news société

    Adopter un chat: mission impossible?

    Cette semaine, dans on édito, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, rêve d’accueillir une boule de poils ronronnante dans son domicile. Mais c’est avec effroi qu’elle constate que les critères requis pour héberger un matou sont... carrément hors de sa portée! 

    Publié le 
    18 Février 2018
     par 
    Sonia Arnal

    Ben, heureusement que les exigences sont moins élevées pour les enfants – sinon, jamais on ne m’aurait autorisée à me reproduire. Il y a quelque temps, mon cher Loulou-dit-Jésus, le chat, est mort. Alors qu’il avait quand même survécu à bien des misères – c’est le seul félin de mon entourage à avoir fait un choc anaphylactique quasi mortel en essayant d’assassiner froidement une guêpe d’un coup de patte. Et je vous épargne ses autres maladies.

    Bref, le pauvre animal décédé, j’ai fait mon deuil – ça n’a pas été sans mal. Et puis un foyer étant sans âme quand il est sans chat, je me suis mise en quête d’un matou. Assez vite je suis tombée sur des sites, qu’on pourrait dire de rencontre, des sortes de Tinder du minet. C’est là que j’ai découvert que j’étais un fort piètre parti. Impossible de me recaser, comme proprio de Mistrigri: je n’ai pas le niveau.

    Pour beaucoup de refuges ou associations, exclu d’adopter un seul individu: c’est le duo pack ou rien, à moins d’en posséder déjà un. Alors que, quand j’ai décidé d’avoir mon premier enfant, personne n’a exigé qu’il ne soit pas enfant unique, histoire de garantir sa socialisation et de ne pas le laisser s’enfoncer dans la dépression de la solitude.

    Comment le chat est devenu l'animal de compagnie N°1

     

    Verger obligatoire

    Ensuite, il faut offrir au chat un accès extérieur. Un jardin, genre. Mais attention: il doit être clôturé OU très loin de la prochaine grande route. Le truc facile, en ville. Autre option possible, si vraiment on a loosé dans la vie et qu’on ne peut pas offrir à son chat un verger sécurisé en plein Lausanne ou Genève, le balcon rendu parfaitement inviolable par un filet idoine. J’ai compris assez vite que je ne pourrais pas m’aligner sur ces exigences et que j’allais être recalée comme une segundo passant son examen de naturalisation à Nyon: de façon très humiliante.

    Je me suis donc focalisée sur les privés. Certains n’y vont pas de main morte non plus, préférant qu’un des membres de la famille soit au foyer, que la bête ne soit pas seule à la maison. J’en suis à me demander si je ne vais pas renoncer à cette histoire de chat, au profit d’un troisième enfant. Finalement c’est beaucoup moins de contraintes, quand on y pense.

    Témoignage: je ne pourrais pas vivre sans mes chats

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    News société
    Suivre ou ne pas suivre l'initiative «No caddie», telle est la question. Notre rédactrice en chef, Sonia Arnal, y répond dans son édito.
    O
    News société
    Elu l'homme le plus sexy de Londres sur Happn, il soupçonne son chat...
    O
    News société
    Compagnon préféré, pourquoi? Des chercheurs ont résolu l'énigme.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O