news société

    Appelez-moi la Marie Kondo occidentale

    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie. Ce dimanche 27 janvier 2019, elle passe à la moulinette la série Netflix «L'art du rangement avec Marie Kondo». 

    Publié le 
    27 Janvier 2019
     par 
    Sonia Arnal

    A priori, je suis une sorte d’incarnation occidentale de Marie Kondo. Pour ceux qui seraient passés à côté du phénomène du minimalisme, je résume: la dame, Nippone, suggère de faire un grand rangement par le vide chez soi et dans sa garde-robe pour s’alléger la vie physiquement et spirituellement – dans notre tradition à nous, elle est comme à l’intersection de la putzfrau et de la philosophie du dépouillement tendance stoïcisme.

    Enfin, moi, en tant que Kondo locale, c’est ce que je pensais avant de regarder la série sur Netflix de la papesse du mouvement. Car chez moi, c’est très vide et très bien rangé (limite psychopathe, disent de moi mes enfants qui n’ont malheureusement pas hérité de ce goût), donc je pensais ne faire qu’un avec elle. Mais pas du tout. Déjà, elle parle aux maisons pour les remercier d’exister et aux habits qu’elle jette pour leur dire au revoir.

     

     

    Alors que moi, je ne parle qu’aux humains (si vraiment il faut) et aux chats (systématiquement). Elle veut mettre au rebut les livres parce que ça prend de la place! Donner le même statut aux trucs inutiles qu’on garde à la cave malgré trois déménagements tout en sachant pertinemment qu’on n’ouvrira jamais le carton qui les abrite et à l’œuvre complète de Proust, ou d’Hergé, moi je dis non.

    Une série TV pathétique 

    Après, et là c’est ma minute moralisatrice qui arrive, regarder des gens se noyer sous leur opulence et l’accumulation de biens, ça vous a un petit côté obscène. Ils en sont quand même au stade où ils doivent acheter une méthode pour réussir à gérer la masse de vêtements achetés – c’est à la fois paradoxal et pathétique.

    Bref, je me suis sentie assez mal à l’aise à regarder ces Américains jeter leurs affaires parfaitement superflues en pleurant. Maintenant, je passe à l’instant féministe: l’autre dimension qui me gêne dans la minisérie, c’est que les pauvres idiotes envahies par le chaos et incapables de tenir leur intérieur correctement tout en gérant leurs enfants en bas âge, ce sont des femmes. Forcément.

    Pour finir, il y a menterie dans la méthode Marie Kondo parce qu’elle prétend que le rangement est une méthode de développement personnel qui amène la joie, sort de la dépression et sauve les couples au bord du divorce. Alors que moi qui suis une semi-pro, en vérité je vous le dis: le rangement n’amène que l’ordre. Ce qui n’est déjà pas si mal.

    Rangement: les 6 erreurs à éviter

    A lire également
    Hoverboard, monoroue... bienvenue dans le (nouveau) monde merveilleux de la micromobilité.
    O
    Les millenials ne sont plus aussi jeunes! Ces «digitales natives» sont désormais des chefs de famille hyper-connectés.
    O
    News société
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien avec humour et ironie.
    O
    sonia arnal rédactrice en chef femina éditorial
    Psycho
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O