minceur & forme

    Tendance bien-être: on a testé la flottaison

    Fermez les yeux, et plongez dans un caisson de flottaison: comme l'impression de nager dans une grotte...

    Publié le 
    24 Avril 2018
     par 
    Julien Pidoux

    Imaginez un bain, chaud mais pas trop. Une eau généreuse en sels d’Epsom, qui vous permet de flotter sans faire le moindre effort. Imaginez un instant hors du temps, sans SMS ni agenda. En fait sans le moindre bruit. C’est le principe de la flottaison, encore peu pratiquée sous nos latitudes. Vous entrez – nu - dans votre «pod», un genre de bulle futuriste, en fermez le «capot», et vous voilà dans un autre univers, permettant à votre corps de se détendre entièrement, et à votre esprit de trouver un instant de calme.

    Claustrophobes s’abstenir

    L’expérience peut s’apparenter à de la privation sensorielle. En fermant le capot de la machine et en éteignant la lumière, tous nos sens sont comme mis en veille. Une comparaison qui vaut ce qu’elle vaut: on a l’impression de flotter à choix dans une caverne obscure ou dans un liquide amniotique rassurant, à la manière d’un fœtus… Ces dernières années, plusieurs centres ont ouvert leurs portes, à Martigny ou Berne par exemple. Dernier en date, le bien-nommé Surface, au Mont-sur-Lausanne. Vincent Herzog propose ici l’option en musique: une mélodie spécialement développée pour apaiser l’esprit, à base de bruits naturels et de légères pulsations censées stimuler les ondes theta du cerveau. Résultat: réduction du stress, meilleure humeur et une concentration améliorée. Que demander de plus?


    © DR Le caisson de flottaison chez Surface, au Mont-sur-Lausanne. Les plus claustrophobes peuvent garder le «capot» ouvert.

    Noir c'est noir

    Perso, on a choisi l’option «noir total». Il faut veiller à entrer doucement dans l’eau saturée en sel: si une goutte termine dans l’œil, autant dire que ça pique. Quand le capot se referme, les premiers instants sont réellement déstabilisants. Durant plusieurs minutes, on a eu l’impression de faire des tours sur soi-même comme pris dans un tourbillon – la faute à la perte de repères sensoriels – avant que notre cerveau réalise que, non, on est simplement en train de gauger tranquillement dans de la saumure…

    Comme c’est la première fois, on s’amuse aussi: en sortant les oreilles de l’eau, les sons réverbérés comme dans une grotte, on s’imagine au centre de la terre, on écoute le bruit des gouttes d’eau résonner… Puis on s’est endormi quelques instants. Comme tous les muscles sont au repos, la tête a tendance à partir en arrière, et à créer chez certains des tensions dans la nuque. C’est mon cas. Mais comme l’eau nous porte, il suffit de croiser ses doigts derrière la tête pour s’installer plus confortablement. On sort de cette parenthèse bien davantage que détendu. Apaisé et revigoré.

    Cultiver son bien-être en imitant... le chat!

    A lire également
    édito sonia arnal
    Chaque semaine, Sonia Arnal, la rédactrice en chef de Femina, croque dans son édito le quotidien, avec humour et ironie.
    O
    Vous préférez gambader plutôt que d'attendre le bus? C'est parfait! Il vous suffit juste d'accélérer légèrement le pas... et le tour est joué!
    O
    Chien tête en bas, planche et corbeau: cet été 2018, les yogis envahissent les parcs.
    O
    alp turnels bain petit-lait frais gstaad escapade bien-être suisse
    En Suisse
    De Gstaad à Zermatt en passant par La Chaux-de-Fonds, focus sur 6 soins naturels... et exceptionnels.
    O
    Santé
    Besoin d'une détox pour aborder le printemps du bon pied? Suivez notre programme de 7 jours.
    O
    plaque chocolat noir
    En Suisse
    Dégustations, ateliers, festivals... De quoi satisfaire tous les gourmands!
    O
    En Suisse
    Ce printemps nous réserve de belles surprises, pour sortir en douceur de l'hibernation.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O