famille

    Les femmes enceintes ne devraient pas se priver de poisson

    Malgré la présence de mercure avérée dans le poisson, une étude de grande ampleur menée par des chercheurs de l'Université de Rochester aux États-Unis montre que les bienfaits des nutriments présents dans cet aliment contrebalanceraient les risques associés à l'exposition au mercure..

    Publié le 
    26 Janvier 2015
     par 
    Relaxnews

    L'équipe de chercheurs a suivi plus de 1 500 mères et leurs enfants sur trente ans, tous résidant sur l'archipel des Seychelles (Océan indien). Leurs résultats ont montré que, même chez les femmes qui consommaient du poisson 12 fois par semaine, ce régime alimentaire n'entraînait pas de troubles de développement foetal.

    La consommation de poisson masquerait les effets négatifs du mercure

    Le mercure se retrouve dans les océans suite à un processus naturel, mais aussi à cause de l'homme et des déchets toxiques qu'il rejette et contamine donc les poissons, entre autres. Mais, à en croire l'étude parue dans l'American Journal of Clinical Nutrition, les acides gras polyinsaturés présents dans le poisson pourraient contrer les troubles causés sur le cerveau par cette substance: «Ces résultats ne montrent pas d'association générale entre l'exposition prénatale au mercure, par le biais de la consommation de poisson, et les conséquences sur le neurodéveloppement», note Edwin van Wijngaarden, co-auteur de l'étude auprès de l'université de Rochester. Et d'ajouter : «Il est aussi de plus en plus clair que les bienfaits de la consommation de poisson pourraient l'emporter, voire même masquer, les effets négatifs du mercure.»

    Pour mener cette étude, l'équipe a testé les taux de mercure présents dans le corps des femmes enceintes. Après la naissance, et une fois que leurs enfants avaient atteint les 20 mois, les bébés passèrent une batterie de tests pour évaluer leurs aptitudes motrices, de communication et comportementales. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que l'exposition au mercure n'était pas liée aux résultats médiocres de certains enfants.

    Les chercheurs ont aussi effectué des tests pour évaluer la présence d'acides gras polyinsaturés chez les femmes enceintes et en ont conclu que les enfants de celles qui enregistraient un fort taux d'oméga-3, l'un des acides gras, avaient des résultats plus brillants aux tests. Les chercheurs tiennent à souligner que les oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires, alors que les oméga-6, présents dans la viande et l'huile, favorisent l'inflammation. Ils ont par ailleurs noté que l'inflammation est le vecteur utilisé par le mercure pour causer des dégâts dans le corps, ce qui explique pourquoi les acides gras aux propriétés anti-inflammatoires entraînent de bons résultats.

    Les Seychelles, un archipel de 115 îles au large des côtes est de l'Afrique, ont été choisies pour cette étude parce que leurs 90.000 résidents consomment 10 fois plus de poisson que les populations américaines et européennes.

    A lire également
    Personne n’a envie que son petit bonhomme tourne gros macho toxique à la Harvey Weinstein. Comment s’y prendre? Mode d’emploi.
    O
    Edward Smith ne pourra pas voir ses quatre enfants grandir. Il s’est lancé dans un projet pas comme les autres pour leur venir en aide.
    O
    maman bébé travail ordinateur discrimination congé maternité jeune mère suisse
    Les jeunes mères sont souvent virées, placardisées ou réduites au temps partiel. Comment mettre fin à ces injustices?
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O