famille

    Des conseils tout simples pour éviter d'égarer nos enfants dans la foule

    Au beau milieu d'un océan humain, à l'entrée d'un festival ou dans les rues bondées de la ville, voici que notre pire cauchemar prend vie: où est passé bout de chou?! Afin d'éviter ce désastreux scénario, on suit ces petits conseils de prévention. 

    Publié le 
    6 Juillet 2017
     par 
    Ellen De Meester

    Bien entendu, le mot d'ordre reste la vigilance! Nous savons (bien sûr) pertinemment qu'il est crucial de rester près des petits et de leur donner de strictes consignes lorsque des mouvements de foule risquent de semer la pagaille. Mais si, par malheur, et malgré toutes nos précautions, notre progéniture parvenait tout de même à nous échapper, nous serions bien heureuses d'avoir appliqué ces petits conseils tout simples: 

    1. On note un numéro de téléphone

    Avant de nous rendre dans un endroit susceptible d'attirer des masses de gens, on écrit notre numéro de téléphone au stylo sur le bras de bout de chou: afin de protéger ces petits numéros salvateurs de la transpiration ou de la pluie, on les recouvre ensuite d'un pansement liquide (à appliquer directement sur la peau, ou sous forme de spray). Selon le site de Femme Actuelle, cette astuce est approuvée par la police: grâce à ce petit «tattoo» parental, les personnes bienveillantes qui viendront en aide à l'enfant sauront directement comment contacter les parents

    De même, dépendant de l'âge du petit, on peut aussi lui apprendre notre numéro de téléphone par coeur: cela reste toutefois plus risqué, en cas de petits trous de mémoire... 

     

     

     

    2. On convient d'un spot pour se retrouver

    Le plus important, hormis garder un oeil permanent sur les petits et les tenir fermement par la main, sera de les briefer quant aux consignes de la journée (et de les leur faire répéter, jusqu'à ce qu'ils les retiennent). Dès l'arrivée sur les lieux très fréquentés, on leur indique l'endroit «stratégique», à rejoindre en cas d'égarement ou de division accidentelle du groupe. 

    Afin d'être bien sûres qu'ils ont compris, on simule une situation «cata» en leur demandant ce qu'ils feraient si «tout d'un coup ils ne voient plus maman»: leur réponse nous aidera à déterminer s'ils ont compris. 

     

     

     

    3. On les habille d'une couleur voyante

    A nouveau, cela peut sembler simple comme bonjour, mais autant faut-il y penser: votre adorable progéniture possède-t-elle dans sa garde-robe un t-shirt jaune ou orange qui flashe? Il est encore temps de lui en acheter un (et tant pis pour nos rêves de vêtir nos bambins exactement comme nous, ou d'imiter les goûts vestimentaires de la descendance Beckham!). 

    Ces trois petits conseils tout simples vous éviteront peut-être de longues minutes de panique, lors de la saison des festivals. Mieux vaut prévenir que guérir, n'est-ce pas..? Mais pour être absolument sûres de ne pas hyperventiler au beau milieu de Paléo ou d'un centre-commercial, on reste (comme toujours!) hyper-vigilantes, une main dans celle de l'aîné, tandis que la cadette est confortablement installée sur les épaules de papa. Et tout ira bien! 


    A lire aussi:
    Suisse romande: 4 festivals dédiés aux petits
    Blake Lively et Ryan Reynolds prouvent qu'ils sont des parents géniaux
    La recette magique pour calmer un enfant? Lui poser cette question toute simple

    A lire également
    maman bébé travail ordinateur discrimination congé maternité jeune mère suisse
    Les jeunes mères sont souvent virées, placardisées ou réduites au temps partiel. Comment mettre fin à ces injustices?
    O