minceur & forme

    J’ai testé: la cure détox à la spiruline

    Spiralps, start-up romande, propose des boissons contenant cette algue riche en fer et favorisant le nettoyage naturel de l'organisme. On a suivi le programme de 5 jours. Verdict.

    Publié le 
    1 Octobre 2015
     par 
    Valérie Fournier

    Autant le dire tout de suite, je suis contre les cures de détox. Pour avoir écrit de nombreux articles sur le sujet, je partage l’avis des diététiciennes qui déplorent les effets à court terme de ces programmes. Ils ont tendance en effet à justifier nos comportements toxiques alors qu’il faudrait modifier globalement nos habitudes.

    Pourquoi avoir accepté celle-ci? Pour deux raisons. D’abord, je l’ai vu sur les comptes Instagram de copines blogueuses et cela m’a intriguée, ensuite le fait que ce soit une petite entreprise valaisanne m’a touchée (oui, je suis Valaisanne).

    J’ai donc reçu un jour un carton de bouteilles Spiralps et une brochure de conseils. Le programme est simple, il faut «juste» en boire une ou deux par jour selon le déroulé. Facile. C’est quand j’ai lu les détails que j’ai déchanté… et repoussé semaine après semaine le début de ma cure. Certes, elle ne devait durer que 5 jours, mais elle doit être précédée de 5 jours de «préparation».

    J - 5, on supprime viande rouge et charcuterie.

    J - 4, on supprime les laitages.

    J - 3, on supprime les féculents.

    J - 2 et jusqu’à J + 5 on se nourrit quasi vegan.

    De la science-fiction pour moi qui mange au resto tous les jours et me rends à 2 ou 3 cocktails par semaine (oui, je fais un boulot difficile). J’ai laissé passer les gros événements incontournables type mariage, baptême et anniversaire, mais les jours s’écoulaient et la date de péremption de mes jus frais approchait (ils sont juste pasteurisés pour conserver les nutriments). Dos au mur, je me suis donc lancée un vendredi, me condamnant à un week-end en ermite chez moi.

    J’avoue, j’ai un peu triché. Je n’ai pas vraiment respecté la phase préparatoire, j’ai juste «limité les excès» durant la semaine, ce qui est déjà énorme par rapport à mon hygiène de vie. Pas de café, deux verres de rouge, une fois des pâtes, très peu de protéines animales. J’ai observé les règles ascétiques uniquement une journée. Puis j’ai attaqué la cure proprement dite, très sérieusement cette fois.

    Les deux premiers jours, j’ai bu deux petites bouteilles de 2 dl (6 grammes de spiruline) au goût de pêche et herbes des Alpes pas mauvaises du tout, dans la matinée, après un petit-déjeuner frugal (graines de chia gonflées dans du lait de riz avec des fruits). Et mangé très léger, viande blanche et légumes.

    Lundi, retour au bureau, j’ai perdu deux kilos (c’est mathématique, si on mange moins, on maigrit, mais ça vous le saviez, n’est-ce pas?). J’attaque la phase deux: une bouteille 5 dl d’une autre mixture à boire avant midi durant trois jours. Cette version-là est nettement moins appétissante, avec un goût prononcé de champignons, et l’aspect d’un marécage liquide. Ces drinks-là contiennent 38 grammes de spiruline fraîche, il faut bien les secouer. Bref, encore une fois, trois jours, ce n’est pas la mer à boire (encore que). Ce qui m’a le plus manqué, ce sont mes 4 tasses de Earl Grey par jour (évidemment pas de caféine ou théine pendant la cure). J’ai compensé en m’offrant une boîte de thé vert très cher, le Green of London du Palais des Thés.

    A midi, salade avec protéines (œuf ou thon) au restaurant de l’entreprise, le soir, souper végétarien (par exemple ces steaks de quinoa Karma de la Coop). Je triche un peu avec les produits laitiers: un yogourt le matin, mais on peut facilement le substituer avec des yogourts de soja, un peu de parmesan. Les Babybels, ça ne compte pas vraiment, ou bien?

    Au final, cela passe très vite, et l’on éprouve une certaine fierté à l’avoir accompli, un peu comme les gens qui arrêtent de fumer, en tout cas au début. Mon teint est clair comme de l’eau de roche, mon ventre plat, et j’ai une pêche d’enfer, ça, c’est la vérité.

    Maintenant j’ai très envie de me taper un bon steak tartare au plus vite avec un verre d’Humagne Rouge, et ça, c’est le problème: cette cure n’aura pas changé mes habitudes, bien que je vais enchaîner, selon les conseils du fabricant, par la cure Vitality 7 jours, pour maintenir les effets (programme à peu près similaire, deux flacons de 2 dl les deux premiers jours, puis 5 dl par jour les suivants, à base de jus de fruits et de spiruline fraîche en moindre dose, agrémentés d’argousier pour la vitamine C). Alors, tentées?

    Les produits Spiralps sont vendus à Manor, Sun Store, LeShop.ch, Amavita et sur leur site. Prix d'une cure détox dès 54 fr.

    A lire également
    jus à base de kale
    Ajoutons de la couleur à nos petits déj’ et donnons un coup de pouce à notre organisme en testant 6 jus détoxifiants.
    O
    3 bocaux avec detox water
    Besoin de retrouver un corps plus sain toute l'année? Voici la detox water!
    O
    iStock
    Du foie gras, du saumon fumé, de la dinde à gogo et trop de chocolat...
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O