirée de l’année. Toutefois, on se rend bien compte qu’il faudrait, alors on se met la pression et, forcément, assez systématiquement, on échoue. L’ambiance est molle, la sauce ne prend pas et tout le monde  se dit qu’il aurait mieux fait d’aller à l’autre soirée.

    Sans la jouer New York Times, qui suggère un voyage dans l’Antarctique à ceux qui ne savent pas comment passer le cap (ça fait un peu loin et cher la suggestion, quand même), on voit de plus en plus de gens, même chez les plus jeunes, renoncer à sortir et à danser pour privilégier des approches plus calmes… et plus banales, donc moins susceptibles d’être affublées du fatal et laconique jugement: «C’était complètement raté.»

     

    Au lit à 21h

    Des jeux de société, des escape rooms, des soirées Netflix où on regarde entre amis cinq saisons d’une série en une nuit, des challenges spaghetti, voire une passion partagée en couple ou en groupe, par exemple l’ascension d’un petit sommet dans la neige à la frontale avec fondue dans la nature à l’arrivée (j’ai un ami qui fait ça…), autant d’options plus modestes mais peut-être plus gratifiantes. Diminuer les attentes, ça reste un bon moyen d’augmenter la satisfaction.

    Ma préférée, c’est ghoster l’événement: on dit aux gens qui nous invitent qu’on est déjà pris, on se cloître chez soi, on éteint les lumières, le téléphone, le wi-fi – genre il n’y a personne à la maison – et on lit un bon livre gardé sous le coude exprès pour l’événement, vautré sur le canapé avec des chips sel & vinaigre ou carrément déjà au lit à 21 heures dans le pyjama qu’on a reçu à Noël. Oups, je viens de comprendre pourquoi on offre des pyjamas à Noël.

    La rédaction de Femina vous souhaite un réveillon tel que vous le rêvez, et une très bonne année 2019!

    A lire également
    Les applis de rencontre auraient tué le romantisme, seraient envahies par les hommes... on fait le point sur les mythes et vérités de l'amour online.
    O
    La réalisatrice suisse Barbara Miller
    Dans «Female pleasure», la réalisatrice suisse Barbara Miller examine les rapports conflictuels entre les grandes religions et le corps féminin.
    O
    Psycho
    Minuit venu, les pétards tonitruent... et moi, je dresse ma liste de bonnes résolutions.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    édito sonia arnal
    Minceur & Forme
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    plaque chocolat noir
    En Suisse
    Dégustations, ateliers, festivals... De quoi satisfaire tous les gourmands!
    O
    En Suisse
    Ce printemps nous réserve de belles surprises, pour sortir en douceur de l'hibernation.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O